« Je suis couturier » : une exposition parisienne rend hommage à Alaïa

Article publié le 23 février 2018

L’exposition présentée par Olivier Saillard rassemble 41 pièces sculpturales du designer Franco-Tunisien, décédé l’an dernier.

Azzedine Alaïa se plaisait à répéter « Je ne suis pas un designer ni un styliste, je suis un couturier » : d’où le nom de l’exposition parisienne qui lui rend hommage, et réunit 41 de ses robes directement taillées sur les mannequins au sein de son ancien atelier au 18 rue de la Verrerie, dans le Marais. Parmi elles, on retrouve un modèle de robe à capuche blanche portée par Grace Jones, une autre rouge vif arborée par Rihanna, ou encore celle enfilée par Naomi Campbell lors du dernier défilé haute couture d’Alaïa, en juillet dernier.

Ces créations ont été sélectionnées et mises en scène par Olivier Saillard, l’ancien directeur du Palais Galiera, qui y avait déjà organisé une grande rétrospective revenant sur l’œuvre du couturier, en 2013. L’exposition « Je suis un couturier » a quant à elle été organisée par Christoph von Weyhe, l’ancien partenaire du créateur, et son amie Carla Sozzani, tous deux à la tête de l’association Azzedine Alaïa dont la mission est de préserver ses créations.

Vouée à muer en fondation, elle attribuera des bourses à de jeunes couturiers, et ouvrira le 18 rue de la Verrerie aux chercheurs, ainsi qu’au public lors d’expositions sur l’histoire de la mode. Celles-ci puiseront dans l’impressionnante collection d’Alaïa, encore jamais dévoilée, qui regroupe « des milliers de pièces » selon Olivier Saillard. Durant 50 ans, il a en effet acquis des créations de Vionnet, Balenciaga, Margiela, Thierry Mugler, Rei Kawabuko, Jean-Paul Gaultier, Nicolas Ghesquière ou encore Junya Watanabe. « C’est à l’échelle d’un musée de mode, constate Olivier Saillard. Je ne connais pas d’autre créateur qui se soit passionné pour l’histoire de la mode comme cela. »

Une nouvelle exposition sur Alaïa ouvrira aussi au Design Museum de Londres en mai prochain. Une soixantaine de créations du couturier, ayant été choisies par ses soins, y seront présentées.

L’exposition Azzedine Alaïa « Je suis couturier » se tiendra jusqu’au 10 juin 2018, au 18 rue de la Verrerie, Paris 4.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Pourquoi il ne fallait pas manquer l’événement spectaculaire célébrant les 70 ans de Moncler ?

Afin de célébrer son jubilé de platine, la maison Moncler, dont la doudoune est devenue une pièce emblématique du vestiaire contemporain, organisait une performance monumentale sur la Piazza del Duomo de Milan, samedi 24 septembre, à 21h. Retour sur un événement hors du commun lors duquel 1952 performeur·se·s – en écho à la date de naissance de la marque – ont donné vie à un spectacle nocturne à couper le souffle, inaugurant un programme d’événements internationaux s’étalant sur 70 jours.

Lire la suite

Pourquoi il ne fallait pas rater le grand retour de Puma à la Fashion Week de New York ?

L’équipementier sportif allemand Puma faisait son grand retour dans le calendrier de la Fashion Week de New York avec son défilé « FUTROGRADE », ce mardi 13 septembre. Couplé à une expérience digitale immersive sur la plateforme « Black Station » de la marque, l’événement réaffirmait son identité mode à travers plusieurs collaborations, de Palomo Spain à Dapper Dan en passant par Koché ou encore P.A.M. (Perks and Mini).

Lire la suite

Découvrez la nouvelle collection « Night Walker » d’Antidote Studio, pour l’automne-hiver 2022/2023

Antidote présente en see-now buy-now sa nouvelle collection Studio, comme toujours genderfree et 100% vegan. Rendez-vous dès à présent sur notre e-shop pour la pré-commander.

Lire la suite

Peut-on porter des claquettes ou des tongs en ville ?

Pièces incontournables des vacances à la mer, tongs et claquettes s’immiscent aussi de plus en plus sur le bitume, à l’instar de la nouvelle paire de slides d’Havaianas, ou encore de son modèle Tradi Zori, inspiré de la culture vestimentaire japonaise.

Lire la suite

Pourquoi il ne fallait pas rater le dernier défilé Haute Couture de la maison Valentino

Pierpaolo Piccioli a présenté sa nouvelle collection de Haute Couture pour la maison romaine lors d’un défilé sur la place d’Espagne, à Rome, le vendredi 8 juillet. Pensée comme un dialogue avec Valentino Garavani, la collection-fleuve baptisée « The Beginning » faisait office de trait d’union entre le passé et le présent de la maison dans sa ville de naissance. 

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.