L’œuvre avant-gardiste de Martin Margiela exposée au Palais Galliera

Article publié le 10 mars 2018

Share :

Il s’agit de la première rétrospective française dédiée au designer belge.

À travers 130 silhouettes, des installations et des vidéos des défilés, l’exposition « Margiela/Galliera 1989 – 2009 » revient sur les vingt années que Martin Margiela a passé au sein de sa maison, qui ont profondément marqué la mode contemporaine de par son approche conceptuelle et anti-conformiste. Progressant dans l’ordre chronologique, elle présente parmi ses créations les plus iconiques, dont les chaussures tabis, inspirées par les bottines portées par les ouvriers en construction et artisans japonais (qu’il découvre lors d’un voyage d’étude en compagnie des « Six d’Anvers »), ou encore ses manteaux en couette, ou en perruques.

Précurseur de l’upcycling, Margiela a conçu de nombreuses pièces à partir de matériaux inhabituels (bâches, plexi, sacs poubelles ou encore de chaussettes de l’armée américaine), et était aussi connu pour son style déconstructiviste : il n’hésitait pas à révéler les coutures de manière apparente, et à laisser transparaître le processus de fabrication de ses créations. Parmi ses autres signatures, on retrouvait notamment l’usage de tissus monochromes, souvent blanc, tout comme les étiquettes vierges accrochées à ses vêtements.

En opposition au bling des années 1980 et à la starification des designers, Martin Margiela préférait l’absence de logo et l’anonymat, n’accordant d’ailleurs aucune interview ni séance photo. L’enveloppant d’une aura de mystère, cette absence de la scène médiatique visait à concentrer les regards et l’attention sur ses créations : une démarche qui trouvait son prolongement lors des défilés, présentés sur des terrains vagues, dans les couloirs d’une station de métro abandonnée ou encore dans un parking, où le visage des mannequins castés dans la rue était souvent recouverts d’un masque, pour rediriger les regards sur les tenues.

La direction artistique de la rétrospective, aux airs de Work in Progress avec ses rideaux en bâches de chantier à l’entrée et ses indications scotchées sur les parois, a été assurée par Martin Margiela lui-même, qui a aussi collaboré avec le MAD (le nouveau nom du Musée des Arts Décoratifs) pour une exposition qui reviendra sur ses années passées chez Hermès, 1997 à 2003, et ouvrira le 22 mars prochain.

L’exposition « Margiela/Galliera, 1989-2009 » se tiendra jusqu’au 15 juillet 2018, au Palais Galliera, 10 avenue Pierre Ier de Serbie, Paris 16.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Comment les mythiques Blitz Kids ont réinventé la mode et la musique

En deux petites années, entre 1979 et 1980, du côté du quartier de Covent Garden à Londres, une soirée organisée tous les mardis soir au sein du minuscule Club Blitz a changé la face de Londres, de la mode, de la pop music, lancé la vague baroque et fière des Nouveaux Romantiques, et renvoyé définitivement l’uniforme des punks au rayon vintage. Retour vers le futur.

Neith Nyer reverse tous les bénéfices de sa nouvelle collection en faveur des trans noirs brésiliens

Fondé en 2015 par Francisco Terra, le label Neith Nyer fait son retour en grande pompe avec « Globe of Death ». Une collection inaugurant le projet « Neith Nyer Artisanal », né d’une collaboration entre le designer brésilien et une flopée de créatifs, dont la totalité des bénéfices sera reversée à Casa Chama, une association brésilienne qui lutte pour faire valoir les droits des personnes noires et transgenres.

Les algorithmes peuvent-ils prévoir la mode du futur ?

Avec le basculement vers le tout-digital, la data et les prédictions s’apprêtent à jouer un rôle décisif dans la relance des secteurs de la mode et du luxe. Comme dans chaque crise, les rapports de force évoluent et le recours aux algorithmes, bien qu’encore perçus comme opposés à la création, s’intensifie. D’abord pour rassurer, ensuite pour tenter de prévoir l’avenir.

Série mode : 2 Moncler 1952, Issue d’Antidote : DESIRE

Découvrez les pièces parmi les plus marquantes de l’été 2020 dans cette série mode inédite issue du nouveau numéro d’Antidote photographié par Ferry van der Nat, avec Chanel, Balenciaga, Versace, Lacoste, Ann Demeulemeester, Rombaut. Commandez dès maintenant Antidote : DESIRE sur notre eshop au prix de 15€.

Série mode : les looks de Richard Gallo reconstitués en exclusivité pour Antidote

Publiée dans le numéro printemps-été 2020 d’Antidote, cette fashion story dédiée à Richard Gallo mêle pièces d’archives issues de son vestiaire et looks reconstitués à partir de photographies, arborés par Tyrone Dylan.

Qui est Richard Gallo, pionnier de la performance artistique et sex symbol ?

Sex-symbol de l’underground new-yorkais dans les années 1970, le performeur Richard Gallo a fait de sa manière d’être une œuvre d’art à part entière. Au croisement de la mode, du bodybuilding et du théâtre, sa pratique subversive a transformé la rue en une scène expérimentale, où il exhibait sa musculature parfaite et son vestiaire licencieux mêlant esthétique camp, sado-masochisme et glamour hollywoodien.

lire la suite

> voir tout

Art

Jusqu’au 21 juin, le photographe Ilyes Griyeb vend ses clichés en ligne au profit du comité La Vérité pour Adama