Que faut-il retenir de la Fashion Week de New York été 2019 ?

Article publié le 17 septembre 2018

Photo : Marc Jacobs printemps-été 2019
Texte : Pierre A. M’PELÉ

Célébration de la culture Queer, mise en avant de jeunes designers, retour de l’extravagance et positionnement politique : une fois de plus, New York s’est affirmée comme la symbiose parfaite entre création et militantisme.

New-York bouge. La ville est en pleine résurgence et les grands noms comme Marc Jacobs et Calvin Klein ont mis les bouchées doubles face à une garde de jeunes designers prêts à tout pour prouver leur originalité. Sans oublier le body positive qui s’est imposé sur les podiums au même titre que les combats politiques et les questions de société.

Le message politique : Pyer Moss

Dans l’Amérique de Donald Trump, bouleversée par les mouvements #MeToo et BlackLivesMatter, de nombreux jeunes créateurs n’hésitent plus à affirmer leurs convictions politiques. Parmi eux, Kerby Jean-Raymond de Pyer Moss dont la collection aux influences sportswear pointues résonne comme une alarme.

On y retrouve notamment un t-shirt demandant explicitement aux blancs d’arrêter d’appeler la police en accusant systématiquement des afro-américains. Afin de démontrer que les noirs ne sont justement pas trafiquants de drogues ou membres de gangs, le créateur a aussi collaboré avec l’artiste Derrick Adams en lui demandant de réaliser dix tableaux représentant des afro-américains dans des scènes de la vie quotidienne.

Photos de gauche à droite : Pyer Moss printemps-été 2019.

L’extravagance : Marc Jacobs

Cette saison, Marc Jacobs prouve que New-York n’a rien à envier aux capitales européennes de la mode. Sa dernière collection, marquée par une esthétique haute couture rappelant l’opulence des années 1980, s’inscrit dans la continuité de son défilé précédent. Un soupçon d’Yves Saint Laurent, une pincée de Roberto Capucci, un zeste de Cristóbal Balenciaga, un clin d’oeil à la première collection de Karl Lagerfeld pour Chanel : le créateur américain s’inspire de la mode pour faire de la mode. On retrouve donc dans sa collection des tailleurs impeccables et des robes aux volumes exagérés, dans des matières riches et aux couleurs flamboyantes. Une certaine idée du retour du beau et de l’extravagance fantasmée dans une Amérique qui en a bien besoin.

Photos de gauche à droite : Marc Jacobs printemps-été 2019.

Le nouveau statement : le corps dans tous ses états

La diversité dans la mode ne se résume pas à la couleur de peau. Et dans un pays comme les États-Unis, faire défiler uniquement des mannequins taille 34 serait un non-sens total. Voilà pourquoi New York a vu arriver plus que jamais des mannequins aux courbes généreuses et aux corps multiples sur les catwalks. Chromat a fait défiler la mannequin militante et handicapée Mama Cax alors que Rihanna, lors du show de sa marque de lingerie Savage X Fenty, n’a pas hésité à engager la mannequin Slick Woods, enceinte de neuf mois.

Photos de gauche à droite : Savage X Fenty printemps-été 2019, Christian Siriano printemps-été 2019, Chromat printemps-été 2019, Cushnie printemps-été 2019.

La métaphore : Les Dents De La Mer

Chez Calvin Klein, Raf Simons s’est attaqué à un classique du cinéma américain, Les Dents de la mer. De la fiction de Steven Spielberg sortie en 1975, le créateur belge en a tiré une version inquiétante de la réalité. C’est dans une mer de sang que les mannequins ont marché, cheveux humides ou mouillés, avec des jupes semblant avoir été déchiquetées par les dents d’un grand blanc ; histoire d’illustrer ici la métaphore d’un pays autrefois vénéré et qui finit par se faire dévorer.

Photos : Calvin Klein printemps-été 2019.

La devise : Durs à Queer

New York, berceau des revendications liées à la sexualité, a une fois de plus joué la carte de la tolérance et du militantisme. Lors d’un défilé-spectacle événement, Opening Ceremony s’est associé à Sasha Velour, gagnante de la neuvième saison de Ru Paul’s Drag Race, afin de célébrer la culture drag. Un show qui n’était pas sans rappeler celui de dapperQ, collectif new-yorkais mettant en avant de jeunes designers queer (SALT, Stuzo, A/C Space, Kris Harring) à travers un casting de mannequins mélangeant les genres, les sexualités et les corps.

Autre représentant d’une mode queer, inclusive et genderfluid : le label Gypsy Sport fondé par le jeune designer d’origine mexicaine Rio Uriben, souvent décrit comme l’héritier de Shayne Oliver, fondateur de la marque Hood By Air. À travers des silhouettes à l’esprit punk saupoudrées de fleurs, bijoux coquillages, broderies et macramés, Gypsy Sport n’a pas hésité à surjouer les poses glamour de ses mannequins. Un peu comme la marque Marco Marco originaire de Los Angeles dont les 34 mannequins étaient ouvertement transsexuels et/ou non-binaires.

Photos de gauche à droite : Opening Ceremony printemps-été 2019, TomboyX avec Squirrel Vs. Coyote printemps-été 2019 au défilé DapperQ, Gypsy Sport printemps-été 2019, Marco Marco printemps-été 2019.

La nouvelle génération : la consécration

Cette saison, les jeunes labels new-yorkais ont confirmé leur statut et leur savoir-faire. Luar, marque créée par le designer Raul Lopez (finaliste du prix CFDA 2018), a proposé une collection immaculée aux inspirations Renaissance où se mêlent tailoring destructuré, transparence et broderies.

Chez Telfar, les classiques du vestiaire américain (bannière étoilée, denim, logo de la bière Budweiser) ont tous été revisités et updatés afin de remettre en question la consommation de masse si chère à l’Oncle Sam. De son côté, Eckhaus Latta, formé par le duo Mike Eckhaus et Zoe Latta, a une fois de plus booster ses silhouettes aux allures minimalistes grâce à une expérimentation des coupes et des tissus.

Photos de gauche à droite : Luar printemps-été 2019, Telfar printemps-été 2019, Eckhaus Latta printemps-été 2019.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Pourquoi il ne fallait pas rater le dernier défilé Haute Couture de la maison Valentino

Pierpaolo Piccioli a présenté sa nouvelle collection de Haute Couture pour la maison romaine lors d’un défilé sur la place d’Espagne, à Rome, le vendredi 8 juillet. Pensée comme un dialogue avec Valentino Garavani, la collection-fleuve baptisée « The Beginning » faisait office de trait d’union entre le passé et le présent de la maison dans sa ville de naissance. 

Lire la suite

Antidote Fanzine x Burberry : Comment Riccardo Tisci refaçonne l’ADN de Burberry ?

Ce n’était pas encore une Maison mais plutôt une Mansion. Une very British Mansion devenue le temple vestimentaire-mais-pas-que de la culture anglaise. Une sorte de monument dont la splendeur n’effraie plus tant on y est habitué. Puis soudain, en mars 2019, une arrivée a bousculé les traditions. Celle de Riccardo Tisci, nommé chief creative officer de Burberry, après 13 années passées à la direction artistique de Givenchy et un intermezzo de quelques mois au sein de sa famille, près du lac de Côme.

Lire la suite

Retrouvez les photos de la soirée Antidote organisée durant la Fashion Week homme printemps-été 2023

Samedi 25 juin, Antidote organisait une nouvelle soirée au Silencio, à l’occasion de la Fashion Week masculine de Paris printemps-été 2023. Retour sur un événement qu’il ne fallait pas manquer, marqué par une série de DJ sets de Panteros666, Jeune Pouce et Housewife 9, entrecoupée d’une performance live du rappeur Michel.

Lire la suite

Rencontre avec le fondateur du label A-Cold-Wall* Samuel Ross, à l’occasion de la sortie de sa nouvelle sneaker

À l’occasion du lancement chez 3537 de la nouvelle Converse Sponge Crater, née de la collaboration entre le fondateur du label britannique A-Cold-Wall*, Samuel Ross, et la marque de chaussures américaine Converse, Antidote a rencontré le designer, en pleine Fashion Week masculine de Paris. À travers cet entretien, il revient sur son ambition pour le futur de Converse et de A-Cold-Wall*, évoque sa volonté d’être le plus sincère possible dans son travail quasi autobiographique et dépeint son désir d’allier approche utilitaire et esthétique conceptuelle.

Lire la suite

Mode, ego & psycho : quand l’habit fait le mood

Si l’intérêt de l’anthropologie, de la sociologie ou de la philosophie pour la mode et ses productions est documenté et relayé depuis de nombreuses années, celui que lui portent la psychologie, la psychanalyse ou encore la psychiatrie demeure étrangement dans l’ombre. Pourtant, pour peu que l’on s’y penche, force est de constater que la mode et les objets qu’elle produit pour permettre à chacun de composer sa propre « parure » – selon le terme d’usage en anthropologie – intéressent depuis plusieurs décennies les acteur·rice·s de ces disciplines. Entre la publication d’ouvrages sur les liens unissant mode et inconscient, la mise en place d’expérimentations analysant l’impact des vêtements sur nos capacités cognitives, l’intégration de vestiaires spécifiques dans le cadre de certaines thérapies, voire l’appropriation par les marques de luxe elles-mêmes de discours ayant recours au champ lexical de la psychologie, retour sur l’intérêt mutuel que se portent mode et sciences cognitives.

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.