Prada abandonne la fourrure

Article publié le 23 mai 2019

Share :

Photo : Prada automne 2019.
23/05/2019

Une décision qui fait suite à un dialogue avec plusieurs associations.

Les manifestants anti-fourrure qui protestaient à l’extérieur du dernier défilé Croisière de Prada présenté à New York le 2 mai dernier auront enfin vu leurs souhaits s’exaucer. Mercredi 22 mai, le groupe Prada, propriétaire de la maison milanaise éponyme, de sa petite sœur Miu Miu et des marques de chaussures de luxe Car Shoe et Church’s a annoncé par voie de communiqué qu’il renonçait à l’utilisation de fourrure animale dans ses collections. Salué par plusieurs associations mobilisées pour la défense des animaux comme PETA, cet engagement sera appliqué dès la prochaine collection féminine de Prada pour le printemps-été 2020, qui sera présentée à Milan au mois de septembre.

Mûrement réfléchie, cette décision est le résultat d’un dialogue avec la Fur Free Alliance, une organisation qui fédère une cinquantaine d’associations qui militent pour les droits des animaux parmi lesquelles figurent notamment The Humane Society of the United States ou encore la LAV, la Ligue Anti-Vivisection italienne. Depuis 2017, la liste des maisons de luxe abandonnant la fourrure ne cesse de s’allonger. En 2017 et 2018, Michael Kors, Gucci, Versace, Armani ou encore Burberry avaient déjà pris le même engagement tandis qu’en décembre dernier, Chanel annonçait ne plus utiliser de peaux exotiques telles que le lézard, le python, l’alligator et le galuchat. 

Photo : Prada.

Alors que les consciences continuent de s’éveiller quant à la souffrance animale et que les consommateurs, adoptant des valeurs éthiques, sont de plus en plus exigeants, l’industrie de la mode se voit obliger d’adapter ses pratiques pour continuer à séduire sa clientèle et demeurer à l’avant-garde. « La recherche et le développement de matériaux innovants permettront à l’entreprise d’explorer de nouvelles frontières en terme de création, tout en répondant à la demande pour des produits plus éthiques » a expliqué Muccia Prada, héritière de Mario Prada, fondateur de la maison milanaise pour laquelle elle est actuellement aux commandes de la direction artistique. « L’innovation et la responsabilité sociale font partie des valeurs fondatrices du groupe Prada et la décision d’adopter une politique « fur free » (…) représente une étape importante dans le cadre de cet engagement » a-t-elle ajouté.

Ces dernières années, le mouvement anti-fourrure s’est considérablement développé et généralisé. Mais le combat n’est pas gagné. Aux États-Unis, si l’interdiction de la vente de produits en fourrure de première main a déjà été adoptée dans les villes californiennes de San Francisco et Los Angeles, à New York, où Prada présentait sa dernière collection, le sujet et l’application par la municipalité d’une loi restrictive similaire fait encore largement débat.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Comment les mythiques Blitz Kids ont réinventé la mode et la musique

En deux petites années, entre 1979 et 1980, du côté du quartier de Covent Garden à Londres, une soirée organisée tous les mardis soir au sein du minuscule Club Blitz a changé la face de Londres, de la mode, de la pop music, lancé la vague baroque et fière des Nouveaux Romantiques, et renvoyé définitivement l’uniforme des punks au rayon vintage. Retour vers le futur.

Neith Nyer reverse tous les bénéfices de sa nouvelle collection en faveur des trans noirs brésiliens

Fondé en 2015 par Francisco Terra, le label Neith Nyer fait son retour en grande pompe avec « Globe of Death ». Une collection inaugurant le projet « Neith Nyer Artisanal », né d’une collaboration entre le designer brésilien et une flopée de créatifs, dont la totalité des bénéfices sera reversée à Casa Chama, une association brésilienne qui lutte pour faire valoir les droits des personnes noires et transgenres.

Les algorithmes peuvent-ils prévoir la mode du futur ?

Avec le basculement vers le tout-digital, la data et les prédictions s’apprêtent à jouer un rôle décisif dans la relance des secteurs de la mode et du luxe. Comme dans chaque crise, les rapports de force évoluent et le recours aux algorithmes, bien qu’encore perçus comme opposés à la création, s’intensifie. D’abord pour rassurer, ensuite pour tenter de prévoir l’avenir.

Série mode : 2 Moncler 1952, Issue d’Antidote : DESIRE

Découvrez les pièces parmi les plus marquantes de l’été 2020 dans cette série mode inédite issue du nouveau numéro d’Antidote photographié par Ferry van der Nat, avec Chanel, Balenciaga, Versace, Lacoste, Ann Demeulemeester, Rombaut. Commandez dès maintenant Antidote : DESIRE sur notre eshop au prix de 15€.

Série mode : les looks de Richard Gallo reconstitués en exclusivité pour Antidote

Publiée dans le numéro printemps-été 2020 d’Antidote, cette fashion story dédiée à Richard Gallo mêle pièces d’archives issues de son vestiaire et looks reconstitués à partir de photographies, arborés par Tyrone Dylan.

Découvrez la sixième série mode de Ferry van der Nat issue d’Antidote : DESIRE

Découvrez les pièces parmi les plus marquantes de l’été 2020 dans cette série mode inédite issue du nouveau numéro d’Antidote photographié par Ferry van der Nat, avec Versace, Balenciaga, Louis Vuitton, Marine Serre, Christian Louboutin, Miu Miu ou encore Andreas Kronthaler for Vivienne Westwood. Commandez dès maintenant Antidote : DESIRE sur notre eshop au prix de 15€.

Fresh NewsMode

lire la suite

> voir tout

Fresh NewsMode

Rencontre avec Juan Alvear, le nail artist favori des popstars