À quoi ressemble la nouvelle collection Nike x Pigalle ?

Article publié le 23 janvier 2020

Share :

Texte : Henri Delebarre.
Photo : Nike x Pigalle.
23/01/2020.

Après avoir rénové son terrain de basket aux couleurs vitaminées à Paris et en avoir inauguré de nouveaux à l’étranger, le label parisien de Stéphane Ashpool vient de dévoiler sa dernière collection imaginée en collaboration avec Nike. Un moyen de célébrer une fois encore le basketball et le pouvoir fédérateur du sport.

Dimanche 19 janvier, alors que la Fashion Week masculine automne-hiver 2020-2021 de Paris s’apprêtait à passer le relais à la Haute Couture, Stéphane Ashpool, fondateur du label Pigalle (baptisé en hommage au quartier parisien dans lequel il a grandi) a profité de cette dernière journée dédiée au prêt-à-porter pour présenter les nouvelles pièces nées de sa collaboration avec Nike – débutée en 2014. Le géant américain de l’équipement sportif et le label street-couture, récompensé du grand prix de l’ANDAM en 2015, se sont à nouveau associés pour imaginer une ligne de vêtements toujours dédiée à l’univers du basketball, et célébrant une fois encore le pouvoir fédérateur de ce sport pratiqué par Stéphane Ashpool depuis sa plus tendre enfance.

Dévoilée en exclusivité à Paris avant d’être commercialisée dans le reste du monde à partir du samedi 25 janvier, cette capsule sportive vient compléter la rénovation du désormais célèbre terrain de basket ultra-coloré du 17 rue Duperré, dans le 9ème arrondissement de Paris, par Nike et Pigalle. Paré de nouvelles tonalités vivifiantes, ce terrain qui « a donné naissance à une réelle communauté » comme l’explique Stéphane Ashpool se dote désormais d’un sol en Nike GRIND, un matériau innovant qui réduit les risques de blessures. Réalisé à partir de chaussures de sport recyclées, ce revêtement développé par Nike habillait déjà le terrain de Pékin inauguré par Pigalle en septembre dernier, alors que la capitale chinoise venait d’accueillir la Coupe du monde masculine de basket-ball.

Photos : Nike x Pigalle.

Point d’orgue de ce projet de construction et de rénovation de terrains de basketball, ayant pour but d’offrir un lieu de rencontre aux joueurs du monde entier et de garantir un accès au sport à tous, désormais exporté à d’autres villes à l’étranger – en décembre dernier Nike et Pigalle inauguraient également deux nouveaux terrains dans le gymnase olympique Juan de la Barrera à Mexico -, la collection s’articule ainsi autour de la phrase « The power of the sport to move the world forward » (« Le pouvoir du sport de faire avancer le monde » en français). Inscrit au centre du terrain de Pékin, cette devise se retrouve disséminée sur plusieurs pièces infusées d’éléments empruntés aux années 90, une période chère à Stéphane Ashpool.

Estampillée dans le dos d’un hoodie jaune pastel et sur des T-shirts en coton, elle orne également un débardeur taillé dans un tissu technique respirant en dégradé de couleurs vives. Plus loin positionnée sous un motif mappemonde, évoqué ailleurs par le dessin d’un ballon de basket qui habille le dos d’une veste aux manches recouvertes des mots « World » et « Sport », l’inscription semble rendre hommage à l’universalité du sport et célèbre son rôle de moteur déjà évoqué par le slogan « Just Do It » de Nike, que l’on retrouve étalé le long du col. Complétée par des shorts en molleton gris chiné, des accessoires, ainsi que par deux modèles de Converse Chuck 70 et un modèle de All-Star Pro BB revisités, cette nouvelle collection encense la culture du basket et l’impact de son héritage, tout en offrant un nouvel uniforme à ceux qui pratiquent ce sport. 

Antidote s’est entretenu avec Stéphane Ashpool à l’occasion de la présentation de cette collection sur le terrain hautement instagrammable de Pigalle, à Paris. 

Photos : Nike x Pigalle.

Antidote. Comment est née votre collaboration avec Nike ?
Stéphane Ashpool. Tout naturellement ! Nike nous a d’abord abordé en 2008-2009 car nous faisions pas mal de choses autour du basket dans le quartier de Pigalle avec le collectif Pain O Chokolat. Ça s’est ensuite peu à peu développé. Le premier terrain a été lancé en 2009, puis nous avons fini par nous associer pour imaginer une collection. Nous avons eu envie de mélanger ces deux entités que son Nike et Pigalle pour créer une silhouette sportswear mais mode, avec le basketball comme point de départ. La collection constitue l’uniforme, la partie vestimentaire du projet « The power of sport to move the world forward » dont le rôle est de développer des terrains.

Pourquoi avoir choisi le basket pour vous allier ? Quel lien entretenez-vous avec ce sport ?
Ça c’est fait tout seul. Le basket est venu vers moi quand j’étais à l’école. Tout le monde courrait après le même ballon de foot alors qu’il y avait un panier de basket accroché à un arbre. Je me suis dit « Tiens, je vais jouer ». Aussi, ma mère était originaire d’ex-Yougoslavie, de Sarajevo plus précisément. Là-bas, on pratique beaucoup le basket, c’est le sport n°1. Je pense que c’est quelque chose qui est resté gravé dans ma petite tête d’enfant.

Après avoir créé un premier terrain à Paris, vous en avez inauguré de nouveaux dans d’autres villes à travers le monde. Pourquoi avoir tenu à exporter ce projet ?
J’ai constaté que le terrain de Paris était devenu un point de ralliement, qu’il avait été adopté. Depuis 3 ou 4 ans j’avais donc envie d’exporter ce projet à l’étranger. Avec Nike, nous avons fait le tour de différentes villes. Je suis allé en Chine et au Mexique plusieurs fois pour essayer de trouver de nouveaux endroits à rendre chaleureux et agréables pour les joueurs, et aussi pour les personnes qui viennent y faire des photos. C’est toujours un challenge car ce sont des endroits publics, donc il faut obtenir l’accord des villes concernées. Mais à partir du moment où le projet à été lancé, tout s’est fait très spontanément. C’est le début de quelque chose de plus ample. On va voir comment on arrive à développer ça.

De quelle(s) manière(s) le sport fait-il avancer le monde selon vous ?
C’est sain. Le sport nous permet de rencontrer des gens. Le pratiquer donne une éthique de travail, c’est généreux. D’un point de vue personnel, le sport collectif a dompté ma vie. Je suis très reconnaissant. C’est grâce au basket-ball que j’ai pu rencontrer tout ces gens.

Photos : Nike x Pigalle.

La collection Nike x Pigalle 2020 sera disponible à partir du 25 janvier sur nike.com ainsi que dans une sélection de boutiques.

À lire aussi :

Les plus lus

> voir tout

Comment les mythiques Blitz Kids ont réinventé la mode et la musique

En deux petites années, entre 1979 et 1980, du côté du quartier de Covent Garden à Londres, une soirée organisée tous les mardis soir au sein du minuscule Club Blitz a changé la face de Londres, de la mode, de la pop music, lancé la vague baroque et fière des Nouveaux Romantiques, et renvoyé définitivement l’uniforme des punks au rayon vintage. Retour vers le futur.

Neith Nyer reverse tous les bénéfices de sa nouvelle collection en faveur des trans noirs brésiliens

Fondé en 2015 par Francisco Terra, le label Neith Nyer fait son retour en grande pompe avec « Globe of Death ». Une collection inaugurant le projet « Neith Nyer Artisanal », né d’une collaboration entre le designer brésilien et une flopée de créatifs, dont la totalité des bénéfices sera reversée à Casa Chama, une association brésilienne qui lutte pour faire valoir les droits des personnes noires et transgenres.

Les algorithmes peuvent-ils prévoir la mode du futur ?

Avec le basculement vers le tout-digital, la data et les prédictions s’apprêtent à jouer un rôle décisif dans la relance des secteurs de la mode et du luxe. Comme dans chaque crise, les rapports de force évoluent et le recours aux algorithmes, bien qu’encore perçus comme opposés à la création, s’intensifie. D’abord pour rassurer, ensuite pour tenter de prévoir l’avenir.

Série mode : 2 Moncler 1952, Issue d’Antidote : DESIRE

Découvrez les pièces parmi les plus marquantes de l’été 2020 dans cette série mode inédite issue du nouveau numéro d’Antidote photographié par Ferry van der Nat, avec Chanel, Balenciaga, Versace, Lacoste, Ann Demeulemeester, Rombaut. Commandez dès maintenant Antidote : DESIRE sur notre eshop au prix de 15€.

Série mode : les looks de Richard Gallo reconstitués en exclusivité pour Antidote

Publiée dans le numéro printemps-été 2020 d’Antidote, cette fashion story dédiée à Richard Gallo mêle pièces d’archives issues de son vestiaire et looks reconstitués à partir de photographies, arborés par Tyrone Dylan.

Découvrez la sixième série mode de Ferry van der Nat issue d’Antidote : DESIRE

Découvrez les pièces parmi les plus marquantes de l’été 2020 dans cette série mode inédite issue du nouveau numéro d’Antidote photographié par Ferry van der Nat, avec Versace, Balenciaga, Louis Vuitton, Marine Serre, Christian Louboutin, Miu Miu ou encore Andreas Kronthaler for Vivienne Westwood. Commandez dès maintenant Antidote : DESIRE sur notre eshop au prix de 15€.

Fresh NewsMode

lire la suite

> voir tout

Fresh NewsMode

Rencontre avec Juan Alvear, le nail artist favori des popstars