Le photographe Irving Penn exposé au Grand Palais

Article publié le 13 octobre 2017

Photo : Irving Penn
Texte : Maxime Retailleau

Considéré comme l’un des plus grands maîtres de la photographie de studio, Irving Penn se voit consacrer une rétrospective à Paris exposant 238 de ses tirages.

Après avoir été présentée au Met de New York, l’exposition Irving Penn déménage au Grand Palais où elle revient de manière chronologique et thématique sur les 70 ans de carrière de l’artiste, présentant ses plus célèbres photos et certains de ses dessins. L’occasion de redécouvrir le style signature de l’artiste, qui aurait eu cent ans cette année : des clichés en noir et blanc, dépouillées, pris sur fond neutre pour mieux faire ressortir ses sujets (portraits, séries mode, nus, natures mortes…).

Son esthétique sculpturale a séduit le magazine Vogue, dont il est resté le fidèle collaborateur pendant près de soixante ans. Pour le mensuel de Condé Nast et d’autres célèbres publications, Irving Penn a photographié les plus grandes personnalités de son époque : Picasso, Jean Cocteau, Salvador Dalí, Alfred Hitchcock, Le Corbusier, Francis Bacon ou encore Marlene Dietrich, pour ne nommer qu’eux. Fils d’un horloger et réparateur de montre, l’artiste était obsédé par les détails et faisait preuve d’une patience méticuleuse dans son studio pour mieux modeler les formes, jouer sur la lumière et faire ressortir les matières.

L’exposition présente également des photographies de sa femme et muse, la mannequin Lisa Fonssagrives-Penn, vêtue de modèles haute-couture, ainsi que sa série sur les « Petits Métiers ». Autant de tirages ayant marqués l’histoire de la photographie, tout comme ceux qu’il a réalisés à Cuzco au Pérou, où il avait séjourné en 1948, y capturant les passants dans le studio d’un photographe local.

Exposition « Irving Penn » jusqu’au 29 janvier 2018 au Grand Palais, 3 Avenue du Général Eisenhower, Paris 8

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Femmes politiques aux États-Unis : les nouveaux habits du pouvoir

Kamala Harris mais aussi Alexandria Ocasio-Cortez et les autres membres du Squad dont elle fait partie, rejointes par de nouvelles élues au Congrès, incarnent une nouvelle idée du soft power vestimentaire. Symboles d’une classe politique recomposée, qui n’a jamais autant compté de femmes afro-américaines et hispaniques dans ses rangs, elles prennent le contrôle sur leur apparence, dictant leurs propres critères de respectabilité et d’empowerment – tout en se distinguant de l’establishment, encore largement dominé par la culture masculine.

lire la suite

voir tout

Mode

Se sentant « sous-estimée » par son label, Teyana Taylor a annoncé se retirer de l’industrie musicale

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.