Comment la jeunesse parisienne réinvente la capitale

Article publié le 21 février 2018

Vidéo : Sérapis Joël Dirat
Texte : Maxime Retailleau

Antidote a suivi une bande de jeunes créatifs dansant à travers Paris, la nouvelle paire de baskets adidas Originals Prophere aux pieds.

Ils fonctionnent en bande, sont jeunes, libres, aiment la mode et débordent d’énergie. Antidote a filmé Natalia, Konsuella, Eva, Paul et Sérapis lors d’une virée dans la capitale dont ils célèbrent l’urbanité. Ensemble, ils incarnent la nouvelle génération parisienne : un melting pop toujours plus ouvert et progressiste, où les cultures se croisent pour mieux se réinventer au fil des amitiés qui s’y lient.

Traversant Paris, ils se réapproprient l’espace urbain en dansant. Ils développent leur vision de la capitale en 2018, racontent leur rapport à la mode et leur lien à adidas, une marque qui n’a eu de cesse de manifester son attachement à la rue et ses protagonistes, accompagnant ses manifestations culturelles et notamment le hip-hop de ses origines à nos jours.

Vidéo : Sérapis Joël Dirat

Durant le tournage, Antidote a interrogé les cinq membres du crew sur la vie parisienne, sa jeunesse, et leur vision de la mode. Voici leurs réponses.

Sérapis, 34 ans, réalisateur de la vidéo

Antidote. Comment décrirais-tu la jeunesse parisienne ?
Sérapis. Elle est comme une fleur en train d’éclore. Je me trouve aujourd’hui dans la même position que ceux qui m’ont vu grandir artistiquement. C’est maintenant à mon tour de voir la nouvelle génération fleurir.

Comment définirais-tu Paris en 2018 ?
C’est un grand jardin, un grand terrain de jeux.

Qu’est-ce qu’incarne adidas à tes yeux ?
Run DMC et le breakdance. Je suis aussi danseur, et si en tant que danseur tu n’as pas porté une seule fois une paire de Superstars ou un survêtement adidas complet en coupe droite, tu t’es trompé quelque part.

Si tu devais résumer adidas en trois mots ?
En trois bandes plutôt (Rires).

Quel est ton rapport à la mode ?
J’aime la mode parce que je suis Congolais, au-delà de la sapologie les Congolais aiment bien s’habiller, mon rapport à la mode est presque familial. Je n’ai appris le mot « fashion » que très tard, je faisais déjà attention à comment je m’habillais étant plus jeune, puis j’ai compris que ce terme désignait les personnes qui aiment chiner et faire attention à comment elles s’habillent… mais ça on l’a toujours fait. C’est dans le sang.

Konsuella, 17 ans, mannequin

Antidote. Qu’est-ce qui fédère votre groupe d’amis ?
Konsuella. On s’aime sans rien attendre en retour.

Que voudrais-tu changer dans le monde en 2018 ?
Éradiquer toute forme de racisme.

Qu’est-ce qu’incarne adidas à tes yeux ?
C’est une marque vraiment cool, j’en porte depuis que je suis toute petite. Et elle a aussi la force d’être un label intergénérationnel.

As-tu une icône de mode ?
Ma mère, qui est une ancienne mannequin. J’aime son attitude, sa personnalité, la manière dont elle s’habille et dont elle marche.

Qu’est-ce que représente la mode pour toi ?
Je travaille dans ce milieu, donc toute ma vie y est liée. Je suis née en Russie, et à 8 ans ma mère nous a pris en Turquie mon frère et moi, où j’ai vécu près de 10 ans et maintenant je voyage beaucoup : je n’ai donc pas vraiment de « chez moi », mais j’ai l’impression d’avoir trouvé ma place grâce à l’industrie de la mode.

Baskets : adidas Originals Prophere

Paul, 28 ans, mannequin et directeur artistique

Antidote. Comment décrirais-tu la jeunesse parisienne ?
Paul. Elle est créative, d’autant que les réseaux sociaux offrent aujourd’hui à chacun les moyens de révéler son travail, et permettent de déceler les talents très tôt. Maintenant, on se fait engager pour des jobs grâce à Instagram, c’est comme un book. On peut même être mannequin sans être signé en agence, ça nous permet d’être plus indépendants.

Comment définirais-tu Paris en 2018 ?
Unie.

Qu’est-ce qui vous fédère toi et tes amis ?
La loyauté, on ne se cache rien, et on est sincères les uns avec les autres.

Si tu devais résumer adidas en trois mots, quels seraient-ils ?
Fun, cosy, et coloré.

Que représente la mode a tes yeux ?
Elle encourage l’ouverture d’esprit, tout en reflétant la société. Et quand je porte une tenue que j’aime je me sens à l’aise, je suis plus confiant.

Eva, 17 ans, étudiante

Antidote. Tu fais quoi dans la vie ?
Eva. Je suis étudiante en couture et en mode, et en parallèle je fais de la photo, du son, des dessins et des tatouages.

Qu’est-ce qui te lie à ton crew ?
On reste toujours soudés, on peut compter les uns sur les autres, et on partage tous les mêmes passions : la mode et la musique, notamment la techno et le rap US.

Comment décrirais-tu la nuit parisienne ?
Elle regorge de bonne soirées, de bons coins, on fait de supers rencontres, et il y a beaucoup d’artistes géniaux qui passent à Paris. Je vais souvent dans des raves dans des hangars, toujours dans des lieux différents.

Si tu devais changer une chose pour un monde plus uni, ce serait quoi ?
Le regard des gens sur les autres, j’aimerais qu’il soit moins discriminant.

Qu’est-ce que t’apporte la mode ?
La mode me permet d’exprimer ma personnalité et d’affirmer mon identité.

Baskets : adidas Originals Prophere

Natalia, 26 ans, physionomiste et sales assistant

Antidote. Qu’est-ce que tu aimes dans le fait de vivre à Paris ?
Natalia.  L’architecture en premier lieu, le fait de sortir de chez moi et d’être émerveillée. La plupart des immeubles sont des œuvres d’art à part entière, il suffit de lever la tête pour pouvoir en profiter, je trouve ça génial.

Qu’est-ce qui te lie à ton groupe d’amis ?
On a la même vision de la vie et du monde, le même mindset, et on poursuit tous un objectif. Tous mes amis proches pensent de manière positive, et ne se reposent pas sur leurs lauriers, tout en restant humbles.

Si tu devais citer le nom de quelqu’un qui incarnerait la mode, ce serait qui ?
Kate Moss, pour son côté less is more. Elle n’a pas une beauté parfaite, mais possède une aura, et peu importe quels vêtements elle enfile, elle les sublime toujours. Elle peut avoir une allure dingue en portant simplement une robe basique, sans soutif en-dessous.

Pour toi qu’est-ce qu’incarne adidas ?
C’est « My adidas », Run DMC, le hip hop… adidas sont les premiers à s’être associés avec le hip hop, et ça c’est fort.

Si tu devais résumer adidas en trois mots, quels seraient-ils ?
Impossible is nothing.

Retrouvez les adidas Originals Prophere sur le site www.adidas.fr.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Série Mode : la collection Gucci printemps-été 2022 photographiée par Anthony Arquier sur l’acteur Théo Christine

Issue du Newspaper contenant la traduction des articles et interviews du nouveau numéro d’Antidote, dont le thème est « Persona », cette série mode signée par le photographe Anthony Arquier célèbre la collection Gucci printemps-été 2022 conçue par Alessandro Michele et dévoilée en novembre 2021, lors d’un défilé à Hollywood.

Lire la suite

Série Mode : la collection printemps-été 2022 de Fendi photographiée en pleine montagne

Issue du nouveau numéro d’Antidote, dont le thème est « Persona », cette série mode signée par la photographe britannique Betsy Johnson met en scène la collection Fendi printemps-été 2022 conçue par Kim Jones et Silvia Venturini Fendi, dévoilée en septembre 2021, lors d’un défilé à Milan.

Lire la suite

Fashion’s conquest of the metaverse

Dystopia for some, El Dorado for others, the metaverse has become a societal phenomenon in just a few months. Crypto-pragmatically, luxury brands have set out to conquer this new territory: a world peopled with digital avatars but as yet ill-defined in its contours, for much remains to be discovered and imagined. Is it a speculative bubble? A paradigm shift in the way we consume and live fashion? Place your bets! 

Lire la suite

La mode à la conquête du métavers

Dystopie pour les un·e·s, eldorado pour les autres, le métavers est devenu, en quelques mois, un phénomène de société. Crypto-pragmatiques, des marques de luxe se lancent à l’assaut de ce nouveau monde peuplé d’avatars digitaux, dont les contours restent vagues, car tout reste à découvrir et à imaginer. Bulle spéculative ou changement de paradigme dans notre façon de consommer et de vivre la mode ? Les paris sont ouverts. 

Lire la suite

La Burberry Family

Ce n’était pas encore une Maison mais plutôt une Mansion. Une very British Mansion devenue le temple vestimentaire-mais-pas-que de la culture anglaise. Une sorte de monument dont la splendeur n’effraie plus tant on y est habitué. Puis soudain, en mars 2019, une arrivée a bousculé les traditions. Celle de Riccardo Tisci, nommé chief creative officer de Burberry, après 13 années passées à la direction artistique de Givenchy et un intermezzo de quelques mois au sein de sa famille, près du lac de Côme.

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.