Air Max Day 2023 : Nike célèbre et renouvelle son icône aux mille visages

Article publié le 28 mars 2023

Texte : Henri Delebarre.
Photo : Jeshi portant la Nike Air Max Pulse.

À l’occasion du Air Max Day, qui se tenait le 26 mars, à la date anniversaire du tout premier modèle de Nike Air Max 1, sorti en 1987, l’équipementier sportif américain originaire de l’Oregon a dévoilé un tout nouveau modèle, baptisé « Air Max Pulse », ainsi qu’une réédition de la Air Max 1 ‘86 Big Bubble. L’occasion pour Nike de célébrer les origines de la Air Max, une chaussure aux mille visages, et pour les puristes et autres sneakerheads fans de la marque, de se procurer un morceau d’histoire. Éclairé par les témoignages de quatre aficionados de Air Max, Antidote revient sur l’ascension et l’évolution de cette série de sneakers mythiques.

Qu’est-ce qui défini une icône ? Cette question, Nike y répond chaque année, lors du Air Max Day, une journée dédiée à la célébration de l’histoire de la Air Max, mise en place en 2014, et émaillée, selon les années, de rééditions d’anciens modèles et de sorties inédites, qui suscitent un véritable engouement auprès des fans de la culture sneakers. Âgé de 37 ans (comme la Air Max) , Kévin Fois est l’un d’entre eux. Aujourd’hui dans la couture industrielle, après avoir travaillé dans le bâtiment, il collectionne, chine et restaure depuis trois ans des Air Max 1, un modèle dont il possède aujourd’hui 35 paires. « C’est mon beau-frère, qui est aussi un passionné et collectionneur, qui m’a fait tomber dedans », explique le skateur, qui a été séduit par le confort offert par les Air Max, en comparaison à celui d’autres chaussures qu’il avait l’habitude de porter lors de la pratique de ce sport, et par son côté culturel et historique.

Kévin Fois : « La réédition de la Big Bubble, c’est quelque chose qu’on attendait beaucoup. »

Évoluant au gré des innovations technologiques, développées au fil des années et accompagnant la sortie de nouveaux modèles, la Air Max est en effet devenue la représentante par excellence de la culture sneakers. Exponentiel, son succès et son renouvellement constant lui ont permis de s’ancrer dans la pop culture et de séduire un large pan de la société. Elle a ainsi été adoptée par de nombreuses générations et célébrités, quelque soit leur genre, appartenant à l’univers du sport, de la musique – du rap comme du hip hop –, de la mode ou encore du cinéma. Parisienne de 26 ans, Liz-Audrey raconte avoir eu sa première paire, des Air Max 1, vers 14 ans, sous l’influence de son cousin et d’une personnalité sportive qu’elle admire. « Mon cousin avait beaucoup de Air Max, donc c’était un peu un but pour moi d’en avoir aussi. Je fais du tennis depuis toute petite, et ma tenniswoman préférée, Serena Williams, portait régulièrement des Air Max. Je pense que c’est comme ça que j’ai eu envie d’en porter et que Nike est devenue ma marque préférée, raconte-t-elle. Ce que j’aime dans cette chaussure, c’est son côté versatile. Elle peut plaire à plein de personnes différentes. Il y a plein de variantes, et on peut autant la porter pour le sport qu’au quotidien. Elle s’adapte à toutes les situations. » Une vision que partage Sony, styliste ayant grandi en banlieue et aujourd’hui installé à Paris : « La Air Max parle à des gens qui ne s’intéressent pas forcément aux sneakers, tant elle est universelle. »
Photo : M. Franklin Rudy, l’inventeur de la technologie Air.
Fédérant aujourd’hui une véritable communauté autour d’elle, la Air Max, ou plutôt les Air Max, tant il en existe de déclinaisons, sont nées dans l’esprit du désormais célèbre designer Tinker Hatfield. Recruté par Nike en 1981 en tant qu’architecte pour concevoir des bureaux, l’américain devient designer de chaussures pour la marque à partir de 1985, suite à sa participation à un concours pour concevoir un nouveau modèle. Souhaitant rendre visible la technologie Air, mise au point au milieu des années 1970 par l’ingénieur aéronautique Marion Franklin Rudy et adoptée par Nike en 1977, pour offrir un meilleur amorti grâce à des semelles injectées d’air (utilisées pour la première fois lors du Marathon d’Honolulu de 1978, sur la Nike Air Tailwind), Tinker Hatfield s’inspire, selon la légende, des tuyaux transparents qui traversent la façade du Centre Pompidou pour créer une fenêtre dans la semelle, laissant entrevoir une bulle d’air transparente.

Audacieuse, cette idée visant à offrir aux client·e·s une meilleure compréhension de la technologie Air déployée par Nike se matérialise d’abord, en 1986, sur un modèle aujourd’hui extrêmement rare, connu sous le nom de Air Max 1 ‘86 Big Bubble. Mais en raison de la trop grande taille de son unité Air, qui a tendance à se fissurer, cette Air Max initiale n’est produite qu’à 400 000 exemplaires, avant d’être retirée du marché, pour être remplacée par la Air Max 1 telle qu’on la connaît aujourd’hui, avec une bulle plus petite mais résistante. C’est pour rappeler cette proto-Air Max partiellement oubliée que Nike a choisi cette année de rééditer la Big Bubble, afin de permettre à ceux·celles qui l’acquiert de marcher dans les pas de l’histoire. « La réédition de la Big Bubble, c’est quelque chose qu’on attendait beaucoup. C’est une paire que je suis très content de voir ressortir », se réjouit Kévin. Conscient·e·s de la préciosité de la Big Bubble, en raison de sa rareté, les designers de Nike ont utilisé des rayons X pour analyser l’intérieur du modèle, sans avoir à le disséquer, afin de pouvoir recréer son coussin d’air.
Photo : L’évolution de la gamme Air Max et de l’unité Air.
Sans cesse repensée et optimisée, la Air Max a depuis muté et entériné de multiples révolutions, poussée par l’ambition de Nike d’aller toujours plus loin dans le confort et le design, pour l’adapter à l’air du temps. Parmi les membres les plus connus de la famille Air Max, on peut ainsi citer la Air Max 90 – relativement semblable à sa grande sœur, la Air Max 1 –, mais aussi la Air Max 93, qui est la première à se doter d’une unité Air visible à 270 degrés, sur l’arrière de sa semelle. Suivront la Air Max 95, la première à dupliquer la bulle d’air sur l’avant de la semelle, ou encore les Air Max 97 et 98, flottant entièrement sur un coussin transparent. Propriétaire d’une dizaine de paires de Air Max, tous modèles confondus, Sony avoue avoir un faible tout particulier pour cette dernière. « J’ai un paire de Air Max 98, vert acide et bleu électrique, avec laquelle je suis allé en soirée techno pendant des années. »

Liz-Audrey : « La Air Max est intemporelle. C’est devenue une référence ! »

Plus connue sous le nom de « TN » ou de « Requin », la Air Max Plus, sortie en 1998, s’impose elle aussi comme une icône. Autant adoptée dans les banlieues que dans les milieux fétichistes ou dans la mode, elle est notamment revisitée en 2020 par le label Supreme. Sony raconte d’ailleurs que son obsession pour les Air Max a commencé « en parcourant des Skyblogs entiers dédiés à la TN », quand il avait 10 ou 11 ans. « Pour moi, c’était le summum de la classe, poursuit-il. J’aimais son côté agressif, son exubérance, et elles ne sont pas qu’esthétiques, elles sont particulièrement agréables à porter », raconte-t-il. « Quand j’étais en CP, au début des années 2000, les Air Max étaient LA paire à avoir. J’en rêvais. Quand on jouait au foot avec les copains, le premier qui était pris dans l’équipe n’était pas forcément le plus fort, mais celui qui avait une paire de TN ! », se remémore-t-il. Ce rapport émotionnel à la Air Max, beaucoup le partagent, à l’instar des nombreux·ses collectionneur·se·s, comme Kévin, qui voue un culte à la Air Max 1, ou de Marie, la copine et associée de Sony. « Il y a un côté sentimental, confie la jeune femme de 29 ans, qui possède une douzaine de Air Max à l’heure actuelle. La première paire que j’ai acheté, à 18 ans, c’était des Air Max 1. Je les ai gardées en souvenir, même si elle sont fracassées. Aussi, je suis née en 1993 et j’ai donc acheté la Air Max 93, qui est un peu ma préférée. » 
Photo : La Nike Air Max Plus x Supreme.
Déclinée de la Air Max Plus et lancée en 2017, la VaporMax intègre quant à elle une tige en « Flyknit », une maille épousant la forme du pied comme une chaussette, composée sur certaines déclinaisons d’au moins 50% de matériaux recyclés, pour devenir l’une des sneakers les plus sustainable de la marque au swoosh, engagée dans le projet éco-responsable « Move to Zero ».
Photo : Nia Archives portant la Nike Air Max Pulse.
Aujourd’hui, l’innovation se poursuit, notamment autour du confort et de l’amorti, avec la sortie d’un tout nouveau modèle, baptisé Air Max Pulse, reprenant la même unité Air que la Air Max 270 (lancée en février 2018 et elle-même inspirée de la Air Max 93, dont la semelle a conduit à un véritable tournant quant à la taille et à la forme des coussins des générations suivantes). Offrant davantage de rebond et résultant d’une longue réflexion sur la répartition du poids, la nouvelle Air Max Pulse affiche une silhouette épurée, s’inspirant une nouvelle fois de l’architecture, cette fois-ci brutaliste. Disponible depuis le 26 mars, elle rend également hommage, à travers sa campagne « A Whole New Frequency » avec les rappeur·se·s et DJ londonien·ne·s Jeshi et Nia Archives, à l’énergie de la scène musicale londonienne.
Photo : La Nike Air Max Pulse.
Une nouvelle preuve que les Nike Air Max, tour à tour adoptées par Tupac, Spike Lee ou encore Emily Ratajkowski, ont su sans cesse capter l’air du temps, pour s’intégrer à la pop culture et devenir de véritables icônes unisexes et transgénérationnelles. Elles ont par ailleurs fait l’objet de multiples collaborations avec des labels, dont Off-White, Ambush, Patta ou encore Cactus Jack, de Travis Scott. En 2018, le rappeur Rim’K lui dédiait quant à lui un morceau, en featuring avec Ninho. « La Air Max est intemporelle. C’est devenue une référence ! », conclut Liz-Audrey.

Les plus lus

Commandez le numéro printemps-été 2024 d’Antidote

Commandez le numéro printemps-été 2024 d’Antidote.

Lire la suite

Nike réinvente son emblématique ensemble Tech Fleece pour ses dix ans

Lancée il y a tout juste dix ans, la gamme « Tech Fleece » de Nike, composée de survêtements chauds, légers et polyvalents, taillés dans un tissu technique ultra-doux, s’améliore et se réinvente dans une version plus respectueuse de l’environnement, plus chaude et plus légère, qui se décline dans des coloris inédits.

Lire la suite

Christian Louboutin s’inspire du basketball et des années 90 pour sa nouvelle sneaker « Astroloubi »

Dévoilée en juin dernier lors de la Fashion Week homme printemps-été 2024 de Paris et photographiée dans le dernier numéro d’Antidote « Now or Never », la nouvelle paire de sneakers « Astroloubi » fusionne l’esthétique de la chaussure de basket des années 1990 et les codes emblématiques de la maison Louboutin, tels que la semelle rouge carmin et les détails cloutés.

Lire la suite

La maison Fendi invite Stefano Pilati pour sa collection hiver 2023/2024 « Friends of Fendi »

Après avoir collaboré avec Donatella Versace, Marc Jacobs ou encore le label Skims de Kim Kardashian, le directeur artistique des collections féminines de la maison romaine Kim Jones a fait appel au designer Stefano Pilati, avec qui il est ami, pour concevoir une collection explorant la notion de liberté. Antidote l’a photographiée sur l’actrice et mannequin Hari Nef pour son numéro automne-hiver 2023/2024. 

Lire la suite

Rabanne x H&M : Julien Dossena et Ann-Sofie Johansson se livrent sur leur collaboration dans une interview exclusive pour Antidote

Après avoir fait appel à Stella McCartney, Donatella Versace ou plus récemment Casey Cadwallader de Mugler, le géant suédois H&M s’est associé à la maison Rabanne et à son directeur artistique, Julien Dossena, pour concevoir sa nouvelle collection capsule en collaboration avec un·e grand·e designer. En résulte des pièces à l’esthétique seventies audacieuses et festives, retranscrivant l’approche radicale et l’exploration des matières chères à Paco Rabanne.

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.