Qui est Inès Rau, la première playmate trans de Playboy ?

Article publié le 20 octobre 2017

Photo : Inès Rau dans le numéro novembre-décembre 2017 de Playboy
Texte : Maxime Retailleau

Quelques jours après l’annonce du décès de son iconique fondateur Hugh Hefner, Playboy annonce que sa playmate de novembre 2017 sera, pour la première fois de son histoire, un mannequin transgenre. Une dizaine de pages du prochain numéro seront dédiées à la Française de 26 ans qui figure dans le numéro hiver 2017-2018 d’Antidote : Fantasy.

Si Hugh Hefner n’était pas décédé récemment à l’âge de 91 ans, Inès Rau aurait été la première transsexuelle en couverture du magazine Playboy, pour le numéro novembre-décembre 2017. Rendant hommage à son fondateur, il consacre aussi une dizaine de pages à sa nouvelle playmate, comprenant une interview, un shooting réalisé par Derek Kettela, et un poster. « Je suis très flattée, je ne m’y attendais pas du tout, raconte-t-elle, d’autant que je ne suis pas la fille la plus « juicy », je suis assez fine et athlétique. La proposition de Playboy était le plus beau compliment qu’on pouvait me faire.»

Sa position éditoriale progressiste était d’ailleurs soutenue par le fondateur du magazine à la retraite : « Les droits LGBT étaient le dernier cheval de bataille de Hugh Hefner, d’ailleurs il s’est beaucoup battu pour le mariage pour tous, rappelle-t-elle. Il était ravi que je sois choisie pour la cover ». Avec cette couverture, la mannequin signe le coup d’éclat le plus historique d’une vie déjà hors-norme.

Photo : Inès Rau dans le numéro novembre-décembre 2017 de Playboy

Sa deuxième collaboration avec Playboy

À quatorze ans, encore garçon, elle accompagne sa mère fêtarde aux Bains Douches, rencontre David Guetta et parvient à se faire engager comme danseuse. Elle part alors en tournée d’Ibiza à Miami, et se sentant femme depuis ses plus jeunes années, achète des hormones sur le marché noir à partir de ses seize ans. Le jour où elle obtient sa majorité, elle effectue sa transformation, soutenue par sa famille. « Pendant l’opération, j’ai rêvé que je traversais un océan qui n’en finissait pas, et que j’arrivais de l’autre côté, confie t-elle. Et c’est un peu ce que j’ai vécu, j’ai vraiment eu cette satisfaction, ce bonheur, un sentiment de liberté, d’accord avec moi-même, avec mon âme, avec mon coeur. Je me suis aimée, j’ai aimé mon corps plus que jamais, j’ai pu commencer à avoir une vraie sexualité, à être à l’aise avec mon corps. C’était fantastique. »

COMING SOON INES RAU X PLAYBOY USA STAY TUNED

Une publication partagée par INES RAU (@supa_ines) le

Repérée par une personnalité de la mode alors qu’elle travaille comme physio à l’entrée du club parisien Man-Ray, Inès Rau entame une carrière de mannequin sans dévoiler son identité trans, puis s’envole pour New York à 23 ans, et pose pour Vogue ou encore Balmain. En 2014, elle est contactée pour un premier projet avec Playboy. « Au début, je ne disais pas que j’étais transexuelle, mais la rumeur a fait le tour de New York parce que je l’avais tout de même révélé à mes amis proches, et c’est arrivé à l’oreille de personnes travaillant chez Playboy qui faisaient un numéro spécial en mai 2014, explique t-elle. Ils voulaient une photo avec une trans dans ce numéro, et m’ont dit que c’était avec moi qu’ils voulaient le faire si j’acceptais de faire mon coming out. Je prévoyais déjà de le faire, donc le timing était parfait. »

Inès Rau devenait ainsi la première trans à figurer dans Playboy, sans avoir pour autant avoir à l’époque le statut de « playmate du mois » du magazine. C’est maintenant chose faite avec le numéro à venir, à travers lequel elle offre une nouvelle visibilité aux trans, dans le sillage d’autres mannequins comme Lea T ou encore Andreja Pejić. Elle s’en réjouit mais doit encore faire face à certaines remarques transphobes : « Il va falloir que je sois forte, parce que certaines personnes sont vraiment méchantes dans leurs commentaires. Mais même si ça me fait mal de les lire, je suis vraiment contente de faire partie des pionnières qui participent à ouvrir les esprits.»

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Pourquoi il ne fallait pas manquer l’événement spectaculaire célébrant les 70 ans de Moncler ?

Afin de célébrer son jubilé de platine, la maison Moncler, dont la doudoune est devenue une pièce emblématique du vestiaire contemporain, organisait une performance monumentale sur la Piazza del Duomo de Milan, samedi 24 septembre, à 21h. Retour sur un événement hors du commun lors duquel 1952 performeur·se·s – en écho à la date de naissance de la marque – ont donné vie à un spectacle nocturne à couper le souffle, inaugurant un programme d’événements internationaux s’étalant sur 70 jours.

Lire la suite

Pourquoi il ne fallait pas rater le grand retour de Puma à la Fashion Week de New York ?

L’équipementier sportif allemand Puma faisait son grand retour dans le calendrier de la Fashion Week de New York avec son défilé « FUTROGRADE », ce mardi 13 septembre. Couplé à une expérience digitale immersive sur la plateforme « Black Station » de la marque, l’événement réaffirmait son identité mode à travers plusieurs collaborations, de Palomo Spain à Dapper Dan en passant par Koché ou encore P.A.M. (Perks and Mini).

Lire la suite

Découvrez la nouvelle collection « Night Walker » d’Antidote Studio, pour l’automne-hiver 2022/2023

Antidote présente en see-now buy-now sa nouvelle collection Studio, comme toujours genderfree et 100% vegan. Rendez-vous dès à présent sur notre e-shop pour la pré-commander.

Lire la suite

Peut-on porter des claquettes ou des tongs en ville ?

Pièces incontournables des vacances à la mer, tongs et claquettes s’immiscent aussi de plus en plus sur le bitume, à l’instar de la nouvelle paire de slides d’Havaianas, ou encore de son modèle Tradi Zori, inspiré de la culture vestimentaire japonaise.

Lire la suite

Pourquoi il ne fallait pas rater le dernier défilé Haute Couture de la maison Valentino

Pierpaolo Piccioli a présenté sa nouvelle collection de Haute Couture pour la maison romaine lors d’un défilé sur la place d’Espagne, à Rome, le vendredi 8 juillet. Pensée comme un dialogue avec Valentino Garavani, la collection-fleuve baptisée « The Beginning » faisait office de trait d’union entre le passé et le présent de la maison dans sa ville de naissance. 

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.