Les peintures énigmatiques de François Bard exposées à Paris

Article publié le 12 octobre 2017

Art

Œuvre : Winners sur le Rocher (2016), François Bard

Après avoir collaboré avec Kris Van Assche, le directeur artistique de Dior Homme, l’artiste figuratif présente une partie de ses œuvres à la galerie Waltman.

Des cadrages centrés sur les torses, des personnages de dos, dans l’ombre, ou emmitouflés dans des sweats à capuche : chez François Bard, les visages sont souvent fuyants, invisibles et énigmatiques, comme pour mieux troubler le spectateur. Il confère ainsi une aura de mystère aux sujets pourtant communs de ses tableaux (des enfants, des hommes, des chiens…), composant ce qu’il décrit comme une « mythologie quotidienne ». Dans un court documentaire qui lui est dédié, il détaille : « Je suis dans un côté sacré de la peinture (…), son côté intemporel. C’est une réponse à la mort ».

Œuvres de François Bard. De gauche à droite : Decra, Retiens mon nom.

Ses œuvres sont mystérieuses et pourtant viscérales, sans doute parce que pour lui « la peinture est une drogue, c’est quelque chose d’extrêmement stimulant, on est dans le désir, dans la pulsion ». Inspiré par le cinéma, il représente des scènes dont on ressent la tension sans connaître le scénario : les intentions des personnages restent toujours floues, impénétrables. Plus tôt cette année, l’esthétique du peintre de 59 ans a d’ailleurs séduit Kris Van Assche, qui l’a invité à collaborer sur quelques pièces de la collection printemps-été 2018 de Dior Homme.

Œuvres de François Bard. De gauche à droite : Le complot, L’excursion.

L’exposition « Pendant que le loup n’y est pas » de François Bard se tiendra jusqu’au 2 novembre 2017 à la galerie Waltman, 74 rue Mazarine, Paris 6.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Qui est Richard Gallo, pionnier de la performance artistique et sex symbol ?

Sex-symbol de l’underground new-yorkais dans les années 1970, le performeur Richard Gallo a fait de sa manière d’être une œuvre d’art à part entière. Au croisement de la mode, du bodybuilding et du théâtre, sa pratique subversive a transformé la rue en une scène expérimentale, où il exhibait sa musculature parfaite et son vestiaire licencieux mêlant esthétique camp, sado-masochisme et glamour hollywoodien.

Tahar Rahim : « On est en train de foutre en l’air la Terre »

Tahar Rahim a débarqué, il y a dix ans, avec la force et l’évidence d’un uppercut. C’est la révélation d’Un Prophète de Jacques Audiard, qui fait sensation à Cannes en 2009, repartant avec le Grand Prix du Jury, et qui décroche, l’année suivante, neuf Césars dont deux pour son jeune acteur (meilleur acteur et meilleur espoir masculin), ce qui n’était jamais arrivé jusqu’alors. Depuis, Tahar Rahim a multiplié les collaborations, en France comme à l’international. Il est aujourd’hui à l’affiche de The Eddy de Damien Chazelle, une série musicale signée Netflix, sortie le 8 mai 2020, où il joue au côté de sa compagne Leïla Bekhti. Retour sur le parcours, les désirs et les rêves d’un comédien exceptionnel.

lire la suite

voir tout

Art

Comment le Moyen Âge est-il redevenu cool ?

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.