Découvrez la nouvelle appli qui révèle les travers éthiques de la mode

Article publié le 18 septembre 2019

Photo :  Patrick Weldé pour Antidote : Earth été 2018.
12/09/2019

Lancée ce mardi, Clear Fashion lit entre les lignes des étiquettes et analyse les pratiques d’une centaine d’enseignes pour offrir de meilleures informations aux consommateurs.

Étiquetée comme étant l’une des industries les plus polluantes (elle serait, selon l’ONU, à l’origine de 10% des émissions de CO2 dans le monde et de 20% des rejets d’eaux usées), pointée du doigt pour sa voracité et son manque de transparence, la mode doit désormais répondre aux nouvelles exigences de consommateurs éclairés, soucieux quant à l’impact environnemental ou social des vêtements qu’ils achètent. Pour les aider dans cette démarche, Marguerite Dorangeon et Rym Trabelsi, deux jeunes entrepreneuses françaises, viennent de dévoiler cette semaine une application gratuite qui permet d’évaluer les pratiques et les produits de près de 80 enseignes, des géants de la fast-fashion comme Zara, Uniqlo, Primark ou H&M aux marques de prêt-à-porter haut-de-gamme telles que The Kooples, Sandro, Maje, Claudie Pierlot ou encore Lacoste, en passant par quelques maisons de luxe (Chanel, Louis Vuitton).

Disponible depuis mardi sur Apple Store et Google Play, Clear Fashion (qui devait initialement s’appeler « Clothparency ») attribue ainsi à chacune de ces marques plusieurs notes sur 100, selon un système de notation indépendant et impartial établi grâce avec l’aide de plusieurs organisations et experts, dans le but « d’informer les consommateurs sur les enjeux humains, environnementaux, de santé et d’impact sur les animaux ». Déjà surnommée le « Yuka de la mode » (une autre application mobile qui s’attache à analyser la composition des produits alimentaires), Clear Fashion examine notamment sous quatre catégories – « Environnement », « Humains », « Santé » et «Animaux » – le type de matières premières utilisé, les procédés et substances servant à la teinte d’un tissu ou encore l’utilisation ou non de cuirs exotiques, de fourrure, de plumes ou d’angora, source de souffrance animale. Sont également évaluées les conditions de travail des ouvriers employés, la traçabilité des fournisseurs ou encore la consommation d’eau et la gestion des déchets.

Simple et rapide d’utilisation, Clear Fashion a d’abord été testée par 15 000 personnes avant d’être officiellement lancée cette semaine. Née l’été dernier suite à la rencontre entre Marguerite Dorangeon et Rym Trabelsi, alors que ces dernières étaient encore étudiantes à AgroParisTech, elle offre des analyses poussées en se basant sur les informations communiquées par les marques et leur adhésion ou non à des labels et lève le voile sur les pratiques de l’industrie de l’habillement, permettant d’en savoir davantage sur les différentes étapes de fabrication, qui restent bien souvent méconnues. Car contrairement aux produits alimentaires, les informations à la disposition du consommateur sur l’étiquette sont peu nombreuses. Et si le « made in » indique le lieu d’assemblage du produit fini, il ne renseigne en rien sur les étapes intermédiaires et l’origine des matières. En conséquence, une enquête menée au préalable par Clear Fashion révèle que 90 % des acheteurs de vêtements jugent manquer d’informations concernant le coût humain et environnemental des produits qu’ils achètent.

Avec son système de notation et son code couleur – du vert foncé au rouge – en fonction de la qualité de l’engagement de la marque dans l’une des quatre catégories, Clear Fashion devrait non seulement pousser les acheteurs à mieux consommer mais encourage également les entreprises du monde de la mode à améliorer leurs pratiques et à être plus transparentes. Malgré les notes parfois basses qu’elles ont récoltées, une vingtaine de marques ont d’ailleurs accepté d’être les ambassadrices de l’application pour son lancement. Parmi elles, citons Levi’s, A.P.C., ou encore le groupe SMCP (Sandro, Maje, Claudie Pierlot) dont les résultats sont pour le moins mitigés.

À lire aussi :

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Rencontre avec les photographes de la nouvelle campagne CK One

La campagne one future #ckone rassemble un casting de jeunes Américain·e·s aux profils variés, reflétant toute la diversité des États-Unis, immortalisé·e·s par sept étoiles montantes de la photographie. Antidote s’est entretenu avec deux d’entre elles, dont l’œuvre s’inscrit au croisement de la quête esthétique et de l’activisme : Elliot Ross et Shan Wallace.

Femmes politiques aux États-Unis : les nouveaux habits du pouvoir

Kamala Harris mais aussi Alexandria Ocasio-Cortez et les autres membres du Squad dont elle fait partie, rejointes par de nouvelles élues au Congrès, incarnent une nouvelle idée du soft power vestimentaire. Symboles d’une classe politique recomposée, qui n’a jamais autant compté de femmes afro-américaines et hispaniques dans ses rangs, elles prennent le contrôle sur leur apparence, dictant leurs propres critères de respectabilité et d’empowerment – tout en se distinguant de l’establishment, encore largement dominé par la culture masculine.

À quand un enseignement décolonial de la mode ?

Loin d’être universel, le concept de mode renvoie à une pluralité d’imaginaires, d’esthétiques et de vécus invisibilisés par une histoire coloniale qu’une nouvelle génération appelle aujourd’hui à déconstruire – notamment via l’enseignement.

Découvrez la nouvelle collection d’Antidote automne-hiver 2020/2021

Antidote présente sa nouvelle collection de vêtements, comme toujours genderfree et entièrement vegan.

Pourquoi la mode investit-elle dans l’agriculture régénérative ?

Déconnectée des enjeux de développement durable pendant des années, la mode est poussée à agir par un nombre croissant de consommateur·rice·s qui exigent transparence et responsabilité éthique. L’agriculture régénérative (ou régénératrice), qui permet de préserver la biodiversité des sols et de lutter contre le réchauffement climatique, s’inscrit dès lors de plus en plus au cœur des débats liés à la mode responsable.

Sinéad Burke : « On doit être à la table des décisions »

Activiste et écrivaine irlandaise de 1,05 mètre passionnée de mode et de design, Sinéad Burke milite en faveur d’un monde plus inclusif qui s’adapterait aux besoins de chacun·e. À travers cet entretien, elle revient sur l’importance d’offrir une voix à ceux·celles qui ne sont pas entendu·e·s dans l’espace public, explique pourquoi il est impératif d’intégrer les personnes issues des minorités à la table des décisions et raconte pourquoi sa petite taille fait sa force.

lire la suite

> voir tout

Mode

Intitulée « Gabrielle Chanel, Manifeste de Mode », la rétrospective du Palais Galliera consacrée à Gabrielle Chanel ouvre ses portes aujourd’hui et se tiendra jusqu’au 14 mars 2021

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.