Art

La photographie française existe-t-elle ?

Article publié le 24 mars 2018

Share :

Photo : Bettina Rheims, Martine, Londres, 1989, Série « Modern Lovers »

C’est à travers une exposition personnelle et volontairement incomplète de clichés de Bettina Rheims, Raymond Depardon ou Pierre et Gilles que Jean-Luc Monterosso, directeur de la Maison Européenne de la Photographie sur le départ, répond à cette question polémique.

« Paris est la ville au monde où il y a le plus d’expos photos », dit-il avec fierté dans un entretien accordé au Parisien. Plus de vingt ans après avoir fondé la Maison Européenne de la Photographie et contribué à faire rayonner la discipline dans la capitale, Jean-Luc Monterosso laisse la direction de l’établissement du Marais parisien à Simon Baker, débauché de la Tate Modern.

Photo : Pierre et Gilles, Naufragé – Ludovic, 1985

Avant son départ, il signe une ultime exposition subjective et obsessionnelle. Cette sélection de clichés est peut-être son argument le plus probant en réponse à la phrase de John Szarkowski, illustre conservateur pour la photographie au MoMA qui lui assurait comme une évidence à propos de la photographie française contemporaine au début des années 1980 : « it doesn’t exist ».

Photos : Denis Darzacq, Maloyn Chatelin, Acte 31, Brest, Finistère, 2011

« La photographie française existe… Je l’ai rencontrée » rassemble jusqu’au 20 mai les œuvres cinquantaine de photographes. Plus ou moins marquantes dans l’histoire de la photographie, elles l’ont été dans le parcours de Jean-Luc Monterosso qui ne se cache pas ici de dresser un recueil « lié à une histoire personnelle, avec des oublis, des absences, mais aussi des partis pris et des convictions ».

Photo : Denis Darzacq, Maloyn Chatelin, Acte 31, Brest, Finistère, 2011

On y trouve sans surprise des images du duo Pierre et Gilles, un extrait des reportages de Libération commandés à Raymond Depardon, des clichés récents de l’artiste ORLAN, la présence de JR, et un panel de photographes à qui la Maison Européenne avait respectivement dédié son espace au cours des 20 dernières années. Le parcours célèbre et rappelle aussi l’avant-gardisme de Bettina Rheims qui ouvrait dès la fin des années 1980 avec sa série « Modern Lovers » le débat sur le genre. On y découvre des travaux moins connus mais tout aussi politiques de Denis Darzacq dont la série « Acte » est dédiée au mouvement du corps handicapé, ou encore de Raphaël Dallaporta et ses clichés de mines à l’allure de cabinet de curiosités.

Jean-Luc Monterosso signe : « Oui, la photographie française existe, j’ai eu la chance de la rencontrer et même, parfois, le bonheur de l’accompagner. ».

L’exposition « La photographie française existe… Je l’ai rencontrée » se tiendra jusqu’au 25 mai 2018 à la Maison Européenne de la photographie, 5/7 rue de Fourcy, Paris.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Qui est Richard Gallo, pionnier de la performance artistique et sex symbol ?

Sex-symbol de l’underground new-yorkais dans les années 1970, le performeur Richard Gallo a fait de sa manière d’être une œuvre d’art à part entière. Au croisement de la mode, du bodybuilding et du théâtre, sa pratique subversive a transformé la rue en une scène expérimentale, où il exhibait sa musculature parfaite et son vestiaire licencieux mêlant esthétique camp, sado-masochisme et glamour hollywoodien.

Rencontre avec Juan Alvear, le nail artist favori des popstars

Il a réalisé des ongles pour Charli XCX, FKA Twigs, Lil Nas X, Arca, Kelsey Lu ou encore Kim Petras. Juan Alvear, alias @nailsbyjuan.nyc sur Instagram, repousse les limites du nail art et remet en cause les normes policées de la beauté en nous plongeant dans un univers de conte de fée sous acide. Rencontre.

Les algorithmes ont-ils mauvais goût ?

Canal de diffusion essentiel pour les artistes contemporains, le réseau social Instagram est en quelque sorte devenu la première galerie virtuelle internationale. S’affranchissant des intermédiaires traditionnels du marché tels que les commissaires d’expositions ou encore les critiques, l’art 2.0 y prospère. Mais n’est-ce pas au risque de sa propre banalisation ?

Tahar Rahim : « On est en train de foutre en l’air la Terre »

Tahar Rahim a débarqué, il y a dix ans, avec la force et l’évidence d’un uppercut. C’est la révélation d’Un Prophète de Jacques Audiard, qui fait sensation à Cannes en 2009, repartant avec le Grand Prix du Jury, et qui décroche, l’année suivante, neuf Césars dont deux pour son jeune acteur (meilleur acteur et meilleur espoir masculin), ce qui n’était jamais arrivé jusqu’alors. Depuis, Tahar Rahim a multiplié les collaborations, en France comme à l’international. Il est aujourd’hui à l’affiche de The Eddy de Damien Chazelle, une série musicale signée Netflix, sortie le 8 mai 2020, où il joue au côté de sa compagne Leïla Bekhti. Retour sur le parcours, les désirs et les rêves d’un comédien exceptionnel.

Rencontre avec l’artiste Will Benedict, dont l’œuvre reflète l’absurdité du monde contemporain

Il a réalisé une vidéo sur une livreuse Uber Eats dominatrice, un mockumentary (« documentaire parodique », en français) dans lequel des humains nus tombent du ciel, une campagne vidéo apocalyptique pour Balenciaga ou encore des émissions culinaires surnaturelles. Fasciné par l’absurdité humaine, l’artiste américain Will Benedict infiltre la médiasphère et décrypte les codes de l’infotainment avec son humour débridé. Rencontre.

Pourquoi le monde de l’art est-il fasciné par l’adolescence ?

Depuis 2016, la curatrice Julia Marchand explore la fascination pour l’adolescence qu’elle a décelée chez de nombreux artistes via son projet curatorial Extramentale, fondé à Arles. Dans cette interview, elle déroule le fil de sa réflexion sur les connivences toujours plus fortes entre art et teenagehood, alors même que le monde adulte retombe selon elle dans l’adolescence.

lire la suite

> voir tout

Art

Découvrez la quatrième série mode de Ferry van der Nat issue d’Antidote : DESIRE