Applecore est-il le futur du streetwear parisien ?

Article publié le 3 novembre 2016

Texte : Edouard Risselet
Photo : Applecore automne-hiver 2016

Fondé en 2015 par un duo de jeunes créatifs, le label Applecore garantit, dans la lignée de Pigalle et de ses consœurs, la relève du streetwear parisien. Entre inspirations cubistes et vocabulaire populaire, la nouvelle collection de la marque se veut décontractée, libre et instinctive. Le look de 2016.

Si le normcore est le vestiaire de la normalité et du refus de la tendance à base de jean bleu et de t-shirt uni, Applecore entérine sa propre esthétique, quelque part entre Steve Jobs et LL Cool J : une oasis où le jogging peau de pêche côtoie les œuvres de Matisse.

La garde-robe de Moriba-Maurice Koné et Steven Alexis, fondateurs du label – qui citent Rei Kawakubo, Phoebe Philo ou encore Raf Simons parmi leurs créateurs préférés -, se compose de nouveaux basiques, fabriqués ou retravaillés en France. « Notre volonté est de proposer un ensemble cohérent et fonctionnel de façon artistique sans se fixer de limite ou de case », dit Moriba-Maurice Koné.

Applecore automne-hiver 2015

Leur première collection, imaginée pour l’automne-hiver 2015 est concise et efficace : un bombardier, un trench, un trench, un sous-pull à col cheminée, un jogging, un t-shirt et le sweatshirt de pompier imprimé « Émancipation ».

Ils se libèrent notamment des diktats du genre avec une proposition unisexe. « Ce qui est important à mes yeux c’est la liberté. Que chacun ait la possibilité de s’habiller, de s’exprimer comme il le souhaite, soutient Moriba-Maurice Koné. J’apprécie qu’on puisse atténuer ce côté « case »». Un parti-pris renouvelé pour la saison suivante articulée autour du thème de l’humanisme. La figure de l’homme de Vitruve de Léonard De Vinci s’imprime logiquement au dos d’un hoodie signature.

Applecore printemps-été 2016

L’attrait du duo pour l’art se confirme avec leur automne-hiver 2016 et son t-shirt sérigraphié du Nu Bleu II d’Henri Matisse, conservé au musée d’Art Moderne de Paris. Ce mélange de cultures et d’époques est aussi incarné par un pantalon à pinces imprimé, à la façon d’un jogging, des cinq lettres « lovés ». Pas de faute de frappe, les lovés, c’est l’argent, l’amour invétéré pour les espèces que chantent passionnément les rappeurs français, de Lacrim à La Fouine. « Les influences premières dans tout ce que l’on fait viennent principalement de notre vie de tous les jours, le football, l’argot, le design. Ce n’est pas vraiment la mode qui m’inspire c’est plutôt ce qui nous entoure au quotidien », raconte Steven Alexis.

Et quand on leur demande pourquoi « Applecore », littéralement « trognon de pomme », la réponde semble évidente : « Le trognon représente la portion centrale de la pomme, la portion qui reste une fois que le principal du fruit a été consommé, comme une tendance. Applecore c’est la base, l’essentiel ».

Applecore automne-hiver 2016

La collection automne-hiver 2016 d’Applecore est disponible sur le e-shop de la marque.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Rencontre avec les photographes de la nouvelle campagne CK One

La campagne one future #ckone rassemble un casting de jeunes Américain·e·s aux profils variés, reflétant toute la diversité des États-Unis, immortalisé·e·s par sept étoiles montantes de la photographie. Antidote s’est entretenu avec deux d’entre elles, dont l’œuvre s’inscrit au croisement de la quête esthétique et de l’activisme : Elliot Ross et Shan Wallace.

Femmes politiques aux États-Unis : les nouveaux habits du pouvoir

Kamala Harris mais aussi Alexandria Ocasio-Cortez et les autres membres du Squad dont elle fait partie, rejointes par de nouvelles élues au Congrès, incarnent une nouvelle idée du soft power vestimentaire. Symboles d’une classe politique recomposée, qui n’a jamais autant compté de femmes afro-américaines et hispaniques dans ses rangs, elles prennent le contrôle sur leur apparence, dictant leurs propres critères de respectabilité et d’empowerment – tout en se distinguant de l’establishment, encore largement dominé par la culture masculine.

À quand un enseignement décolonial de la mode ?

Loin d’être universel, le concept de mode renvoie à une pluralité d’imaginaires, d’esthétiques et de vécus invisibilisés par une histoire coloniale qu’une nouvelle génération appelle aujourd’hui à déconstruire – notamment via l’enseignement.

Découvrez la nouvelle collection d’Antidote automne-hiver 2020/2021

Antidote présente sa nouvelle collection de vêtements, comme toujours genderfree et entièrement vegan.

Pourquoi la mode investit-elle dans l’agriculture régénérative ?

Déconnectée des enjeux de développement durable pendant des années, la mode est poussée à agir par un nombre croissant de consommateur·rice·s qui exigent transparence et responsabilité éthique. L’agriculture régénérative (ou régénératrice), qui permet de préserver la biodiversité des sols et de lutter contre le réchauffement climatique, s’inscrit dès lors de plus en plus au cœur des débats liés à la mode responsable.

Sinéad Burke : « On doit être à la table des décisions »

Activiste et écrivaine irlandaise de 1,05 mètre passionnée de mode et de design, Sinéad Burke milite en faveur d’un monde plus inclusif qui s’adapterait aux besoins de chacun·e. À travers cet entretien, elle revient sur l’importance d’offrir une voix à ceux·celles qui ne sont pas entendu·e·s dans l’espace public, explique pourquoi il est impératif d’intégrer les personnes issues des minorités à la table des décisions et raconte pourquoi sa petite taille fait sa force.

lire la suite

> voir tout

Mode

Intitulée « Gabrielle Chanel, Manifeste de Mode », la rétrospective du Palais Galliera consacrée à Gabrielle Chanel ouvre ses portes aujourd’hui et se tiendra jusqu’au 14 mars 2021

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.