L’interview de Virgil Abloh : « Être cool, c’est être sincère »

Article publié le 30 septembre 2016

Share :

Texte : Edouard Risselet
Photos : courtesy of Christian Anwander

À la fois directeur artistique de Kanye West, fondateur du label Off-White et DJ, Virgil Abloh dort peu mais pense beaucoup. Il vient de dévoiler à Paris la nouvelle collection de sa griffe signature et lance cette saison une collaboration avec Moncler. Interview.

C’est la première fois que vous signez un tel partenariat. Pourquoi avez-vous décidé de collaborer avec Moncler ?
Nous avons des amis en commun, tout a commencé de façon très organique. Puis nous avons voulu travailler ensemble sur un projet qui viendrait apporter du dynamisme à chacune de nos deux marques. J’avais déjà fait des collaborations avec de plus petites marques mais c’était la première fois que je travaillais avec une griffe aussi importante.

D’où vous est venue l’idée de l’inspiration maritime, des pêcheurs ?
L’idée, c’était de trouver une idée de base qui pourrait permettre de créer quelque chose de totalement nouveau, quelque chose qu’ils n’auraient encore jamais fait. Ils ont beaucoup exploré les univers de la montagne, de l’escalade, des climats froids. Et j’ai pensé qu’il y avait moyen de développer ce concept de climat froid autour de la mer. Ce thème marin est très inspirant, notamment par rapport aux tenues que portent les pêcheurs, les matières, les couleurs, le stylisme, le traitement waterproof.

Après Thom Browne ou Mary Katrantzou, Virgil Abloh est le nouveau créateur à signer une collection en collaboration avec Moncler. La sienne s’appelle Moncler O.

Les casquettes de la collection sont brodées White Widow, quelle en est la signification ?
Beaucoup de navires ont un nom et « White Widow » est celui du navire fictif que nous avons inventé. Chaque saison, l’histoire sera construite autour d’un navire différent avec un nom différent. Nous recommençons la saison prochaine avec une nouvelle collection printemps-été 2017 et ce sera donc à nouveau sur un bateau. C’est vraiment ça la direction artistique. J’ai le sentiment que cette collaboration n’a pas de limite, elle pourrait durer pour toujours.

Cette collection n’est pour l’instant que masculine, verra-t-on bientôt son pendant féminin ?
Je préfère dire qu’elle est unisexe. Je pense qu’une large fraction de la collection peut être portées par les deux sexes. Et il en est de même pour Off-White. Mais je veux continuer de faire deux défilés chaque saison parce qu’il y a des hommes et des femmes dans le monde. Et j’aime les contraintes d’avoir un show homme et un show femme.

Off-White printemps-été 2017

Vous avez lancé Off-White en 2015 à la Fashion Week de Paris, comment faire pour qu’une collection soit remarquée au milieu de centaines d’autres shows ?
Je veux juste qu’elles soient authentiques, en adéquation avec qui je suis et avec mes goûts. Aussi avec le milieu social dont je viens, avec mes amis, et c’est vraiment ce sur quoi j’ai voulu me concentrer. Je suis imprégné de culture américaine, de streetwear, entre New York et Los Angeles et le Japon, de musique hip hop, de cet esprit jeune. Je veux partager ma propre vision du monde. Je pense que mélanger le luxe et le streetwear est quelque chose de très moderne, c’est vraiment la façon dont les gens s’habillent. Je crois qu’un créateur qui tend vers cela est pertinent.

Pourquoi avoir choisi de présenter Off-White à Paris et non pas à New York ?
Je pense que Paris incarne une forme de mode différente de celle de New York. J’ai toujours voulu apporter les idées et l’énergie de New York à cette ville qui est comme centrale à toutes les villes du monde qui font la mode.

Paris est-elle la capitale de la mode d’après vous ?
À 100%.

« Mon but ultime est de parvenir à incarner mon époque. »

Pour qui créez-vous ? Pour A$AP Rocky ou pour Céline Dion ?
J’essaie d’imaginer une collection qui serait justement au centre de ces deux personnalités. C’est exactement ça le moodboard.

Un t-shirt de votre collection automne-hiver 2016 dit : « Everything you like I liked 5 years ago », qu’aimez-vous aujourd’hui ?
Les choses que je crée. Tout ce qui est disponible aujourd’hui, j’y ai réfléchi il y a déjà longtemps. Ce t-shirt est plutôt commun, il traduit l’esprit d’une jeune génération, mais ce n’est pas nécessairement le mien. L’idée, c’est vraiment qu’il faut être indépendant au niveau du goût. J’aime ce que fait Craig Green, j’adore Miuccia Prada, Raf Simons, tous ces créateurs qui modernisent l’industrie. Et Hedi Slimane est probablement mon préféré.

Photo : Mark Vassallo

Quelle est la prochaine étape pour vous et votre travail ?
Je n’en sais rien. Je veux continuer de raconter une histoire. J’ai envie de rester en phase avec mon temps. Tout évolue, et j’ai envie d’apporter ma contribution. Mon but ultime est de parvenir à incarner mon époque.

Et qu’est-ce qu’être cool signifie en 2016 ?
Être cool, c’est être sincère.

La collection Moncler O automne-hiver 2016 est disponible dans les boutiques Moncler.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Sinéad Burke : « On doit être à la table des décisions »

Activiste et écrivaine irlandaise de 1,05 mètre passionnée de mode et de design, Sinéad Burke milite en faveur d’un monde plus inclusif qui s’adapterait aux besoins de chacun·e. À travers cet entretien, elle revient sur l’importance d’offrir une voix à ceux·celles qui ne sont pas entendu·e·s dans l’espace public, explique pourquoi il est impératif d’intégrer les personnes issues des minorités à la table des décisions et raconte pourquoi sa petite taille fait sa force.

L’édito de Yann Weber, directeur de la rédaction du nouveau numéro d’Antidote : Statements

L’identité d’Antidote, sur laquelle je me suis longtemps interrogé, s’est dessinée en filigrane ces 10 dernières années à travers ce grand rhizome de personnalités variées qui s’étire à l’horizontale de page en page, où les normes excluantes qui ont longtemps caractérisé le monde de la mode s’effacent pour laisser place à une vision inclusive et ouverte, au sein de laquelle les stigmates disparaissent.

Comment les mythiques Blitz Kids ont réinventé la mode et la musique

En deux petites années, entre 1979 et 1980, du côté du quartier de Covent Garden à Londres, une soirée organisée tous les mardis soir au sein du minuscule Club Blitz a changé la face de Londres, de la mode, de la pop music, lancé la vague baroque et fière des Nouveaux Romantiques, et renvoyé définitivement l’uniforme des punks au rayon vintage. Retour vers le futur.

Neith Nyer reverse tous les bénéfices de sa nouvelle collection en faveur des trans noirs brésiliens

Fondé en 2015 par Francisco Terra, le label Neith Nyer fait son retour en grande pompe avec « Globe of Death ». Une collection inaugurant le projet « Neith Nyer Artisanal », né d’une collaboration entre le designer brésilien et une flopée de créatifs, dont la totalité des bénéfices sera reversée à Casa Chama, une association brésilienne qui lutte pour faire valoir les droits des personnes noires et transgenres.

Les algorithmes peuvent-ils prévoir la mode du futur ?

Avec le basculement vers le tout-digital, la data et les prédictions s’apprêtent à jouer un rôle décisif dans la relance des secteurs de la mode et du luxe. Comme dans chaque crise, les rapports de force évoluent et le recours aux algorithmes, bien qu’encore perçus comme opposés à la création, s’intensifie. D’abord pour rassurer, ensuite pour tenter de prévoir l’avenir.

Série mode : 2 Moncler 1952, Issue d’Antidote : DESIRE

Découvrez les pièces parmi les plus marquantes de l’été 2020 dans cette série mode inédite issue du nouveau numéro d’Antidote photographié par Ferry van der Nat, avec Chanel, Balenciaga, Versace, Lacoste, Ann Demeulemeester, Rombaut. Commandez dès maintenant Antidote : DESIRE sur notre eshop au prix de 15€.

lire la suite

> voir tout

Mode

La Fédération de la Haute Couture et de la Mode a confirmé la tenue de la Fashion Week de Paris, du 28 septembre au 6 octobre prochains