Découvrez la nouvelle appli qui révèle les travers éthiques de la mode

Article publié le 18 septembre 2019

Share :

Photo :  Patrick Weldé pour Antidote : Earth été 2018.
12/09/2019

Lancée ce mardi, Clear Fashion lit entre les lignes des étiquettes et analyse les pratiques d’une centaine d’enseignes pour offrir de meilleures informations aux consommateurs.

Étiquetée comme étant l’une des industries les plus polluantes (elle serait, selon l’ONU, à l’origine de 10% des émissions de CO2 dans le monde et de 20% des rejets d’eaux usées), pointée du doigt pour sa voracité et son manque de transparence, la mode doit désormais répondre aux nouvelles exigences de consommateurs éclairés, soucieux quant à l’impact environnemental ou social des vêtements qu’ils achètent. Pour les aider dans cette démarche, Marguerite Dorangeon et Rym Trabelsi, deux jeunes entrepreneuses françaises, viennent de dévoiler cette semaine une application gratuite qui permet d’évaluer les pratiques et les produits de près de 80 enseignes, des géants de la fast-fashion comme Zara, Uniqlo, Primark ou H&M aux marques de prêt-à-porter haut-de-gamme telles que The Kooples, Sandro, Maje, Claudie Pierlot ou encore Lacoste, en passant par quelques maisons de luxe (Chanel, Louis Vuitton).

Disponible depuis mardi sur Apple Store et Google Play, Clear Fashion (qui devait initialement s’appeler « Clothparency ») attribue ainsi à chacune de ces marques plusieurs notes sur 100, selon un système de notation indépendant et impartial établi grâce avec l’aide de plusieurs organisations et experts, dans le but « d’informer les consommateurs sur les enjeux humains, environnementaux, de santé et d’impact sur les animaux ». Déjà surnommée le « Yuka de la mode » (une autre application mobile qui s’attache à analyser la composition des produits alimentaires), Clear Fashion examine notamment sous quatre catégories – « Environnement », « Humains », « Santé » et «Animaux » – le type de matières premières utilisé, les procédés et substances servant à la teinte d’un tissu ou encore l’utilisation ou non de cuirs exotiques, de fourrure, de plumes ou d’angora, source de souffrance animale. Sont également évaluées les conditions de travail des ouvriers employés, la traçabilité des fournisseurs ou encore la consommation d’eau et la gestion des déchets.

Simple et rapide d’utilisation, Clear Fashion a d’abord été testée par 15 000 personnes avant d’être officiellement lancée cette semaine. Née l’été dernier suite à la rencontre entre Marguerite Dorangeon et Rym Trabelsi, alors que ces dernières étaient encore étudiantes à AgroParisTech, elle offre des analyses poussées en se basant sur les informations communiquées par les marques et leur adhésion ou non à des labels et lève le voile sur les pratiques de l’industrie de l’habillement, permettant d’en savoir davantage sur les différentes étapes de fabrication, qui restent bien souvent méconnues. Car contrairement aux produits alimentaires, les informations à la disposition du consommateur sur l’étiquette sont peu nombreuses. Et si le « made in » indique le lieu d’assemblage du produit fini, il ne renseigne en rien sur les étapes intermédiaires et l’origine des matières. En conséquence, une enquête menée au préalable par Clear Fashion révèle que 90 % des acheteurs de vêtements jugent manquer d’informations concernant le coût humain et environnemental des produits qu’ils achètent.

Avec son système de notation et son code couleur – du vert foncé au rouge – en fonction de la qualité de l’engagement de la marque dans l’une des quatre catégories, Clear Fashion devrait non seulement pousser les acheteurs à mieux consommer mais encourage également les entreprises du monde de la mode à améliorer leurs pratiques et à être plus transparentes. Malgré les notes parfois basses qu’elles ont récoltées, une vingtaine de marques ont d’ailleurs accepté d’être les ambassadrices de l’application pour son lancement. Parmi elles, citons Levi’s, A.P.C., ou encore le groupe SMCP (Sandro, Maje, Claudie Pierlot) dont les résultats sont pour le moins mitigés.

À lire aussi :

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Comment les mythiques Blitz Kids ont réinventé la mode et la musique

En deux petites années, entre 1979 et 1980, du côté du quartier de Covent Garden à Londres, une soirée organisée tous les mardis soir au sein du minuscule Club Blitz a changé la face de Londres, de la mode, de la pop music, lancé la vague baroque et fière des Nouveaux Romantiques, et renvoyé définitivement l’uniforme des punks au rayon vintage. Retour vers le futur.

Neith Nyer reverse tous les bénéfices de sa nouvelle collection en faveur des trans noirs brésiliens

Fondé en 2015 par Francisco Terra, le label Neith Nyer fait son retour en grande pompe avec « Globe of Death ». Une collection inaugurant le projet « Neith Nyer Artisanal », né d’une collaboration entre le designer brésilien et une flopée de créatifs, dont la totalité des bénéfices sera reversée à Casa Chama, une association brésilienne qui lutte pour faire valoir les droits des personnes noires et transgenres.

Les algorithmes peuvent-ils prévoir la mode du futur ?

Avec le basculement vers le tout-digital, la data et les prédictions s’apprêtent à jouer un rôle décisif dans la relance des secteurs de la mode et du luxe. Comme dans chaque crise, les rapports de force évoluent et le recours aux algorithmes, bien qu’encore perçus comme opposés à la création, s’intensifie. D’abord pour rassurer, ensuite pour tenter de prévoir l’avenir.

Série mode : 2 Moncler 1952, Issue d’Antidote : DESIRE

Découvrez les pièces parmi les plus marquantes de l’été 2020 dans cette série mode inédite issue du nouveau numéro d’Antidote photographié par Ferry van der Nat, avec Chanel, Balenciaga, Versace, Lacoste, Ann Demeulemeester, Rombaut. Commandez dès maintenant Antidote : DESIRE sur notre eshop au prix de 15€.

Série mode : les looks de Richard Gallo reconstitués en exclusivité pour Antidote

Publiée dans le numéro printemps-été 2020 d’Antidote, cette fashion story dédiée à Richard Gallo mêle pièces d’archives issues de son vestiaire et looks reconstitués à partir de photographies, arborés par Tyrone Dylan.

Découvrez la sixième série mode de Ferry van der Nat issue d’Antidote : DESIRE

Découvrez les pièces parmi les plus marquantes de l’été 2020 dans cette série mode inédite issue du nouveau numéro d’Antidote photographié par Ferry van der Nat, avec Versace, Balenciaga, Louis Vuitton, Marine Serre, Christian Louboutin, Miu Miu ou encore Andreas Kronthaler for Vivienne Westwood. Commandez dès maintenant Antidote : DESIRE sur notre eshop au prix de 15€.

Fresh NewsMode

lire la suite

> voir tout

Fresh NewsMode

Rencontre avec Juan Alvear, le nail artist favori des popstars