L’oeuvre au noir, une rétrospective de Balenciaga à Paris

Article publié le 25 mars 2017

Photo : Gian Paolo Barbieri

L’illustre créateur de la maison éponyme Cristóbal Balenciaga est mis à l’honneur au Musée Bourdelle dans une exposition retraçant son obsession pour le noir.

« Le noir est la couleur du chic, de la modernité, de la sobriété, de l’intellectualisme, du deuil, de la sensualité… », racontait Karen Van Godtsenhoven, curatrice au MoMu – le musée de la Mode d’Anvers – dans une interview accordée à Madame Figaro . Couleur fantasmée par tous les créateurs, symbolique, le noir habite et habille la mode depuis le XVIe siècle et la royauté espagnole jusqu’aux plus emblématiques designers de notre ère : Rick Owens, Hedi Slimane, Alexander Wang ou encore Yohji Yamamoto en tête de liste. Si la couleur (ou « non-couleur ») obsède tant aujourd’hui, elle le doit beaucoup au travail de Cristóbal Balenciaga (1895-1972), père fondateur de la maison du même nom qui, avec son travail d’après-guerre, érigea le noir au rang de mythe.

BALENCIAGA, PREMIER GRAND MAÎTRE DU NOIR

Cristóbal Balenciaga était un visionnaire ; un alchimiste capable des plus grandes prouesses techniques avec goût, précision, rigueur, inventivité et avant-garde. Au delà de son travail d’orfèvre – visible par le choix minutieux de ses tissus, l’apparente simplicité de ses coupes ou encore sa maîtrise de la composition – c’est son attrait pour le noir qui se dégage de son travail : « Un noir si noir qu’il vous frappe comme une gifle, dépeignait en août 1938 le Harper’s Bazaar. Un noir si dense, espagnol, presque velouté, une nuit sans étoiles, qui fait passer le noir ordinaire pour presque gris ». De ses lignes tonneau (1947), ballon (1950), semi-ajustée (1951), sa tunique (1955) ou sa fameuse robe-sac (1957), toutes noires, ses créations ont, à travers les années, marqué leur époque de leur emprunte, teintée d’un noir profond, parfois lumineux, parfois épais, parfois transparent, unique en son genre.

Quarante-six ans après sa disparition, le Musée Bourdelle revient sur son héritage dans une exposition pensée et conçue par Olivier Saillard intitulée L‘Œuvre au noir. Au total, ce sont près de 70 pièces qui sont présentées, embrassant toutes les étapes de son processus créatif, des patrons aux prototypes jusqu’au résultat final : tailleurs, vestes et robes. On voit ainsi par le parcours du vêtement, celui de sa couleur, ses esquisses, son évolution, le jeu entre ombre et lumière et sa dynamique avec les autres couleurs, sa place capitale dans l’élaboration des silhouettes, la construction des lignes et le choix des volumes. Plus qu’une ode à la couleur, c’est le travail d’un homme que célèbre ici le Musée Bourdelle.

L’exposition L’Œuvre au noir est à découvrir au Musée Bourdelle du 8 mars au 16 juillet 2017.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Les vêtements virtuels vont-ils hacker l’industrie de la mode ?

Dans le contexte pandémique actuel, la mode immatérielle est en pleine expansion. Des vêtements et des accessoires virtuels qu’on ne peut ni toucher, ni porter dans la vie réelle, s’échangent pour des montants allant de quelques dizaines d’euros à plusieurs milliers. Avec en ligne de mire une mode à la fois plus sustainable et plus inclusive.

Lire la suite

Le chanteur Ichon est le visage du Kiss Kiss, premier sac vegan et gender-free d’Antidote Studio.

Pour le printemps-été 2021, Antidote lance son premier sac vegan et gender-free. Baptisé Kiss Kiss, ses lignes graphiques et son allure minimaliste s’inspirent des BPM, ou battements par minute, l’unité de mesure qui exprime le rythme de la musique.

Lire la suite

De quoi les cultures « core » sont-elles le nom ?

Regencycore, cottagecore, gorpcore… Ces tendances 2.0, sitôt apparues, sitôt transformées en hashtags, défilent en nombre sur les réseaux sociaux. Quel rôle jouent-elles au sein de la mode contemporaine ?

Lire la suite

La (haute) couture : ultime refuge de la jeune création ?

Laboratoire d’expérimentation pour les un·e·s, medium pour casser les codes pour d’autres, la haute couture se renouvelle grâce à une jeune génération engagée et créative bien attachée à défendre son désir de liberté et de non-conformisme. Quitte à refuser les visions statiques et parisiano-centrées de la discipline.

Lire la suite

La lingerie féminine s’émancipe des diktats

Une nouvelle vague de designers remet en question les standards corporels de beauté à travers leurs pièces de lingerie avant-gardistes, défaites des impératifs patriarcaux liés au male gaze.

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.