Bad Boyd : l’interview exclusive de la star de Narcos

Article publié le 6 juillet 2016

Texte : Edouard Risselet
Photos : courtesy of Diesel

La deuxième saison de la série événement de Netflix est disponible en streaming depuis le 2 septembre. L’acteur de la série Narcos revient pour Diesel à son activité première de mannequin. Le toujours désinvolte Boyd Holbrook incarne cette année la nouvelle fragrance BAD de la marque italienne. Nous l’avons rencontré à Paris.

L’été dernier, personne n’en avait encore vraiment entendu parler. On l’avait aperçu quelques secondes dans le film Harvey Milk de Gus Van Sant en 2009 mais il faudra attendre l’été 2015 pour voir la carrière cinématographique de Boyd Holbrook décoller.
Au casting de la série Narcos consacrée à la vie du trafiquant de drogue Pablo Escobar, l’acteur enfile le costume de Steve Murphy, un agent de la lutte antidrogue américaine. Le succès international de la série a convaincu Netflix, qui la propose en exclusivité, de signer pour une deuxième saison consécutive disponible depuis le 2 septembre sur Netflix.

Cet Américain originaire du Kentucky fera l’affiche à la rentrée du film Morgan produit par Ridley Scott, incarnera le méchant dans le prochain Wolverine et figurera aussi dans le nouveau film de Terrence Malick. Mais Boyd Holbrook n’a pas toujous été comédien. Découvert sur la scène d’un théâtre de sa région par une model scout, il quitte son Prestonsburg natal pour New York où il débute une carrière de mannequin. Il pose sous les objectifs d’Elle Von Unwerth ou David Armstrong, décroche des campagnes pour DKNY, Boss Orange et plus récemment Dior Homme. Il devient cette année égérie du nouveau parfum masculin de Diesel baptisé BAD. Et le duo fait sens. Il nous reçoit dans une chambre d’hôtel parisienne, un chapeau sur le crâne. Il sourit, allume une American Spirit et peut commencer.

Pourquoi avoir accepté de retourner au mannequinat pour Diesel ?
J’ai trouvé qu’il était intéressant de travailler avec Diesel parce que l’entreprise est vraiment cool. Andrew Dominik a réalisé le spot publicitaire du parfum et je suis un grand fan de ces films. Il a fait Chopper, L’Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford, Cogan : Killing Them Softly,… C’était à la fois espiègle et très provocateur.

La parfum que vous incarnez s’appelle BAD, l’êtes-vous ?
Je dirai plutôt badass. Mais c’est juste un rôle que tu peux jouer. Tu sais que tu es le patron. Je sais quel genre de personne je suis et je reste fidèle à mon éthique. J’ai de très hautes attentes envers moi-même et les gens qui m’entourent. Je ne peux pas contrôler ce que les gens pensent de moi mais seulement mes propres actions. Et puis, être « bad » ne veut pas nécessairement dire être téméraire.

Vous avez été muse de plusieurs designers et photographes, quels rapports entretenez-vous avec la mode ?
Je pense n’avoir aucune influence sur la mode, j’aime juste bien m’habiller, me donner un peu de style.

Photos : Richard Bush, Ellen Von Unwerth

Votre parcours cinématographique atteint de nouveaux sommets, appréhendez-vous le mannequinat et la comédie de façon différente ?
C’est la nuit et le jour. Je pense que la mode est plutôt une question d’attitude. Jouer un rôle et être mannequin n’ont rien à voir. Je préfère la comédie. Quand tu fais du mannequinat, tu n’es qu’un élément du décor.

Quels sont les plus grands obstacles rencontrés au cours de votre carrière ?
Venir du monde du mannequinat. Personne ne vous prend au sérieux et ne veut croire que vous êtes capable de jouer.

Et quelle serait votre plus grande force?
La naïveté, peut-être.

Vous figuriez l’an passé dans la série événement Narcos. Que vous inspire Pablo Escobar ?
Il ne m’inspire rien du tout. C’était juste une personne atroce. C’était un incroyable businessman qui a mis sur pied une industrie qui prospère encore aujourd’hui. Il était très important mais a ruiné tellement de vies.

Pour Wolverine en 2017, vous passerez du côté des « méchants », comment l’appréhendez-vous ?
Le rôle est radicalement différent, tout comme le personnage. J’ai passé beaucoup de temps avec le vrai Steve Murphy et je suis allé à Quantico, là où s’entraîne la DEA (Drug Enforcement Administration, ndlr) . J’ai eu un accès très privilégié pour découvrir comment tout se passe et j’ai vraiment compris ce que ces mecs endurent tous les jours. Et maintenant, je suis prêt à passer de l’autre côté.

« Quand tu fais du mannequinat, tu n’es qu’un élément du décor. »

Vous serez bientôt à l’affiche du nouveau film de Terrence Malick, est-ce un accomplissement ?
Je ne sais pas si vous connaissez sa façon de travailler. Il filme des scripts de 500 pages et un grand nombre d’acteurs prévus au départ n’apparaissent pas dans le film, à cause de la façon dont il monte les scènes. Il crée une histoire dans la salle de montage. Alors, l’accomplissement pour moi, c’est d’être toujours dans le film.

Quelle est la prochaine étape ?
Je pense me reposer un moment et ne pas me remettre au travail directement. Je vais sûrement prendre mon temps et attendre pour quelque chose de vraiment très spécial. Je n’ai tout simplement pas arrêté ces derniers temps. Maintenant, je voudrais me concentrer sur ma société de production. Ma partenaire filme en ce moment dans une prison de très haute sécurité, et j’ai été chargé de l’entraînement de tous les acteurs au cours des deux dernières semaines. Ça, c’est une vraie récompense pour moi.

Quel conseil donneriez-vous à un acteur débutant ?
À tous les gens qui veulent faire partie du monde des arts, je leur dis genre : « mec, bon courage ». Parce que c’est tellement dur d’en vivre. Aussi, fais attention à ce à quoi tu aspires. C’est un monde de chiens, plutôt féroce. Il faut faire un vrai travail sur soi-même, se construire un personnage fort, parce qu’il y a beaucoup de choses qui viendront vous décourager. Puis vous entendez non, tellement souvent, il faut avoir la peau super épaisse.

Le parfum BAD sera disponible à partir du 15 août 2016.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Femmes politiques aux États-Unis : les nouveaux habits du pouvoir

Kamala Harris mais aussi Alexandria Ocasio-Cortez et les autres membres du Squad dont elle fait partie, rejointes par de nouvelles élues au Congrès, incarnent une nouvelle idée du soft power vestimentaire. Symboles d’une classe politique recomposée, qui n’a jamais autant compté de femmes afro-américaines et hispaniques dans ses rangs, elles prennent le contrôle sur leur apparence, dictant leurs propres critères de respectabilité et d’empowerment – tout en se distinguant de l’establishment, encore largement dominé par la culture masculine.

lire la suite

voir tout

Mode

La députée américaine Alexandria Ocasio-Cortez a récolté plus de 200 000$ en jouant à un jeu vidéo en streaming sur Twitch, pour venir en aide aux personnes touchées par le coronavirus

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.