Que réserve la nouvelle édition du festival de performance Do Disturb ?

Article publié le 7 avril 2018

Share :

Photo : Anne Tetzlaff

Plus de cinquante artistes présenteront une série de performances ce week-end au Palais de Tokyo, à Paris.

Cette quatrième édition du festival Do Disturb organisée par sa fondatrice, Vittoria Matarrese, investira à nouveau tout le Palais de Tokyo, pour y présenter des performances notamment placées sous le signe du féminisme et de la transdiciplinarité. Le chanteur queer Nils Bech y interprétera des morceaux de son dernier album, évoquant ses histoires d’amour, dans un décor signé par l’artiste Ida Ekblad, dont les sculptures représenteront ses ex. Dorota Gaweda et Egle Kulbokaite y liront des textes féministes pour réinventer le salon littéraire classique, tandis que Gabrielle Goliath reviendra sur les conditions de vie des femmes en Afrique du Sud lors de l’apartheid, période durant laquelle elles ont souvent été abusées voire violées.

Jamila Johnson-Small présentera quant à elle Fury1 (testtwo), où elle se mettra en scène pour devenir tour à tour un humain, un animal et une machine, interrogeant la perception du corps. Et le samedi 7 avril au soir, une soirée dancehall sera organisée par la chorégraphe Cecilia Bengolea, en collaboration avec le label londonien Vinyle Factory, le collectif jamaïcain Equiknoxx et le crew anglais The Heatwave, ainsi que la danseuse classique japonaise Erika Miyauchi. Le public sera d’ailleurs invité à rejoindre cette performance participative.

Le Palais de Tokyo présentera une soirée dédiée au dancehall, organisée par la chorégraphe Cecilia Bengolea.

Pour cette quatrième édition, des partenariats ont aussi été noués avec la A4 Arts Foundation d’Afrique du Sud, première collaboration du Do Disturb avec une association africaine, ainsi que Human Resources, un lieu associatif de Los Angeles géré par des artistes. Sans oublier le festival de performance Verbo, implanté à Sao Paulo.

Si la commissaire du Do Disturb, Vittoria Matarrese, jouit maintenant de la renommée internationale de son festival, il lui était pourtant difficile de convaincre les artistes de s’associer à son projet lors de sa naissance. En 2011, elle avait programmé trente heures de performances d’affilée, alors que les travaux de réaménagement du Palais de Tokyo prenaient fin, pour inviter à redécouvrir ses nouveaux espaces avant sa réouverture officielle. Les prémices du Do Disturb étaient nés, mais il a fallu attendre 2015 pour qu’elle obtienne le budget nécessaire pour lancer sa première édition. Aujourd’hui, ce festival est le seul de son genre en France, et s’est imposé comme un incontournable pour les aficionados de performances artistiques.

Le festival Do Disturb se tiendra jusqu’au 8 avril 2018 au Palais de Tokyo, 13 Avenue du Président Wilson, Paris 16.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Qui est Richard Gallo, pionnier de la performance artistique et sex symbol ?

Sex-symbol de l’underground new-yorkais dans les années 1970, le performeur Richard Gallo a fait de sa manière d’être une œuvre d’art à part entière. Au croisement de la mode, du bodybuilding et du théâtre, sa pratique subversive a transformé la rue en une scène expérimentale, où il exhibait sa musculature parfaite et son vestiaire licencieux mêlant esthétique camp, sado-masochisme et glamour hollywoodien.

Rencontre avec Juan Alvear, le nail artist favori des popstars

Il a réalisé des ongles pour Charli XCX, FKA Twigs, Lil Nas X, Arca, Kelsey Lu ou encore Kim Petras. Juan Alvear, alias @nailsbyjuan.nyc sur Instagram, repousse les limites du nail art et remet en cause les normes policées de la beauté en nous plongeant dans un univers de conte de fée sous acide. Rencontre.

Les algorithmes ont-ils mauvais goût ?

Canal de diffusion essentiel pour les artistes contemporains, le réseau social Instagram est en quelque sorte devenu la première galerie virtuelle internationale. S’affranchissant des intermédiaires traditionnels du marché tels que les commissaires d’expositions ou encore les critiques, l’art 2.0 y prospère. Mais n’est-ce pas au risque de sa propre banalisation ?

Tahar Rahim : « On est en train de foutre en l’air la Terre »

Tahar Rahim a débarqué, il y a dix ans, avec la force et l’évidence d’un uppercut. C’est la révélation d’Un Prophète de Jacques Audiard, qui fait sensation à Cannes en 2009, repartant avec le Grand Prix du Jury, et qui décroche, l’année suivante, neuf Césars dont deux pour son jeune acteur (meilleur acteur et meilleur espoir masculin), ce qui n’était jamais arrivé jusqu’alors. Depuis, Tahar Rahim a multiplié les collaborations, en France comme à l’international. Il est aujourd’hui à l’affiche de The Eddy de Damien Chazelle, une série musicale signée Netflix, sortie le 8 mai 2020, où il joue au côté de sa compagne Leïla Bekhti. Retour sur le parcours, les désirs et les rêves d’un comédien exceptionnel.

Rencontre avec l’artiste Will Benedict, dont l’œuvre reflète l’absurdité du monde contemporain

Il a réalisé une vidéo sur une livreuse Uber Eats dominatrice, un mockumentary (« documentaire parodique », en français) dans lequel des humains nus tombent du ciel, une campagne vidéo apocalyptique pour Balenciaga ou encore des émissions culinaires surnaturelles. Fasciné par l’absurdité humaine, l’artiste américain Will Benedict infiltre la médiasphère et décrypte les codes de l’infotainment avec son humour débridé. Rencontre.

Pourquoi le monde de l’art est-il fasciné par l’adolescence ?

Depuis 2016, la curatrice Julia Marchand explore la fascination pour l’adolescence qu’elle a décelée chez de nombreux artistes via son projet curatorial Extramentale, fondé à Arles. Dans cette interview, elle déroule le fil de sa réflexion sur les connivences toujours plus fortes entre art et teenagehood, alors même que le monde adulte retombe selon elle dans l’adolescence.

ArtCulture

lire la suite

> voir tout

ArtCulture

Découvrez la quatrième série mode de Ferry van der Nat issue d’Antidote : DESIRE