L’oeuvre au noir, une rétrospective de Balenciaga à Paris

Article publié le 25 mars 2017

Share :

Photo : Gian Paolo Barbieri

L’illustre créateur de la maison éponyme Cristóbal Balenciaga est mis à l’honneur au Musée Bourdelle dans une exposition retraçant son obsession pour le noir.

« Le noir est la couleur du chic, de la modernité, de la sobriété, de l’intellectualisme, du deuil, de la sensualité… », racontait Karen Van Godtsenhoven, curatrice au MoMu – le musée de la Mode d’Anvers – dans une interview accordée à Madame Figaro . Couleur fantasmée par tous les créateurs, symbolique, le noir habite et habille la mode depuis le XVIe siècle et la royauté espagnole jusqu’aux plus emblématiques designers de notre ère : Rick Owens, Hedi Slimane, Alexander Wang ou encore Yohji Yamamoto en tête de liste. Si la couleur (ou « non-couleur ») obsède tant aujourd’hui, elle le doit beaucoup au travail de Cristóbal Balenciaga (1895-1972), père fondateur de la maison du même nom qui, avec son travail d’après-guerre, érigea le noir au rang de mythe.

BALENCIAGA, PREMIER GRAND MAÎTRE DU NOIR

Cristóbal Balenciaga était un visionnaire ; un alchimiste capable des plus grandes prouesses techniques avec goût, précision, rigueur, inventivité et avant-garde. Au delà de son travail d’orfèvre – visible par le choix minutieux de ses tissus, l’apparente simplicité de ses coupes ou encore sa maîtrise de la composition – c’est son attrait pour le noir qui se dégage de son travail : « Un noir si noir qu’il vous frappe comme une gifle, dépeignait en août 1938 le Harper’s Bazaar. Un noir si dense, espagnol, presque velouté, une nuit sans étoiles, qui fait passer le noir ordinaire pour presque gris ». De ses lignes tonneau (1947), ballon (1950), semi-ajustée (1951), sa tunique (1955) ou sa fameuse robe-sac (1957), toutes noires, ses créations ont, à travers les années, marqué leur époque de leur emprunte, teintée d’un noir profond, parfois lumineux, parfois épais, parfois transparent, unique en son genre.

Quarante-six ans après sa disparition, le Musée Bourdelle revient sur son héritage dans une exposition pensée et conçue par Olivier Saillard intitulée L‘Œuvre au noir. Au total, ce sont près de 70 pièces qui sont présentées, embrassant toutes les étapes de son processus créatif, des patrons aux prototypes jusqu’au résultat final : tailleurs, vestes et robes. On voit ainsi par le parcours du vêtement, celui de sa couleur, ses esquisses, son évolution, le jeu entre ombre et lumière et sa dynamique avec les autres couleurs, sa place capitale dans l’élaboration des silhouettes, la construction des lignes et le choix des volumes. Plus qu’une ode à la couleur, c’est le travail d’un homme que célèbre ici le Musée Bourdelle.

L’exposition L’Œuvre au noir est à découvrir au Musée Bourdelle du 8 mars au 16 juillet 2017.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Comment les mythiques Blitz Kids ont réinventé la mode et la musique

En deux petites années, entre 1979 et 1980, du côté du quartier de Covent Garden à Londres, une soirée organisée tous les mardis soir au sein du minuscule Club Blitz a changé la face de Londres, de la mode, de la pop music, lancé la vague baroque et fière des Nouveaux Romantiques, et renvoyé définitivement l’uniforme des punks au rayon vintage. Retour vers le futur.

Neith Nyer reverse tous les bénéfices de sa nouvelle collection en faveur des trans noirs brésiliens

Fondé en 2015 par Francisco Terra, le label Neith Nyer fait son retour en grande pompe avec « Globe of Death ». Une collection inaugurant le projet « Neith Nyer Artisanal », né d’une collaboration entre le designer brésilien et une flopée de créatifs, dont la totalité des bénéfices sera reversée à Casa Chama, une association brésilienne qui lutte pour faire valoir les droits des personnes noires et transgenres.

Les algorithmes peuvent-ils prévoir la mode du futur ?

Avec le basculement vers le tout-digital, la data et les prédictions s’apprêtent à jouer un rôle décisif dans la relance des secteurs de la mode et du luxe. Comme dans chaque crise, les rapports de force évoluent et le recours aux algorithmes, bien qu’encore perçus comme opposés à la création, s’intensifie. D’abord pour rassurer, ensuite pour tenter de prévoir l’avenir.

Série mode : 2 Moncler 1952, Issue d’Antidote : DESIRE

Découvrez les pièces parmi les plus marquantes de l’été 2020 dans cette série mode inédite issue du nouveau numéro d’Antidote photographié par Ferry van der Nat, avec Chanel, Balenciaga, Versace, Lacoste, Ann Demeulemeester, Rombaut. Commandez dès maintenant Antidote : DESIRE sur notre eshop au prix de 15€.

Série mode : les looks de Richard Gallo reconstitués en exclusivité pour Antidote

Publiée dans le numéro printemps-été 2020 d’Antidote, cette fashion story dédiée à Richard Gallo mêle pièces d’archives issues de son vestiaire et looks reconstitués à partir de photographies, arborés par Tyrone Dylan.

Qui est Richard Gallo, pionnier de la performance artistique et sex symbol ?

Sex-symbol de l’underground new-yorkais dans les années 1970, le performeur Richard Gallo a fait de sa manière d’être une œuvre d’art à part entière. Au croisement de la mode, du bodybuilding et du théâtre, sa pratique subversive a transformé la rue en une scène expérimentale, où il exhibait sa musculature parfaite et son vestiaire licencieux mêlant esthétique camp, sado-masochisme et glamour hollywoodien.

lire la suite

> voir tout

Art

Jusqu’au 21 juin, le photographe Ilyes Griyeb vend ses clichés en ligne au profit du comité La Vérité pour Adama