Les 4 artistes à ne pas rater à la Biennale des photographes du monde arabe

Article publié le 16 septembre 2017

Share :

Photo : Abdo Shanan
Texte : Maxime Retailleau

Leurs œuvres dépeignent le monde arabe contemporain à travers des regards neufs et novateurs. À découvrir jusqu’au 12 novembre.

Suite au succès de la première Biennale des photographes du monde arabe contemporain à Paris en 2015, une deuxième édition est organisée cette année à l’initiative de l’IMA et de la Maison Européenne de la Photographie. Voici quatre artistes à ne pas manquer.

Youcef Krache

Photo : Youcef Krache

Photographe autodidacte né en 1987, Youcef Krache est membre du collectif 220, qui rassemble 7 jeunes artistes algériens. La rue est son terrain de jeu favori, et inspire son œuvre constituée de clichés en noir et blanc spontanées et contrastées, qui évoquent parfois le travail de Daido Moriyama et lui a permis d’obtenir des prix à l’étranger. Ses projets se concentrent notamment sur des quartiers de banlieue, avec leurs tags, leurs barres d’immeubles décrépites et leur jeunesse désoeuvrée, dont il capture la poésie.

Youcef Krache est exposé à la Cité internationale des arts, 18 Rue de l’Hôtel de ville, à Paris.

Randa Mirza

Photo : Randa Mirza, issue de « parallel universes »

L’oeuvre de l’artiste libanaise Randa Mirza est inspirée par Beyrouth et l’histoire de son pays. Sa série « parallel universes » manipule des images prises pendant la guerre civile qu’il traverse de 1975 à 1990, ou lors du conflit avec Israël en 2006, auxquelles elle intègre avec ironie des personnages flâneurs aux allures de touristes. Mirza prend aussi des photos elle-même, pour immortaliser des pièces délabrées et abandonnées, ou encore des plongeurs amateurs réunis au site naturel de « La Grotte aux Pigeons ». Elle dresse ainsi un portrait bigarré de la capitale du Liban, partagée entre les cicatrices laissées par les guerres et l’insouciance de sa jeunesse.

Randa Mirza est exposée à la galerie Thierry Marlat, 2 Rue de Jarente, à Paris.

Farida Hamak

Photo : Farida Hamak

Ancienne reporter de guerre au Liban pour l’agence Viva, la Lyonnaise d’origine algérienne Farida Hamak travaille maintenant à son compte, en parallèle de son travail de codirigeante de la galerie « Regard Sud ». Elle est retournée dans son pays natal pour son projet minimaliste et onirique « Sur les traces », dont une partie est exposée à la Biennale : une série composée de portraits de femmes tendres et lumineux, et de photos d’individus entièrement recouverts de vêtements blancs, aux airs surréalistes.

Farida Hamak est exposée à la Maison Européenne de la Photographie, 5 Rue de Fourcy, à Paris.

Abdo Shanan

Photo : Abdo Shanan

Né à Oran en Algérie, Abdo Shanan a ensuite étudié en Libye avant de revenir dans son pays natal, où il a maintenant le sentiment d’être un étranger. « Aujourd’hui, les codes sociaux ont changé. Si je veux m’intégrer dans cette société, je dois changer. Mais, je ne veux pas, je veux protéger celui que je suis. Alors, je me trouve comme dans un exil émotionnel, intérieur, et j’utilise la photographie pour l’exprimer. » Sa série « Diary : Exile » explore cette thématique avec des photographies en noir et blanc, où l’appareil semble toujours en décalage avec ses sujets, qui lui tournent le dos, sortent du cadre ou semblent l’ignorer. Abdo Shanan a également cofondé le collectif 220 avec Youcef Krache.

Abdo Shenan est exposé à la Cité internationale des arts, 18 Rue de l’Hôtel de ville, à Paris. La deuxième Biennale des photographes du monde arabe contemporain se tiendra jusqu’au 12 novembre 2017 à l’IMA, la MEP, la Cité internationale des arts, la Mairie du 4e, la Galerie Thierry Marlat, la Galerie Photo12, la Galerie Clémentine de la Féronnière et la Galerie Binome. Fermeture des expositions de la Biennale à la MEP le 29 octobre et à la Cité internationale des arts le 4 novembre 2017.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Qui est Richard Gallo, pionnier de la performance artistique et sex symbol ?

Sex-symbol de l’underground new-yorkais dans les années 1970, le performeur Richard Gallo a fait de sa manière d’être une œuvre d’art à part entière. Au croisement de la mode, du bodybuilding et du théâtre, sa pratique subversive a transformé la rue en une scène expérimentale, où il exhibait sa musculature parfaite et son vestiaire licencieux mêlant esthétique camp, sado-masochisme et glamour hollywoodien.

Rencontre avec Juan Alvear, le nail artist favori des popstars

Il a réalisé des ongles pour Charli XCX, FKA Twigs, Lil Nas X, Arca, Kelsey Lu ou encore Kim Petras. Juan Alvear, alias @nailsbyjuan.nyc sur Instagram, repousse les limites du nail art et remet en cause les normes policées de la beauté en nous plongeant dans un univers de conte de fée sous acide. Rencontre.

Les algorithmes ont-ils mauvais goût ?

Canal de diffusion essentiel pour les artistes contemporains, le réseau social Instagram est en quelque sorte devenu la première galerie virtuelle internationale. S’affranchissant des intermédiaires traditionnels du marché tels que les commissaires d’expositions ou encore les critiques, l’art 2.0 y prospère. Mais n’est-ce pas au risque de sa propre banalisation ?

Tahar Rahim : « On est en train de foutre en l’air la Terre »

Tahar Rahim a débarqué, il y a dix ans, avec la force et l’évidence d’un uppercut. C’est la révélation d’Un Prophète de Jacques Audiard, qui fait sensation à Cannes en 2009, repartant avec le Grand Prix du Jury, et qui décroche, l’année suivante, neuf Césars dont deux pour son jeune acteur (meilleur acteur et meilleur espoir masculin), ce qui n’était jamais arrivé jusqu’alors. Depuis, Tahar Rahim a multiplié les collaborations, en France comme à l’international. Il est aujourd’hui à l’affiche de The Eddy de Damien Chazelle, une série musicale signée Netflix, sortie le 8 mai 2020, où il joue au côté de sa compagne Leïla Bekhti. Retour sur le parcours, les désirs et les rêves d’un comédien exceptionnel.

Rencontre avec l’artiste Will Benedict, dont l’œuvre reflète l’absurdité du monde contemporain

Il a réalisé une vidéo sur une livreuse Uber Eats dominatrice, un mockumentary (« documentaire parodique », en français) dans lequel des humains nus tombent du ciel, une campagne vidéo apocalyptique pour Balenciaga ou encore des émissions culinaires surnaturelles. Fasciné par l’absurdité humaine, l’artiste américain Will Benedict infiltre la médiasphère et décrypte les codes de l’infotainment avec son humour débridé. Rencontre.

Pourquoi le monde de l’art est-il fasciné par l’adolescence ?

Depuis 2016, la curatrice Julia Marchand explore la fascination pour l’adolescence qu’elle a décelée chez de nombreux artistes via son projet curatorial Extramentale, fondé à Arles. Dans cette interview, elle déroule le fil de sa réflexion sur les connivences toujours plus fortes entre art et teenagehood, alors même que le monde adulte retombe selon elle dans l’adolescence.

ArtCulture

lire la suite

> voir tout

ArtCulture

Découvrez la quatrième série mode de Ferry van der Nat issue d’Antidote : DESIRE