Que faut-il retenir de la Fashion Week de Londres hiver 2018 ?

Article publié le 23 février 2018

Share :

Photo : Ashley Williams
Texte : Maxime Retailleau

Jeunes créateurs insolents, foulards en satin et départ du directeur artistique de Burberry Christopher Bailey : retour sur les points les plus marquants de la Fashion Week de Londres.

Christopher Bailey a présenté son dernier défilé pour Burberry alors que la reine Elisabeth II assistait au premier de sa vie, côte à côte avec Anna Wintour au front row de Richard Quinn. En parallèle, la Fashion Week de Londres a aussi laissé la part belle aux jeunes labels, comme ASAI ou encore Matty Bovan, leur permettant d’affirmer leur signature. Voici ce qu’il ne fallait pas rater cette saison.

LE DRAPEAU : Arc-en-ciel

Le dernier défilé de Christopher Bailey chez Burberry – dont il était le directeur artistique depuis 17 ans – était dédié à la jeunesse LGBTQ+. Pour l’occasion, il a inventé un motif check multicolore, et décliné les couleurs de l’arc-en-ciel sur de multiples pièces : doudounes, jupes, pulls, et même une cape portée par Cara Delevingne en closing. Le défilé mêlait aussi pièces classiques, de l’intemporel trench-coat au T-shirt Tye and Die, et inspirations street : survêtements, joggings siglés, sneakers… « Je voulais que la collection soit un reflet du passé de Burberry, de notre présent, mais aussi de mon grand enthousiasme quant à ce que le futur réserve à Burberry », expliquait le designer, qui a intitulé cette dernière ligne « Time ».

Photos : Burberry automne-hiver 2018-2019.

La bande-son : DISCO

Les sequins étaient omniprésents lors de cette nouvelle Fashion Week : colorés et scintillants chez Halpern et Ashish, où on les trouvait sous forme de combinaison, vert émeraude chez Toga, ou encore en touches plus discrètes sur les ensembles J.W. Anderson. La Maison Margiela a elle présentée la nouvelle collection de sa seconde ligne MM6 dans un pub recouvert d’aluminium, rappelant la Factory d’Andy Warhol, et faisant écho aux pièces argentées et étincelantes portées par les mannequins, parfois en imprimées de boules à facettes.

Photos de gauche à droite : Ashish automne 2018, Halpern automne 2018, Toga automne 2018, J.W Anderson automne 2018.

Le retour : LE FOULARD

En total look chez Richard Quinn et dans la veine de Balenciaga, le foulard s’intégrait aussi aux différentes tenues de Faustine Steinmetz ou encore de la dernière collection Toga, par-dessus les ceintures, dépassant de la fente d’une jupe, ou encore en imprimé sur des chemises comme chez Burberry. On le retrouvait également couvrant les têtes chez Preen by Thornton Bregazzi, sur les pulls de grand-mère revisités, à motifs asymétriques, ou encore chez MM6 en couleur aluminium.

Photos de gauche à droite : Richard Quinn automne 2018, Toga automne 2018, MM6 Maison Margiela automne 2018, Burberry automne 2018.

LES MESSAGES : hédonistes

Sweat « Masturbate » chez Ashish, « More Joy » chez Christopher Kane par-dessus des représentation de couples faisant l’amour, et « My Lips… Your Lips, Apocalypse » chez Nicopanda de Nicolas Formichetti : le plaisir, solitaire ou partagé, était au cœur de cette nouvelle saison londonienne. Henry Holland , le directeur artistique de House of Holland, est lui venu saluer son public avec un sweat à capuche où était inscrit « I Love my Job », tandis qu’Ashley Williams optait elle plus un message plus désinvolte, « Don’t Know Don’t Care », arboré par une Adwoa Aboah impassible.

Photos de gauche à droite : Nicopanda automne 2018, Ashish automne 2018, Ashley Williams automne 2018, Christopher Kane automne 2018.

LES ÉPAULES : XXL

Les coupes des épaules étaient extra-larges chez Gareth Pugh, sur des vestes rayées, en cuir ou en léopard ; oversized et tombantes chez Richard Malone ; et ASAI a lui présenté un manteau rembourré, par-dessus une jupe et des chaussures à franges. Lors du défilé de diplomation des étudiants en mode de la Central Saint Martins (d’où sont sortis John Galliano, Alexander Mc Queen ou encore Stella Mc Cartney) Paula Canovas del Vas a quant à elle présenté des costumes théâtraux aux épaules montantes, en couleurs vives, tout en extravagance.

Photos de gauche à droite : Gareth Pugh automne 2018, Richard Malone automne 2018, ASAI automne 2018, Paula Canovas del Vas (Central Saint Martins) graduate collection.

À suivre : ASAI

L’incubateur de talents Fashion East a su faire preuve de flair depuis son lancement en 2000, repérant et aidant des designers comme J.W Anderson ou encore Craig Green à leurs débuts. Cette saison et pour la troisième fois, la plateforme a soutenu le designer anglo-chinois-vietnamien Asai Ta, dont le défilé était inspiré par l’idée de migration du Vietnam vers l’Europe, puis jusqu’aux États-Unis, comme le précisait la note explicative du show. Continuant de puiser dans ses racines asiatiques pour ses créations, après avoir présenté des écharpes à imprimé dragon la saison dernière, il dévoilait pour l’automne 2018 une collection complexe, où se mêlaient franges, entrelacements de tissus et asymétrie – tout en complétant certains looks avec des bijoux fait à partir de cuillères en argent, qui questionnaient les normes culturelles occidentales.

Photos : ASAI automne-hiver 2018-2019.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Comment les mythiques Blitz Kids ont réinventé la mode et la musique

En deux petites années, entre 1979 et 1980, du côté du quartier de Covent Garden à Londres, une soirée organisée tous les mardis soir au sein du minuscule Club Blitz a changé la face de Londres, de la mode, de la pop music, lancé la vague baroque et fière des Nouveaux Romantiques, et renvoyé définitivement l’uniforme des punks au rayon vintage. Retour vers le futur.

Neith Nyer reverse tous les bénéfices de sa nouvelle collection en faveur des trans noirs brésiliens

Fondé en 2015 par Francisco Terra, le label Neith Nyer fait son retour en grande pompe avec « Globe of Death ». Une collection inaugurant le projet « Neith Nyer Artisanal », né d’une collaboration entre le designer brésilien et une flopée de créatifs, dont la totalité des bénéfices sera reversée à Casa Chama, une association brésilienne qui lutte pour faire valoir les droits des personnes noires et transgenres.

Les algorithmes peuvent-ils prévoir la mode du futur ?

Avec le basculement vers le tout-digital, la data et les prédictions s’apprêtent à jouer un rôle décisif dans la relance des secteurs de la mode et du luxe. Comme dans chaque crise, les rapports de force évoluent et le recours aux algorithmes, bien qu’encore perçus comme opposés à la création, s’intensifie. D’abord pour rassurer, ensuite pour tenter de prévoir l’avenir.

Série mode : 2 Moncler 1952, Issue d’Antidote : DESIRE

Découvrez les pièces parmi les plus marquantes de l’été 2020 dans cette série mode inédite issue du nouveau numéro d’Antidote photographié par Ferry van der Nat, avec Chanel, Balenciaga, Versace, Lacoste, Ann Demeulemeester, Rombaut. Commandez dès maintenant Antidote : DESIRE sur notre eshop au prix de 15€.

Série mode : les looks de Richard Gallo reconstitués en exclusivité pour Antidote

Publiée dans le numéro printemps-été 2020 d’Antidote, cette fashion story dédiée à Richard Gallo mêle pièces d’archives issues de son vestiaire et looks reconstitués à partir de photographies, arborés par Tyrone Dylan.

Découvrez la sixième série mode de Ferry van der Nat issue d’Antidote : DESIRE

Découvrez les pièces parmi les plus marquantes de l’été 2020 dans cette série mode inédite issue du nouveau numéro d’Antidote photographié par Ferry van der Nat, avec Versace, Balenciaga, Louis Vuitton, Marine Serre, Christian Louboutin, Miu Miu ou encore Andreas Kronthaler for Vivienne Westwood. Commandez dès maintenant Antidote : DESIRE sur notre eshop au prix de 15€.

Fresh NewsMode

lire la suite

> voir tout

Fresh NewsMode

Rencontre avec Juan Alvear, le nail artist favori des popstars