Qui est Inès Rau, la première playmate trans de Playboy ?

Article publié le 20 octobre 2017

Share :

Photo : Inès Rau dans le numéro novembre-décembre 2017 de Playboy
Texte : Maxime Retailleau

Quelques jours après l’annonce du décès de son iconique fondateur Hugh Hefner, Playboy annonce que sa playmate de novembre 2017 sera, pour la première fois de son histoire, un mannequin transgenre. Une dizaine de pages du prochain numéro seront dédiées à la Française de 26 ans qui figure dans le numéro hiver 2017-2018 d’Antidote : Fantasy.

Si Hugh Hefner n’était pas décédé récemment à l’âge de 91 ans, Inès Rau aurait été la première transsexuelle en couverture du magazine Playboy, pour le numéro novembre-décembre 2017. Rendant hommage à son fondateur, il consacre aussi une dizaine de pages à sa nouvelle playmate, comprenant une interview, un shooting réalisé par Derek Kettela, et un poster. « Je suis très flattée, je ne m’y attendais pas du tout, raconte-t-elle, d’autant que je ne suis pas la fille la plus « juicy », je suis assez fine et athlétique. La proposition de Playboy était le plus beau compliment qu’on pouvait me faire.»

Sa position éditoriale progressiste était d’ailleurs soutenue par le fondateur du magazine à la retraite : « Les droits LGBT étaient le dernier cheval de bataille de Hugh Hefner, d’ailleurs il s’est beaucoup battu pour le mariage pour tous, rappelle-t-elle. Il était ravi que je sois choisie pour la cover ». Avec cette couverture, la mannequin signe le coup d’éclat le plus historique d’une vie déjà hors-norme.

Photo : Inès Rau dans le numéro novembre-décembre 2017 de Playboy

Sa deuxième collaboration avec Playboy

À quatorze ans, encore garçon, elle accompagne sa mère fêtarde aux Bains Douches, rencontre David Guetta et parvient à se faire engager comme danseuse. Elle part alors en tournée d’Ibiza à Miami, et se sentant femme depuis ses plus jeunes années, achète des hormones sur le marché noir à partir de ses seize ans. Le jour où elle obtient sa majorité, elle effectue sa transformation, soutenue par sa famille. « Pendant l’opération, j’ai rêvé que je traversais un océan qui n’en finissait pas, et que j’arrivais de l’autre côté, confie t-elle. Et c’est un peu ce que j’ai vécu, j’ai vraiment eu cette satisfaction, ce bonheur, un sentiment de liberté, d’accord avec moi-même, avec mon âme, avec mon coeur. Je me suis aimée, j’ai aimé mon corps plus que jamais, j’ai pu commencer à avoir une vraie sexualité, à être à l’aise avec mon corps. C’était fantastique. »

COMING SOON INES RAU X PLAYBOY USA STAY TUNED

Une publication partagée par INES RAU (@supa_ines) le

Repérée par une personnalité de la mode alors qu’elle travaille comme physio à l’entrée du club parisien Man-Ray, Inès Rau entame une carrière de mannequin sans dévoiler son identité trans, puis s’envole pour New York à 23 ans, et pose pour Vogue ou encore Balmain. En 2014, elle est contactée pour un premier projet avec Playboy. « Au début, je ne disais pas que j’étais transexuelle, mais la rumeur a fait le tour de New York parce que je l’avais tout de même révélé à mes amis proches, et c’est arrivé à l’oreille de personnes travaillant chez Playboy qui faisaient un numéro spécial en mai 2014, explique t-elle. Ils voulaient une photo avec une trans dans ce numéro, et m’ont dit que c’était avec moi qu’ils voulaient le faire si j’acceptais de faire mon coming out. Je prévoyais déjà de le faire, donc le timing était parfait. »

Inès Rau devenait ainsi la première trans à figurer dans Playboy, sans avoir pour autant avoir à l’époque le statut de « playmate du mois » du magazine. C’est maintenant chose faite avec le numéro à venir, à travers lequel elle offre une nouvelle visibilité aux trans, dans le sillage d’autres mannequins comme Lea T ou encore Andreja Pejić. Elle s’en réjouit mais doit encore faire face à certaines remarques transphobes : « Il va falloir que je sois forte, parce que certaines personnes sont vraiment méchantes dans leurs commentaires. Mais même si ça me fait mal de les lire, je suis vraiment contente de faire partie des pionnières qui participent à ouvrir les esprits.»

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Sinéad Burke : « On doit être à la table des décisions »

Activiste et écrivaine irlandaise de 1,05 mètre passionnée de mode et de design, Sinéad Burke milite en faveur d’un monde plus inclusif qui s’adapterait aux besoins de chacun·e. À travers cet entretien, elle revient sur l’importance d’offrir une voix à ceux·celles qui ne sont pas entendu·e·s dans l’espace public, explique pourquoi il est impératif d’intégrer les personnes issues des minorités à la table des décisions et raconte pourquoi sa petite taille fait sa force.

L’édito de Yann Weber, directeur de la rédaction du nouveau numéro d’Antidote : Statements

L’identité d’Antidote, sur laquelle je me suis longtemps interrogé, s’est dessinée en filigrane ces 10 dernières années à travers ce grand rhizome de personnalités variées qui s’étire à l’horizontale de page en page, où les normes excluantes qui ont longtemps caractérisé le monde de la mode s’effacent pour laisser place à une vision inclusive et ouverte, au sein de laquelle les stigmates disparaissent.

Pas d’alcool ni de drogue : le mouvement straight edge est-il toujours aussi punk ?

Né dans des années 1980, le mouvement initié par le groupe de punk hardcore Minor Threat prônant une vie sans alcool et sans drogue semble connaître un regain de popularité. De plus en plus dépouillé de ses attributs originels, il est à la fois adopté par certain·e·s militant·e·s de la gauche radicale et par la nouvelle génération, adepte de mindfulness.

Société

Comment l’écosexualité réinvente les rapports entre l’humain et l’environnement ?

Entre émancipation sexuelle et combat écologique, l’écosexualité prône un rapport érotique avec la nature comme critique de l’anthropocentrisme. Mais qui sont au juste ces militants d’un nouveau genre ? Quelles sont les origines de leur mouvement et les réelles portées politiques de leurs revendications ?

Société

Over the rainbow : la fabuleuse épopée du drapeau arc-en-ciel

De sa création en version huit couleurs, par l’artiste et activiste Gilbert Baker, à son déploiement à l’international sous la forme qu’on lui connaît aujourd’hui, jusqu’à sa remise en question ces dernières années pour souligner la nécessité d’une plus grande inclusivité des personnes LGBTQ+ racisées, l’incroyable histoire du rainbow flag a épousé et accompagné celle des luttes menées par les communautés qu’il vise à représenter.

Société

In the mood for love(s) : l’essor de l’amour libre

Polyamoureux, couples libres, trouples: Antidote a rencontré celles et ceux qui bravent la norme de l’exclusivité sexuelle pour s’investir au sein de relations ouvertes, où les désirs se croisent et tentent de transcender la jalousie.

Société

lire la suite

> voir tout

Société

WOOYOUNGMI DIGITAL SHOW SS21