Neith Nyer reverse tous les bénéfices de sa nouvelle collection en faveur des trans noirs brésiliens

Article publié le 26 juin 2020

texte : Henri Delebarre

Photos : Adam Peter Johnson.

Fondé en 2015 par Francisco Terra, le label Neith Nyer fait son come-back avec « Globe of Death ». Une collection inaugurant le projet « Neith Nyer Artisanal », né d’une collaboration entre le designer brésilien et une flopée de créatifs, dont la totalité des bénéfices sera reversée à Casa Chama – une association brésilienne qui lutte pour faire valoir les droits des personnes noires et transgenres.

Après s’être associé à la marque DDP pour réaliser sa dernière collection présentée lors d’un défilé en février 2019, le label Neith Nyer et son fondateur Francisco Terra avaient quelque peu disparus des radars de la mode. Mais c’était sans compter sur l’inventivité du label. Car ce lundi 22 juin, le designer d’origine brésilienne fait son grand retour avec le lancement de « Neith Nyer Artisanal », un nouveau projet dont vient d’être dévoilée la collection inaugurale : « Globe of Death ». Fruit d’une collaboration entre Francisco Terra et une kyrielle de créatifs, cette dernière devait à l’origine être une simple capsule présentée à l’occasion de la Paris Ass Book Fair prévue au printemps, au Palais de Tokyo. Mais à cause de l’annulation de la foire face à la pandémie de Covid-19, Francisco Terra a dû revoir ses plans. Profitant du confinement pour réfléchir à son rôle de designer et s’entourant de proches, il a ainsi donné plus d’ampleur à cette capsule initialement baptisée « Neith Nyer Friends and Family » pour donner naissance à « Neith Nyer Artisanal », une nouvelle ligne engagée et responsable.

Contraint de rester enfermer dans son appartement du 18ème arrondissement de Paris, Francisco Terra s’est replongé dans sa garde-robe et y a redécouvert ses propres vêtements, portant les stigmates de ses origines. Se remémorant ainsi tout un imaginaire lié à son enfance dans le Minas Gerais, une vaste région au sud-est du Brésil, celui qui a fait ses armes chez Givenchy a alors esquissé dans sa tête les contours de sa nouvelle collection et a réfléchit à sa propre réinvention pour construire une mode plus équitable. S’inspirant des montagnes poussiéreuses ponctuant les paysages de sa région natale, il revisite ici les santiags et ceintures des cowboys brésiliens et rend hommage au « globe de la mort », ce spectacle de cirque lors duquel des motards roulent à toute allure dans une sphère de métal ajourée.

Genderless et upcyclée, « Globe of Death » est donc à lire comme un millefeuille d’inspirations et d’esthétiques. Reflétant le style vestimentaire personnel de Francisco Terra, elle est la somme de ses influences multiculturelles – entre le Brésil (un pays qui compte une des populations parmi les plus métissées du monde) et l’Europe – et des apports des seize designers et labels invités à collaborer sur le projet. Parmi eux, citons notamment la créatrice Florence Tétier, avec qui Francisco Terra a imaginé « des bijoux apocalyptiques » à partir de déchets, ou encore Alejandro Gómez Palomo de Palomo Spain. De ses échanges avec ce dernier, c’est un monogramme « critiquant le système dans lequel nous travaillons » qui est né. On le retrouve parsemé en all-over sur des ensembles en denim, ailleurs traversés de motifs marbrés et upcyclés, grâce à l’aide d’Emily Starobrat du label Denem. À cette liste viennent s’ajouter la créatrice de bijoux Stéphanie D’Heygere, la marque Levi’s ou encore la friperie Guerrisol.

Ensemble, tous devraient – selon l’annonce faite dans le communiqué – se réunir une à deux fois par an, organisant peut-être même parfois un défilé tout en gardant toujours une totale liberté. Car dans la lignée de l’appel récent de plusieurs designers, dont Dries Van Noten, pour ralentir la cadence des Fashion Weeks, « Neith Nyer Artisanal » refuse de se plier aux contraintes imposées par le calendrier et souhaite d’abord mieux considérer les enjeux liés au dérèglement climatique. « J’ai de plus en plus de mal à faire face à une industrie fondée sur les abus et le consumérisme, qui prospère grâce à la destruction de l’environnement et qui perpétue l’injustice raciale et sexiste », explique Francisco Terra dans ce qui ressemble davantage à un manifeste qu’à un communiqué de presse. «La mode a perdu sa voix politique. […] Je veux redonner de la valeur à l’expression. […] Je veux recycler, up-cycler […] et regarder au-delà des représentations classiques du genre. […] Je veux collaborer, au vrai sens du terme. »

Des collaborations qui se prolongent aujourd’hui avec Antidote puisqu’en plus d’être vendues sur la plateforme de e-commerce Neith Nyer à partir de ce lundi, certaines pièces issues de la collection sont également disponibles sur MagazineAntidote.com, qui signe ici le premier partenariat de son eshop avec une marque, apportant ainsi son soutien à la cause qu’elle défend. Car l’heure où les droits des minorités sont encore bien trop largement bafoués, Neith Nyer s’est engagé a reverser la totalité de ses bénéfices à l’association brésilienne Casa Chama, qui soutient les personnes trans noires. Une prise de position forte qui fait particulièrement écho à l’actualité, alors que plusieurs femmes transgenres noires ont été assassinées aux États-Unis ces dernières semaines et que la situation des personnes trans s’est dégradée depuis l’élection de Jair Bolsonaro à la présidence du Brésil en janvier 2019 (un pays qui, selon une enquête de l’Antra, comptait déjà en 2018 le plus grand nombre de crimes contre les personnes appartenant aux communautés LGBTQ+). Une manière de redonner un sens à la mode et d’affirmer que s’il peut paraître futile, le vêtement a bel et bien un pouvoir politique et peut servir une cause.

Retrouvez les pièces de la collection Neith Nyer Artisanal vendues par Antidote sur notre eshop. Les bénéfices seront reversés à l’association Casa Chama. 

Retrouvez les pièces de la collection Neith Nyer Artisanal vendues par Antidote sur notre eshop. Les bénéfices seront reversés à l’association Casa Chama. 

Retrouvez les pièces de la collection Neith Nyer Artisanal vendues par Antidote sur notre eshop. Les bénéfices seront reversés à l’association Casa Chama. 

Retrouvez les pièces de la collection Neith Nyer Artisanal vendues par Antidote sur notre eshop. Les bénéfices seront reversés à l’association Casa Chama. 

À lire aussi :

Les plus lus

Pourquoi il ne fallait pas rater le dernier défilé Haute Couture de la maison Valentino

Pierpaolo Piccioli a présenté sa nouvelle collection de Haute Couture pour la maison romaine lors d’un défilé sur la place d’Espagne, à Rome, le vendredi 8 juillet. Pensée comme un dialogue avec Valentino Garavani, la collection-fleuve baptisée « The Beginning » faisait office de trait d’union entre le passé et le présent de la maison dans sa ville de naissance. 

Lire la suite

Antidote Fanzine x Burberry : Comment Riccardo Tisci refaçonne l’ADN de Burberry ?

Ce n’était pas encore une Maison mais plutôt une Mansion. Une very British Mansion devenue le temple vestimentaire-mais-pas-que de la culture anglaise. Une sorte de monument dont la splendeur n’effraie plus tant on y est habitué. Puis soudain, en mars 2019, une arrivée a bousculé les traditions. Celle de Riccardo Tisci, nommé chief creative officer de Burberry, après 13 années passées à la direction artistique de Givenchy et un intermezzo de quelques mois au sein de sa famille, près du lac de Côme.

Lire la suite

Retrouvez les photos de la soirée Antidote organisée durant la Fashion Week homme printemps-été 2023

Samedi 25 juin, Antidote organisait une nouvelle soirée au Silencio, à l’occasion de la Fashion Week masculine de Paris printemps-été 2023. Retour sur un événement qu’il ne fallait pas manquer, marqué par une série de DJ sets de Panteros666, Jeune Pouce et Housewife 9, entrecoupée d’une performance live du rappeur Michel.

Lire la suite

Rencontre avec le fondateur du label A-Cold-Wall* Samuel Ross, à l’occasion de la sortie de sa nouvelle sneaker

À l’occasion du lancement chez 3537 de la nouvelle Converse Sponge Crater, née de la collaboration entre le fondateur du label britannique A-Cold-Wall*, Samuel Ross, et la marque de chaussures américaine Converse, Antidote a rencontré le designer, en pleine Fashion Week masculine de Paris. À travers cet entretien, il revient sur son ambition pour le futur de Converse et de A-Cold-Wall*, évoque sa volonté d’être le plus sincère possible dans son travail quasi autobiographique et dépeint son désir d’allier approche utilitaire et esthétique conceptuelle.

Lire la suite

Mode, ego & psycho : quand l’habit fait le mood

Si l’intérêt de l’anthropologie, de la sociologie ou de la philosophie pour la mode et ses productions est documenté et relayé depuis de nombreuses années, celui que lui portent la psychologie, la psychanalyse ou encore la psychiatrie demeure étrangement dans l’ombre. Pourtant, pour peu que l’on s’y penche, force est de constater que la mode et les objets qu’elle produit pour permettre à chacun de composer sa propre « parure » – selon le terme d’usage en anthropologie – intéressent depuis plusieurs décennies les acteur·rice·s de ces disciplines. Entre la publication d’ouvrages sur les liens unissant mode et inconscient, la mise en place d’expérimentations analysant l’impact des vêtements sur nos capacités cognitives, l’intégration de vestiaires spécifiques dans le cadre de certaines thérapies, voire l’appropriation par les marques de luxe elles-mêmes de discours ayant recours au champ lexical de la psychologie, retour sur l’intérêt mutuel que se portent mode et sciences cognitives.

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.