L’édito de Yann Weber, directeur de la rédaction du nouveau numéro d’Antidote : Excess

Article publié le 28 août 2018

Share :

Yann Weber, directeur de la rédaction et de la création, raconte pourquoi il a choisi de consacrer ce nouveau numéro d’Antidote hiver 2018-2019 à la notion d’excès en tout genre, que ce soit dans le milieu de la mode, le monde de l’art ou à travers le parcours d’artistes iconoclastes. Voici Excess.

Il est peu de notions aussi versatiles que l’excès. Son inconstance, il la doit à la norme, avec laquelle il construit une dialectique à double-sens au service d’une permanente évolution, pour le bien de nos sociétés qui s’évertuent à remettre l’ordre établi en question à coup de protestations – dans la rue ou derrière nos écrans. L’excès est vecteur de changement.

Je ne ferai pas ici l’apologie des excès condamnables, préjudi-ciables ou inacceptables, mais me focaliserai sur ceux corrélés à l’essentielle liberté que nous célébrions quelques saisons plus tôt, accompagnés de Ren Hang.

Cet hiver, c’est un autre photographe chinois à qui nous confions la réalisation de cet Antidote. Il s’appelle Xiangyu Liu, il a 29 ans, et son œuvre, déjà riche de centaines d’images, se nourrit d’excès esthétiques et artistiques. Comme le dit avec justesse la journaliste Benedetta Blancato, ces extravagances se verront bientôt digérées puis introduites sous forme de nutriments à une industrie de la mode globalisée. Et dans vingt ans, personne n’y verra probablement plus la moindre once de provocation. Donatella Versace le raconte dans l’entretien qu’elle fait l’honneur de nous accorder au sein de cet Antidote : Excess. Il y est question d’héritage et de valeurs, tout comme pour Christine & The Queens muée en Chris, et la spontanée Adèle Exarchopoulos.

Mais c’est peut-être l’écrivain Arthur Dreyfus qui donne avec sa nouvelle l’expression la plus explicite de l’excès, manifesté dans les situations banales de notre quotidien. Car l’excès est partout. Et surtout dans notre façon de considérer, de domestiquer et de consommer le monde. Nous serons bientôt 10 milliards sur Terre et le besoin de mesure n’a paradoxalement jamais été aussi présent. Et si l’on tentait finalement de chercher l’excès dans la vertu ?

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

L’édito de Yann Weber, directeur de la rédaction du nouveau numéro d’Antidote : Statements

L’identité d’Antidote, sur laquelle je me suis longtemps interrogé, s’est dessinée en filigrane ces 10 dernières années à travers ce grand rhizome de personnalités variées qui s’étire à l’horizontale de page en page, où les normes excluantes qui ont longtemps caractérisé le monde de la mode s’effacent pour laisser place à une vision inclusive et ouverte, au sein de laquelle les stigmates disparaissent.

Comment les mythiques Blitz Kids ont réinventé la mode et la musique

En deux petites années, entre 1979 et 1980, du côté du quartier de Covent Garden à Londres, une soirée organisée tous les mardis soir au sein du minuscule Club Blitz a changé la face de Londres, de la mode, de la pop music, lancé la vague baroque et fière des Nouveaux Romantiques, et renvoyé définitivement l’uniforme des punks au rayon vintage. Retour vers le futur.

Neith Nyer reverse tous les bénéfices de sa nouvelle collection en faveur des trans noirs brésiliens

Fondé en 2015 par Francisco Terra, le label Neith Nyer fait son retour en grande pompe avec « Globe of Death ». Une collection inaugurant le projet « Neith Nyer Artisanal », né d’une collaboration entre le designer brésilien et une flopée de créatifs, dont la totalité des bénéfices sera reversée à Casa Chama, une association brésilienne qui lutte pour faire valoir les droits des personnes noires et transgenres.

Les algorithmes peuvent-ils prévoir la mode du futur ?

Avec le basculement vers le tout-digital, la data et les prédictions s’apprêtent à jouer un rôle décisif dans la relance des secteurs de la mode et du luxe. Comme dans chaque crise, les rapports de force évoluent et le recours aux algorithmes, bien qu’encore perçus comme opposés à la création, s’intensifie. D’abord pour rassurer, ensuite pour tenter de prévoir l’avenir.

Série mode : 2 Moncler 1952, Issue d’Antidote : DESIRE

Découvrez les pièces parmi les plus marquantes de l’été 2020 dans cette série mode inédite issue du nouveau numéro d’Antidote photographié par Ferry van der Nat, avec Chanel, Balenciaga, Versace, Lacoste, Ann Demeulemeester, Rombaut. Commandez dès maintenant Antidote : DESIRE sur notre eshop au prix de 15€.

Série mode : les looks de Richard Gallo reconstitués en exclusivité pour Antidote

Publiée dans le numéro printemps-été 2020 d’Antidote, cette fashion story dédiée à Richard Gallo mêle pièces d’archives issues de son vestiaire et looks reconstitués à partir de photographies, arborés par Tyrone Dylan.

lire la suite

> voir tout

Mode

Jusqu’au 3 juillet, la galerie UTA Artist Space explore l’identité noire avec l’exposition digitale « Renaissance: Noir »