Série mode : la nouvelle collection subversive de Prada photographiée par Antidote

Article publié le 1 juillet 2019

Share :

Photos : Davit Giorgadze pour Magazine Antidote : SURVIVAL été 2019. Modèle : Jing Wen. Stylisme : Yann Weber. Casting : Bert Martirosyan. Coiffure : Dushan Petrovich. Maquillage : Patrick Glatthaar.

Photographiée par l’artiste géorgien Davit Giorgadze, cette série mode issue du  numéro Antidote : SURVIVAL met en scène la collection printemps-été 2019 de Prada.

Présentée dans le nouvel espace de la fondation d’art contemporain de la maison dessiné par l’architecte néerlandais Rem Koolhaas à Milan, la collection printemps-été 2019 de Prada célèbre une nouvelle fois le mélange des genres et la dichotomie, à l’image des bâtiments de cette ancienne distillerie. Adepte des juxtapositions d’imprimés hétéroclites, Miuccia Prada propose cette saison une nouvelle confrontation : celle entre conservatisme et rébellion. « Je voulais discuter de cette dualité entre un souhait de liberté et de fantaisie, et, de l’autre côté, du conservatisme extrême qui ressurgit », expliquait en coulisse la créatrice italienne diplômée en sciences politiques, qui analyse régulièrement la mode par le prisme de la sociologie.

À gauche : top et serre-tête, Prada.

À droite : top, short, chaussettes, sandales et sac, Prada.

Présentée dans le nouvel espace de la fondation d’art contemporain de la maison dessiné par l’architecte néerlandais Rem Koolhaas à Milan, la collection printemps-été 2019 de Prada célèbre une nouvelle fois le mélange des genres et la dichotomie, à l’image des bâtiments de cette ancienne distillerie. Adepte des juxtapositions d’imprimés hétéroclites, Miuccia Prada propose cette saison une nouvelle confrontation : celle entre conservatisme et rébellion. « Je voulais discuter de cette dualité entre un souhait de liberté et de fantaisie, et, de l’autre côté, du conservatisme extrême qui ressurgit », expliquait en coulisse la créatrice italienne diplômée en sciences politiques, qui analyse régulièrement la mode par le prisme de la sociologie.

Top et serre-tête, Prada.

Top, short, chaussettes, sandales et sac, Prada.

Évoquant l’allure de la célèbre mannequin anglaise Twiggy, les tops et robes trapèze en satin duchesse rose poudré ou à motifs psychédéliques inspirés des sixties – une décennie chère à la créatrice – complètent une série de bodys à l’imprimé rétro et au décolleté plongeant. Parachevée par des manteaux à doubles boutonnages et cols d’écolières, l’esthétique de jeune fille sage s’atténue ça et là par des jeux de transparence et des découpes juste au dessus de la poitrine. Accompagnant chacune des cinquante silhouettes de la collection, le serre-tête voit son image policée subvertie par des volumes outranciers, recouverts de satin ou de cuir clouté.

À gauche : manteau, chaussettes et sandales, Prada.

À droite : body, Prada.

Évoquant l’allure de la célèbre mannequin anglaise Twiggy, les tops et robes trapèze en satin duchesse rose poudré ou à motifs psychédéliques inspirés des sixties – une décennie chère à la créatrice – complètent une série de bodys à l’imprimé rétro et au décolleté plongeant. Parachevée par des manteaux à doubles boutonnages et cols d’écolières, l’esthétique de jeune fille sage s’atténue ça et là par des jeux de transparence et des découpes juste au dessus de la poitrine. Accompagnant chacune des cinquante silhouettes de la collection, le serre-tête voit son image policée subvertie par des volumes outranciers, recouverts de satin ou de cuir clouté.

Manteau, chaussettes et sandales, Prada.

Body, Prada.

Férue d’art, Miuccia Prada invitait également cette saison trois femmes à créer des accessoires en nylon, la matière emblématique de la maison. Ainsi, dans le cadre du projet Prada Invites, les architectes Kazuyo Sejima, Elizabeth Diller et Cini Boeri ont proposé des sacs modulables agrémentés de plusieurs pochettes zippées ou d’excroissances colorées.

À gauche : manteau, jupe, chaussettes et sandales, Prada.

À droite : pull, chemise, jupe, chaussettes et sandales, Prada.

Férue d’art, Miuccia Prada invitait également cette saison trois femmes à créer des accessoires en nylon, la matière emblématique de la maison. Ainsi, dans le cadre du projet Prada Invites, les architectes Kazuyo Sejima, Elizabeth Diller et Cini Boeri ont proposé des sacs modulables agrémentés de plusieurs pochettes zippées ou d’excroissances colorées.

Manteau, jupe, chaussettes et sandales, Prada.

Pull, chemise, jupe, chaussettes et sandales, Prada.

À gauche : manteau, Prada.

À droite : serre-tête, Prada.

Manteau, Prada.

Serre-tête, Prada.

À gauche : short, chaussettes et sandales, Prada.

À droite : top, short, chaussettes, sandales et serre-tête, Prada.

Short, chaussettes et sandales, Prada.

Top, short, chaussettes, sandales, serre-tête, Prada.

À gauche : manteau, chaussettes et sandales, Prada.

À droite : manteau et serre-tête, Prada.

Manteau, chaussettes et sandales, Prada.

Manteau et serre-tête, Prada.

Cette série mode est extraite d’Antidote : SURVIVAL printemps-été 2019 photographié par Davit Giorgadze.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Sinéad Burke : « On doit être à la table des décisions »

Activiste et écrivaine irlandaise de 1,05 mètre passionnée de mode et de design, Sinéad Burke milite en faveur d’un monde plus inclusif qui s’adapterait aux besoins de chacun·e. À travers cet entretien, elle revient sur l’importance d’offrir une voix à ceux·celles qui ne sont pas entendu·e·s dans l’espace public, explique pourquoi il est impératif d’intégrer les personnes issues des minorités à la table des décisions et raconte pourquoi sa petite taille fait sa force.

L’édito de Yann Weber, directeur de la rédaction du nouveau numéro d’Antidote : Statements

L’identité d’Antidote, sur laquelle je me suis longtemps interrogé, s’est dessinée en filigrane ces 10 dernières années à travers ce grand rhizome de personnalités variées qui s’étire à l’horizontale de page en page, où les normes excluantes qui ont longtemps caractérisé le monde de la mode s’effacent pour laisser place à une vision inclusive et ouverte, au sein de laquelle les stigmates disparaissent.

Comment les mythiques Blitz Kids ont réinventé la mode et la musique

En deux petites années, entre 1979 et 1980, du côté du quartier de Covent Garden à Londres, une soirée organisée tous les mardis soir au sein du minuscule Club Blitz a changé la face de Londres, de la mode, de la pop music, lancé la vague baroque et fière des Nouveaux Romantiques, et renvoyé définitivement l’uniforme des punks au rayon vintage. Retour vers le futur.

Neith Nyer reverse tous les bénéfices de sa nouvelle collection en faveur des trans noirs brésiliens

Fondé en 2015 par Francisco Terra, le label Neith Nyer fait son retour en grande pompe avec « Globe of Death ». Une collection inaugurant le projet « Neith Nyer Artisanal », né d’une collaboration entre le designer brésilien et une flopée de créatifs, dont la totalité des bénéfices sera reversée à Casa Chama, une association brésilienne qui lutte pour faire valoir les droits des personnes noires et transgenres.

Les algorithmes peuvent-ils prévoir la mode du futur ?

Avec le basculement vers le tout-digital, la data et les prédictions s’apprêtent à jouer un rôle décisif dans la relance des secteurs de la mode et du luxe. Comme dans chaque crise, les rapports de force évoluent et le recours aux algorithmes, bien qu’encore perçus comme opposés à la création, s’intensifie. D’abord pour rassurer, ensuite pour tenter de prévoir l’avenir.

Série mode : les looks de Richard Gallo reconstitués en exclusivité pour Antidote

Publiée dans le numéro printemps-été 2020 d’Antidote, cette fashion story dédiée à Richard Gallo mêle pièces d’archives issues de son vestiaire et looks reconstitués à partir de photographies, arborés par Tyrone Dylan.

lire la suite

> voir tout

Mode

Jusqu’au 3 juillet, la galerie UTA Artist Space explore l’identité noire avec l’exposition digitale « Renaissance: Noir »