L’interview de Leïla Slimani : « Mon arme, c’est la plume »

Article publié le 12 janvier 2017

Photo : Leïla Slimani
Podcast : Épisode 4 de La Poudre par Lauren Bastide produit par Nouvelles Écoutes

Pour le 4e épisode de son podcast féministe La Poudre, la journaliste Lauren Bastide a rencontré Leïla Slimani, prix Goncourt 2016. L’écrivaine franco-marocaine raconte lors de cet entretien inédit en quoi la littérature est un espace de liberté absolue, comment elle est devenue femme et pourquoi les bobos sont essentiels à la société.

Entre la publication de son second roman Chanson Douce mi-août et cette rentrée 2017, le destin littéraire de Leïla Slimani a pris un tournant décisif et extraordinaire avec sa victoire du prix Goncourt 2016 à la fin de l’année dernière.

À 35 ans, cette ancienne journaliste, née dans un Maroc autoritaire au sein d’une famille progressiste et passée par l’hebdomadaire panafricain Jeune Afrique – après des études de Sciences Politiques, s’est lancée en 2012 dans l’écriture de son premier ouvrage Dans le jardin de l’ogre. Déjà salué par la critique, ce roman au sujet polémique – l’addiction sexuelle féminine – signe et conforte la reconversion professionnelle de Leïla Slimani. Chanson Douce publié deux ans plus tard aux éditions Gallimard raconte, lui, l’histoire d’un infanticide.

« Quand j’écris, je ne pense pas à la transgression. La transgression, je m’en rends compte après par lecture que les gens en font. […] Au moment où je me mets à ma table de travail, déjà toutes les limites sont tombées. […] La littérature, c’est un espace d’absolu liberté », explique l’écrivaine franco-marocaine à la journaliste Lauren Bastide qui la reçoit en ce début d’année.

Leïla Slimani se confie dans un entretien de près d’une heure à la journaliste Lauren Bastide au micro de son podcast féministe La Poudre.

Après Rebecca Zlotowski, réalisatrice de Grand Central, la chanteuse Inna Modja et dernièrement la blogueuse Garance Doré, l’ex-rédactrice du féminin Elle s’est assise avec Leïla Slimani autour du micro de La Poudre. Voici le nom du podcast féministe bimensuel qu’elle décrit depuis son lancement en novembre tel « une conversation intime, profonde avec des femmes artistes, activistes, politiques, de toute génération et de toute opinion ».

Dans ce quatrième épisode de La Poudre, l’écrivaine dont le dernier roman caracole en tête des meilleures ventes de livre raconte sans fard son enfance au Maroc, en quoi la littérature représente pour elle un espace de liberté absolue et explique pourquoi les bobos sont essentiels à la société.

Retrouvez l’ensemble des épisodes de La Poudre sur iTunes et sur le soundcloud de Nouvelles Écoutes.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

STEP’N ou comment gagner de l’argent en marchant

STEP’N est un crypto-game « move to earn » qui garantit un revenu quotidien à ses utilisateur·rice·s quand ils·elles marchent ou courent. Le projet est encore en phase bêta, mais il a déjà connu un engouement important dans la cryptosphère. Prémices d’une nouvelle économie qui permet de créer des jobs-loisirs ou modèle dystopique voué à disparaître ?

Lire la suite

Oulaya Amamra : « On chuchote beaucoup, et on ne hurle pas assez »

L’affiche de deux films à la rentrée (Fumer fait tousser, de Quentin Dupieux, et Citoyen d’honneur, de Mohamed Hamidi), dans des registres extrêmement différents qui révèlent toute l’étendue de sa polyvalence, Oulaya Amamra a achevé sa mue et s’impose comme l’une des actrices françaises phares de sa génération.

Lire la suite

Oulaya Amamra : « We whisper a lot, and we don’t yell enough. »

Starring in two films this fall (Smoking Causes Coughing by Quentin Dupieux, and Citoyen d’honneur by Mohamed Hamidi), in extremely different registers that reveal the full extent of her talent, Oulaya Amamra has completed her moult and established herself as one of the leading French actresses of her generation.

Lire la suite

Pourquoi le concept de « décroissance » est-il tabou ?

Alors que, sur fond de crise climatique et énergétique majeure, les décideur·se·s de tous bords nous encouragent à faire preuve de sobriété dans nos modes de consommation, un tabou demeure : celui d’une éventuelle décroissance. Dans un système dont croître est la raison d’être, comment s’autoriser à changer de paradigme ? Petit tour d’horizon de celles et ceux qui ont posé les jalons de ce courant de pensée et de leurs arguments.

Lire la suite

Why is the concept of « degrowth » taboo?

Against the backdrop of a major climate and energy crisis, decision-makers of all stripes are encouraging us to be tempered in our consumption patterns, yet one taboo remains: a potential degrowth. In a system in which growth has been the raison d’être, how we can enable ourselves to change the paradigm? A brief overview of those who have laid the groundwork for this line of thought and their arguments.

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.