Art

Mémoire et Lumière : 50 ans de photographie japonaise à la MEP

Article publié le 30 juillet 2017

Share :

Photo : Nobuyoshi Araki, Voyage sentimental, 1971.

Trop souvent méconnue du public occidental, la photographie japonaise voit ses grands maîtres de la seconde moitié du XXe siècle réunis dans une exposition inédite à la Maison Européenne de la Photographie.

Au lendemain d’une Seconde Guerre Mondiale qui laissa le pays sur un champ de ruines, aussi littéral que figuratif, quelques années seulement après le choc nucléaire de 1945 et tout juste sorti de l’occupation américaine (qui dura jusqu’en 1951), le Japon panse ses plaies et entame sa reconstruction au sein du monde nouveau, entre conservatisme traditionnel et folie combustible qu’offrait la perspective d’une nouvelle société moderne. C’est dans ce contexte que la nouvelle garde de photographes japonais posent leur regard sur la société qui se dévoile sous leurs yeux et révèle alors leurs anxiétés et leurs douleurs aussi personnelles que générationnelles, plus qu’un témoignage social, ce sont les fêlures de leurs propres identités que cette génération va explorer caméra en main, l’intime devient alors leur matière première, et le Japon le décor de leurs odyssées respectives.

Naoya Hatakeyama, Blast #5707, 1998.

Célèbre pour son cliché d’une montre arrêtée à 11h02, heure symbolique de la catastrophe de Nagasaki, Shomei Tomatsu jongle sans distinction entre des sujets dramatiques et humoristiques, s’amuse à désacraliser la symbolique japonaise et oriente son travail autour du thème de la liberté. Hiroshi Yamazaki et Hiroshi Sugimoto déconstruisent notre vision de la nature pour un rendu subtil à la limite de l’abstraction. Mais c’est véritablement leur relation avec les femmes, ou plutôt leur absence, qui caractérise le mieux cette génération de maîtres de l’« ukiyo » photographique. Chez Miyako Ishiuchi, c’est sa défunte mère qui, pourtant absente, occupe tout l’espace par la grâce de ses reliques, vêtements, cheveux, objets. Seiichi Furuya lui documente avec obsession sa vie familiale avec son fils et sa femme Christine Gössler, atteinte de schizophrénie et qui finira par se défenestrer. Un sentiment similaire domine chez Masahisa Fukase qui consacra dix ans de sa vie à photographier avec amour sa compagne Yoko, avant de sombrer dans le sinistre à leur séparation pour ne laisser place qu’au chagrin incommensurable mis en images dans la série The Solitude of Ravens. Mais le maître incontesté du genre reste Nobuyoshi Araki, celui qui aura fait de sa vie une légende en appliquant la formule du « watakushi shosetsu » (le « roman du Je » en japonais). Son travail se lit comme un récit personnel où la pléthore de clichés pris, tout en reflétant la société japonaise, correspond à une éternelle confrontation de l’individu à la perte et à la possession amoureuse, lui qui restera profondément marqué par la disparition de sa femme. Les infinies déclinaisons du nu féminin deviennent alors sa signature.

Yasumasa Morimura, Daughter of Art History ( Theater B), 1990.

Au total, ce sont 21 photographes, 540 œuvres et 50 ans d’histoire – des années 1950 aux années 2000 – qui sont retracés en une seule et unique exposition rendue possible grâce au travail de la Maison Européenne de la Photographie en collaboration avec la société d’impression japonaise Dai Nippon Printing Co., Ltd. Dès 1992 et sous la houlette de son président Yoshitoshi Kitajima, la compagnie nippone rassemble pièce par pièce une impressionnante collection spécialement imaginée pour la MEP de Paris. Chaque année de 1994 à 2006, de nouvelles séries viennent garnir les archives de la MEP pour finalement constituer cette colossale collection qui donnera vie à l’exposition Mémoire et Lumière, à découvrir jusqu’au 27 août.

L’exposition Mémoire et lumière est à découvrir à la Maison Européenne de la Photographie, 5/7 Rue de Fourcye, Paris 4, jusqu’au 27 août.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Qui est Richard Gallo, pionnier de la performance artistique et sex symbol ?

Sex-symbol de l’underground new-yorkais dans les années 1970, le performeur Richard Gallo a fait de sa manière d’être une œuvre d’art à part entière. Au croisement de la mode, du bodybuilding et du théâtre, sa pratique subversive a transformé la rue en une scène expérimentale, où il exhibait sa musculature parfaite et son vestiaire licencieux mêlant esthétique camp, sado-masochisme et glamour hollywoodien.

Rencontre avec Juan Alvear, le nail artist favori des popstars

Il a réalisé des ongles pour Charli XCX, FKA Twigs, Lil Nas X, Arca, Kelsey Lu ou encore Kim Petras. Juan Alvear, alias @nailsbyjuan.nyc sur Instagram, repousse les limites du nail art et remet en cause les normes policées de la beauté en nous plongeant dans un univers de conte de fée sous acide. Rencontre.

Les algorithmes ont-ils mauvais goût ?

Canal de diffusion essentiel pour les artistes contemporains, le réseau social Instagram est en quelque sorte devenu la première galerie virtuelle internationale. S’affranchissant des intermédiaires traditionnels du marché tels que les commissaires d’expositions ou encore les critiques, l’art 2.0 y prospère. Mais n’est-ce pas au risque de sa propre banalisation ?

Tahar Rahim : « On est en train de foutre en l’air la Terre »

Tahar Rahim a débarqué, il y a dix ans, avec la force et l’évidence d’un uppercut. C’est la révélation d’Un Prophète de Jacques Audiard, qui fait sensation à Cannes en 2009, repartant avec le Grand Prix du Jury, et qui décroche, l’année suivante, neuf Césars dont deux pour son jeune acteur (meilleur acteur et meilleur espoir masculin), ce qui n’était jamais arrivé jusqu’alors. Depuis, Tahar Rahim a multiplié les collaborations, en France comme à l’international. Il est aujourd’hui à l’affiche de The Eddy de Damien Chazelle, une série musicale signée Netflix, sortie le 8 mai 2020, où il joue au côté de sa compagne Leïla Bekhti. Retour sur le parcours, les désirs et les rêves d’un comédien exceptionnel.

Rencontre avec l’artiste Will Benedict, dont l’œuvre reflète l’absurdité du monde contemporain

Il a réalisé une vidéo sur une livreuse Uber Eats dominatrice, un mockumentary (« documentaire parodique », en français) dans lequel des humains nus tombent du ciel, une campagne vidéo apocalyptique pour Balenciaga ou encore des émissions culinaires surnaturelles. Fasciné par l’absurdité humaine, l’artiste américain Will Benedict infiltre la médiasphère et décrypte les codes de l’infotainment avec son humour débridé. Rencontre.

Pourquoi le monde de l’art est-il fasciné par l’adolescence ?

Depuis 2016, la curatrice Julia Marchand explore la fascination pour l’adolescence qu’elle a décelée chez de nombreux artistes via son projet curatorial Extramentale, fondé à Arles. Dans cette interview, elle déroule le fil de sa réflexion sur les connivences toujours plus fortes entre art et teenagehood, alors même que le monde adulte retombe selon elle dans l’adolescence.

lire la suite

> voir tout

Art

Découvrez la quatrième série mode de Ferry van der Nat issue d’Antidote : DESIRE