Fashion & Furious : la mode aime le tuning

Article publié le 12 avril 2016

Share :

Texte : Edouard Risselet
Photo : courtesy of Loewe

Dix ans après la fin regrettée de Pimp My Ride, la mode formule un éloge majeur au tuning, à son appétit pour le tape-à-l’œil et son amour inconsidéré pour la flamme maximale. Fasten your seatbelt.

En juin dernier, le designer allemand Philipp Plein chevauchait sa moto cross pour saluer une foule venue assister à un spectacle digne d’un blockbuster hollywoodien. Au programme, un show de Monster Trucks lâchés sur le podium dans l’optique de pulvériser une rangée de voitures chromées et vouées à la casse. C’est bruyant, ouvertement beauf et clairement assumé, c’est Plein.
Sa mode boostée au protoxyde d’azote n’est pas qu’histoire de mégalomanie. Elle incarne et transcende une collusion globale entre les univers de l’habillement et de l’automobile. De Wanda Nylon à Vetements et de Prada à Louis Vuitton, les marques se trouvent plus d’affinités avec le racing qu’elles n’auraient osé l’envisager.

De gauche à droite : Acne Studios automne-hiver 2016-2017, Louis Vuitton automne-hiver 2016-2017, Emilio Pucci automne-hiver 2016-2017, Wanda Nylon automne-hiver 2016-2017

1 – LA COMBINAISON

Le top Arizona Muse signait un retour remarqué sur le podium automne-hiver 2016 d’Acne Studios. Elle arborait une combinaison large en cuir rouge Ferrari dont la paternité est depuis revendiquée par les syndicats de mécaniciens du Mans.
De New-York à Paris, la combinaison intégrale, tantôt brute tantôt sage, a aussi fait son entrée sur les podiums de Courrèges, Emilio Pucci, Wanda Nylon et Louis Vuitton. Peu commercialisable en l’état, elle devrait se retrouver en boutique dans des versions divisées et plus adaptées à la vie quotidienne.

De gauche à droite : Paco Rabanne automne-hiver 2016-2017, boots à flammes Vetements et sweat Thrasher

2 – LES FLAMMES

Sur les flancs luisants de sa Citroën Xantia – Lamborghini du genre -, le passionné de tuning a trimé d’interminables heures pour réaliser à l’aide d’un pochoir la flamme parfaite. Il s’en targuera plus tard lors de réunions confidentielles où seul un cercle fermé d’initiés est autorisé.
Motif récurrent de la customisation automobile, la flamme a déjà inspiré par le passé les créateurs. Miuccia Prada imaginait pour son printemps-été 2012 des sandales enflammées qui défiaient déjà à l’époque la morale des ayatollahs du bon goût.

Chez Vetements, Demna Gvasalia dessine en 2015 une bottine à flammes – devenue emblématique du label – qu’il complète d’un body assorti. Julien Dossena brode, lui, de flammes les épaules et hanches des modèles de son défilé Paco Rabanne automne-hiver 2016.

De gauche à droite : Moschino printemps-été 2016, Andrea Crews automne-hiver 2015-2016, Wanda Nylon automne-hiver 2016-2017

3 – L’IMPRIMÉ AUTOMOBILE

Après la collection du label Andrea Crews en collaboration avec le constructeur allemand Opel à l’automne-hiver 2015, l’imprimé automobile a fait des émules. Le créateur Jonathan Anderson s’est plu au printemps-été 2016 à penser Loewe telle une marque automobile. Il en appose le logo à l’arrière d’une voiture de course, imprimée sur un maillot de la collection homme. Wanda Nylon, dans la mouvance de récupération de symboles iconiques initiée par Vetements et DHL, confond son nom avec celui du constructeur japonais Honda. Aucune marque n’a encore toutefois approché Dacia.

De gauche à droite : Vetements automne-hiver 2016-2017, Moschino printemps-été 2016, Prada printemps-été 2016

4- LES PANNEAUX DE SIGNALISATION

Depuis qu’il a repris les rennes de la maison Moschino, Jeremy Scott lui a fait renoncer de force à toute notion d’élégance à l’italienne. Après Barbie Moschino et la femme Maxi Best Of Moschino, le designer américain célèbre au printemps-été 2016 la femme Vinci Moschino. Non pas Mona Lisa, mais plutôt la réfléchissante femme Vinci Autoroute. Un plot orange planté sur le haut du crâne, un collier clé de 12 autour du cou et un tailleur gilet jaune, elle poursuit avec brio l’œuvre de sensibilisation de Karl Lagerfeld lancée en 2008 sur sa campagne de prévention routière.

De gauche à droite : Loewe printemps-été 2016, Carven automne-hiver 2016-2017, Louis Vuitton automne-hiver 2016-2017

5 – SPRAY PAINT

Les puristes de la discipline vous confirmeront qu’une peinture de carrosserie exécutée sans le moindre défaut justifie bien les deux cents mètres de marche qui séparent cette place de parking isolée de l’entrée d’Auchan.
Sur les podiums parisiens, l’obsession pour la customisation frappe de plein fouet la collection automne-hiver 2016-2017 de Louis Vuitton par Nicolas Ghesquière. L’un des blousons majeurs de la collection affiche les traces évidentes d’une peinture à la bombe. Chez Loewe, un pantalon au dégradé iridescent rappelle aussi les codes du tuning. Le duo de Carven fait, lui, l’éloge du graffiti sur carrosse avec des imprimés éclatants.

De gauche à droite : Rag & Bone automne-hiver 2016-2017, Vetements printemps-été 2016, Chloé automne-hiver 2016-2017

6 – LA MOTO

Si la mode a jusqu’ici considéré le motard en ensemble Furigan comme un être inférieur, elle fait son repentir et s’approprie même son look. Elle n’a toujours pas investi dans une moto Kawasaki vert fluo mais revêt volontiers un blouson de moto à l’épaule affirmée. Il est signé Chloé, Vetements, Rag & Bone, ou Juun.J. Chez A.F. Vandevorst, les mannequins castés pour le printemps-été 2016 défilent le visage couvert d’un casque de motard. Martin Margiela n’y avait pas pensé.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home »]

Les plus lus

> voir tout

Comment les mythiques Blitz Kids ont réinventé la mode et la musique

En deux petites années, entre 1979 et 1980, du côté du quartier de Covent Garden à Londres, une soirée organisée tous les mardis soir au sein du minuscule Club Blitz a changé la face de Londres, de la mode, de la pop music, lancé la vague baroque et fière des Nouveaux Romantiques, et renvoyé définitivement l’uniforme des punks au rayon vintage. Retour vers le futur.

Neith Nyer reverse tous les bénéfices de sa nouvelle collection en faveur des trans noirs brésiliens

Fondé en 2015 par Francisco Terra, le label Neith Nyer fait son retour en grande pompe avec « Globe of Death ». Une collection inaugurant le projet « Neith Nyer Artisanal », né d’une collaboration entre le designer brésilien et une flopée de créatifs, dont la totalité des bénéfices sera reversée à Casa Chama, une association brésilienne qui lutte pour faire valoir les droits des personnes noires et transgenres.

Les algorithmes peuvent-ils prévoir la mode du futur ?

Avec le basculement vers le tout-digital, la data et les prédictions s’apprêtent à jouer un rôle décisif dans la relance des secteurs de la mode et du luxe. Comme dans chaque crise, les rapports de force évoluent et le recours aux algorithmes, bien qu’encore perçus comme opposés à la création, s’intensifie. D’abord pour rassurer, ensuite pour tenter de prévoir l’avenir.

Série mode : 2 Moncler 1952, Issue d’Antidote : DESIRE

Découvrez les pièces parmi les plus marquantes de l’été 2020 dans cette série mode inédite issue du nouveau numéro d’Antidote photographié par Ferry van der Nat, avec Chanel, Balenciaga, Versace, Lacoste, Ann Demeulemeester, Rombaut. Commandez dès maintenant Antidote : DESIRE sur notre eshop au prix de 15€.

Série mode : les looks de Richard Gallo reconstitués en exclusivité pour Antidote

Publiée dans le numéro printemps-été 2020 d’Antidote, cette fashion story dédiée à Richard Gallo mêle pièces d’archives issues de son vestiaire et looks reconstitués à partir de photographies, arborés par Tyrone Dylan.

Découvrez la sixième série mode de Ferry van der Nat issue d’Antidote : DESIRE

Découvrez les pièces parmi les plus marquantes de l’été 2020 dans cette série mode inédite issue du nouveau numéro d’Antidote photographié par Ferry van der Nat, avec Versace, Balenciaga, Louis Vuitton, Marine Serre, Christian Louboutin, Miu Miu ou encore Andreas Kronthaler for Vivienne Westwood. Commandez dès maintenant Antidote : DESIRE sur notre eshop au prix de 15€.

Fresh NewsMode

lire la suite

> voir tout

Fresh NewsMode

Rencontre avec Juan Alvear, le nail artist favori des popstars