« Je suis couturier » : une exposition parisienne rend hommage à Alaïa

Article publié le 23 février 2018

Share :

L’exposition présentée par Olivier Saillard rassemble 41 pièces sculpturales du designer Franco-Tunisien, décédé l’an dernier.

Azzedine Alaïa se plaisait à répéter « Je ne suis pas un designer ni un styliste, je suis un couturier » : d’où le nom de l’exposition parisienne qui lui rend hommage, et réunit 41 de ses robes directement taillées sur les mannequins au sein de son ancien atelier au 18 rue de la Verrerie, dans le Marais. Parmi elles, on retrouve un modèle de robe à capuche blanche portée par Grace Jones, une autre rouge vif arborée par Rihanna, ou encore celle enfilée par Naomi Campbell lors du dernier défilé haute couture d’Alaïa, en juillet dernier.

Ces créations ont été sélectionnées et mises en scène par Olivier Saillard, l’ancien directeur du Palais Galiera, qui y avait déjà organisé une grande rétrospective revenant sur l’œuvre du couturier, en 2013. L’exposition « Je suis un couturier » a quant à elle été organisée par Christoph von Weyhe, l’ancien partenaire du créateur, et son amie Carla Sozzani, tous deux à la tête de l’association Azzedine Alaïa dont la mission est de préserver ses créations.

Vouée à muer en fondation, elle attribuera des bourses à de jeunes couturiers, et ouvrira le 18 rue de la Verrerie aux chercheurs, ainsi qu’au public lors d’expositions sur l’histoire de la mode. Celles-ci puiseront dans l’impressionnante collection d’Alaïa, encore jamais dévoilée, qui regroupe « des milliers de pièces » selon Olivier Saillard. Durant 50 ans, il a en effet acquis des créations de Vionnet, Balenciaga, Margiela, Thierry Mugler, Rei Kawabuko, Jean-Paul Gaultier, Nicolas Ghesquière ou encore Junya Watanabe. « C’est à l’échelle d’un musée de mode, constate Olivier Saillard. Je ne connais pas d’autre créateur qui se soit passionné pour l’histoire de la mode comme cela. »

Une nouvelle exposition sur Alaïa ouvrira aussi au Design Museum de Londres en mai prochain. Une soixantaine de créations du couturier, ayant été choisies par ses soins, y seront présentées.

L’exposition Azzedine Alaïa « Je suis couturier » se tiendra jusqu’au 10 juin 2018, au 18 rue de la Verrerie, Paris 4.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Comment les mythiques Blitz Kids ont réinventé la mode et la musique

En deux petites années, entre 1979 et 1980, du côté du quartier de Covent Garden à Londres, une soirée organisée tous les mardis soir au sein du minuscule Club Blitz a changé la face de Londres, de la mode, de la pop music, lancé la vague baroque et fière des Nouveaux Romantiques, et renvoyé définitivement l’uniforme des punks au rayon vintage. Retour vers le futur.

Neith Nyer reverse tous les bénéfices de sa nouvelle collection en faveur des trans noirs brésiliens

Fondé en 2015 par Francisco Terra, le label Neith Nyer fait son retour en grande pompe avec « Globe of Death ». Une collection inaugurant le projet « Neith Nyer Artisanal », né d’une collaboration entre le designer brésilien et une flopée de créatifs, dont la totalité des bénéfices sera reversée à Casa Chama, une association brésilienne qui lutte pour faire valoir les droits des personnes noires et transgenres.

Les algorithmes peuvent-ils prévoir la mode du futur ?

Avec le basculement vers le tout-digital, la data et les prédictions s’apprêtent à jouer un rôle décisif dans la relance des secteurs de la mode et du luxe. Comme dans chaque crise, les rapports de force évoluent et le recours aux algorithmes, bien qu’encore perçus comme opposés à la création, s’intensifie. D’abord pour rassurer, ensuite pour tenter de prévoir l’avenir.

Série mode : 2 Moncler 1952, Issue d’Antidote : DESIRE

Découvrez les pièces parmi les plus marquantes de l’été 2020 dans cette série mode inédite issue du nouveau numéro d’Antidote photographié par Ferry van der Nat, avec Chanel, Balenciaga, Versace, Lacoste, Ann Demeulemeester, Rombaut. Commandez dès maintenant Antidote : DESIRE sur notre eshop au prix de 15€.

Série mode : les looks de Richard Gallo reconstitués en exclusivité pour Antidote

Publiée dans le numéro printemps-été 2020 d’Antidote, cette fashion story dédiée à Richard Gallo mêle pièces d’archives issues de son vestiaire et looks reconstitués à partir de photographies, arborés par Tyrone Dylan.

Qui est Richard Gallo, pionnier de la performance artistique et sex symbol ?

Sex-symbol de l’underground new-yorkais dans les années 1970, le performeur Richard Gallo a fait de sa manière d’être une œuvre d’art à part entière. Au croisement de la mode, du bodybuilding et du théâtre, sa pratique subversive a transformé la rue en une scène expérimentale, où il exhibait sa musculature parfaite et son vestiaire licencieux mêlant esthétique camp, sado-masochisme et glamour hollywoodien.

lire la suite

> voir tout

Art

Jusqu’au 21 juin, le photographe Ilyes Griyeb vend ses clichés en ligne au profit du comité La Vérité pour Adama