Rencontre avec l’actrice Mya Bollaers, révélation de cette fin d’année en lice pour les César

Article publié le 29 décembre 2019

Art

Texte : Antoine du Jeu.
Photo : Mya Bollaers dans Lola vers la mer de Laurent Micheli.
29/12/2019

Mya Bollaers fait partie des 18 comédiennes pré-sélectionnées par l’Académie des César pour concourir dans la catégorie du « Meilleur Espoir Féminin ». Une place obtenue grâce à son rôle dans le second film de Laurent Micheli, Lola vers la mer, dans lequel elle interprète Lola, une jeune fille trans qui souhaite se faire opérer. Portrait de cette nouvelle actrice à suivre. 

Jouer, feindre, faire semblant, ce n’est pas vraiment « le truc » de Mya Bollaers. Pour sa première incursion à l’écran, l’actrice de 23 ans s’est donnée corps et âme, se « shootant » littéralement au vécu tumultueux de son personnage. Dans le dernier film de Laurent Micheli, elle interprète Lola, une jeune fille transgenre de 18 ans aux cheveux roses, endeuillée par la perte de sa mère et en froid depuis de longues années avec son père, incarné par Benoît Magimel, qu’elle va apprendre à connaître tout au long du film. Ce rôle de skateuse rebelle et intrépide lui va si bien qu’on dirait presque qu’il a été écrit pour elle. Mais ce n’est pas si simple, et Mya tient à le rappeler, quitte à se dévaluer un peu : « Comme je suis une fille transgenre, comme le personnage de Lola, les gens pensent qu’on est pareilles. Mais Lola est beaucoup plus à l’aise avec sa féminité, atypique et moins binaire que moi ». Et puis il y a les détails qui n’en sont pas. Exit ainsi les cheveux roses, un choix de Laurent Micheli, le réalisateur : quand on la rencontre dans son hôtel, à côté de la place du Châtelet à Paris, Mya arbore sa teinture naturelle – des cheveux châtain clair qu’elle laisse, comme Lola, flotter le long du dos.

C’est « par hasard » qu’elle avait répondu au casting. Elle venait tout juste de terminer ses études de commerce et de trouver une colocation à Bruxelles quand l’une de ses amies lui a envoyé l’annonce. Cette dernière disait quelque chose comme « Recherche une jeune femme trans entre 18 et 21 ans ». Au cinéma, alors que les personnes trans sont souvent incarnées par des personnes cisgenres, Lola vers la mer assume une dimension politique et Mya en a bien conscience. « Involontairement, je m’expose au grand public, mais derrière moi il y a toute une communauté victime d’ostracisme. » Si la jeune actrice n’a pas interféré dans les choix artistiques du réalisateur Laurent Micheli, elle a en revanche proposé quelques ajustements. Pour la scène du restaurant par exemple, lors de laquelle Lola explique à son père largué que « l’opération n’est pas un but en soi ». Mya détaille : « chaque transition est différente, ce n’est pas une opération qui va définir si je suis une femme ou non. Je ne veux pas être inclusive uniquement pour les personnes transgenres qui veulent se faire opérer ». Sur ce plan-là, Lola vers la mer diffère nettement du Girl de Lukas Dhont, autre film marquant sur la question, mais très (trop?) centré sur l’anatomie, le pénis, la souffrance du corps… Celui-ci n’avait d’ailleurs pas été très bien reçu par la communauté trans.

« Involontairement, je m’expose au grand public, mais derrière moi il y a toute une communauté victime d’ostracisme. »

L’actrice belge se sert à présent de sa récente visibilité pour mettre en lumière le travail de l’association TransKid, créée en 2018 afin d’aider les adolescents trans et leurs parents en leur offrant l’occasion de se rencontrer, d’échanger, et d’éviter ainsi la solitude. Exactement ce dont elle aurait rêvé étant plus jeune. « Quand tu te poses des questions, enfant, et que tu tapes sur internet : “je ne suis pas un homme”, tu tombes sur des trucs plutôt chelous que tu n’as pas forcément envie de voir à neuf ans ». 

Comme la plupart des personnes trans, Mya a souffert du manque de représentations positives des membres de cette communauté, ambiance télé-clichés : « Les seuls exemples que j’avais, c’était des gays folles, des drag-queens ou de temps en temps des émissions à la con du genre “Elle change de sexe : Olivier devient Olivia” ». Difficile de s’y identifier. D’autant que le contexte familial au sein duquel elle évolue est un peu particulier. Ses parents sont séparés depuis ses six ans. Mya vit avec sa mère, son frère de dix ans son aîné et ses deux sœurs dans un petit village de la région de Liège, en Belgique. C’est la plus jeune de la fratrie. Même si ce n’est plus le cas aujourd’hui – elle tient à le préciser -, sa famille est aussi membre des Témoins de Jéhovah. « L’homosexualité c’était déjà « no way », donc la transidentité… ils ne savaient même pas que ça pouvait exister. » Elle se souvient d’un soir, alors qu’elle était âgée de 9 ans, où, en famille devant la Star Académie ou la Nouvelle Star, elle se surprend à dire en toute innocence d’un candidat qu’il est mignon et qu’elle se verrait bien l’épouser. Cette remarque provoquera l’ire de son grand-frère, qui demandera à sa mère de sévir parce qu’autrement « il va devenir gay, c’est pas possible ! ». Depuis Mya a fait du chemin, et sa famille aussi. « Il a fallu du temps à ma maman pour m’accepter mais maintenant tout va bien, c’est le principal ! Globalement je n’ai aucun regret ni aucun reproche à adresser à qui que ce soit par rapport à ma transition. Dans le film, Lola a une vie bien plus difficile que la mienne. »

Photo : Mya Bollaers et Benoît Magimel dans Lola vers la mer de Laurent Micheli.

Mya ne s’éternise cependant pas sur son passé, tout comme elle évite de se projeter et de monter des plans sur la comète. Son avenir au cinéma ? « On verra ! Si ça aboutit à des choses chouettes tant mieux, sinon ce n’est pas grave, c’est que ça devait se passer comme ça. » Pragmatique, elle garde la tête sur les épaules malgré sa pré-sélection en vue des César et les nombreuses remarques positives sur sa performance. C’est qu’avant le cinéma, Mya lorgnait plutôt sur le mannequinat, « une envie plus qu’une ambition ». Mais ce tropisme n’a pas encore été suivi de débouchés, mis à part un one shot pour la marque de streetwear belge Sé-ach, dont elle a été l’égérie de la deuxième collection. 

À la fin de notre entretien, son attachée de presse lui annonce qu’elle va devoir prendre la ligne 1 du métro parisien pour aller à l’avant-première de Lola vers la mer, prévue le soir même, aux Halles, en cette fin de journée de grève. « C’est une blague ? Je ne prends pas le métro. Tu as vu comment je suis habillée [elle porte une tenue de soirée avec de hautes bottes noires, ndlr] ? Je vais me faire agresser… ». La pression redescend vite : elle sera accompagnée. Il ne faut cependant pas prendre cette inquiétude comme un caprice de diva. Dans la rue, la transphobie reste monnaie courante et Mya admet la subir parfois « violemment ». Comme nombre de femmes cisgenres, elle est désormais également contrainte de devoir affronter  des comportements et remarques sexistes. « Je suis passée des insultes “pédé” et “tarlouze” à celles de “salope” et de “sale pute” ». D’une certaine manière, les mots justes et mélancoliques écrits pour une chanson en faveur de l’association Urgence Homophobie par Pomme, une artiste qu’elle « adore », pourraient être les siens : « La haine est incendiaire / On laissera les armoires brûlées / Je veux la liberté d’aimer et d’être qui je suis / Je cours, je pars réinventer ma vie loin d’ici ».

Lola vers la mer de Laurent Micheli, avec Mya Bollaers et Benoît Magimel, est actuellement en salles.

À lire aussi :

Les plus lus

Shalva Nikvashvili : « La liberté de notre société est une utopie à laquelle je rêve encore »

Après avoir quitté l’ultra-orthodoxe Géorgie et s’être heurté à l’hostilité de la société occidentale face à sa condition d’immigré, l’artiste Shalva Nikvashvili explore la notion d’identité à travers une pluralité de médiums allant de la sculpture au dessin en passant la vidéo, la photographie ou encore la poésie. Ses créations plastiques tiennent d’un savoir artistique fait main et interpellent par les matières recyclées avec lesquelles elles sont exécutées et leur design hétéroclite. Elles traduisent par ailleurs une adresse manuelle que l’artiste tient de son éducation au milieu de la campagne géorgienne, à Sighnaghi, son village natal, où il a appris à faire œuvre de rien dès son plus jeune âge.

Lire la suite

Les photos des vernissages de l’exposition « Antidote Curates x Mariette Pathy Allen »

Merci d’avoir été aussi nombreux·ses aux vernissages de « Antidote Curates x Mariette Pathy Allen », la première exposition solo parisienne dédiée à l’artiste pionnière Mariette Pathy Allen. Ces événements se sont déroulés plusieurs soirs de suite afin de pouvoir accueillir un maximum de personnes, malgré les restrictions liées à la Covid-19 (pour précision, toutes les personnes présentes au sein de la galerie portaient un masque, mis à part lorsqu’elles étaient prises en photo). L’exposition, qui a démarré le 27 janvier, se tiendra jusqu’au 10 février 2022 (du mardi au dimanche, de 11h30 à 19h30, au 20 rue des Gravilliers, dans le troisième arrondissement de Paris), avec le soutien de Gucci.

Lire la suite

Qui est la première artiste invitée par Antidote Curates, bientôt exposée à Paris ?

La première exposition Antidote Curates rassemblera des photographies de Mariette Pathy Allen du 27 janvier au 10 février 2022 (du mardi au dimanche, de 11h30 à 19h30), au 20 rue des Gravilliers, dans le 3ème arrondissement de Paris, avec le soutien de Gucci. Voici son interview, issue de la première édition d’Antidote Curates, parue en septembre dernier.

Lire la suite

Antidote organise la première exposition solo de la photographe Mariette Pathy Allen à Paris

Nous vous accueillerons du 27 janvier au 10 février 2022 (du mardi au dimanche, de 11h30 à 19h30) au 20 rue des Gravilliers, dans le troisième arrondissement de Paris, et espérons que vous serez nombreux·ses à venir découvrir l’œuvre de Mariette Pathy Allen à travers cette première exposition Antidote Curates, organisée avec le soutien de Gucci.

Lire la suite

Qui est Lev Khesin, l’artiste inspiré par la cosmologie qui a collaboré avec Berluti ?

Installé à Berlin depuis une vingtaine d’années, l’artiste russe Lev Khesin est le dernier à avoir été invité par la maison Berluti pour une collaboration. Dévoilée en avril 2021 à travers un film intitulé « Living Apart Together » et immortalisée par le photographe Lee Wei Swee dans notre dernier numéro, la collection automne-hiver 2021/2022 de la maison offrait une nouvelle dimension aux peintures abstraites de l’artiste russe, né en 1981, retranscrites par Kris Van Assche sur des chemises en soie, des pulls ou encore des costumes. 

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.