L’interview d’ORLAN : « Le Botox est tout aussi bien que se teindre les cheveux »

Article publié le 21 avril 2017

Share :

Photo : courtesy of ORLAN
Texte : Alice Pfeiffer

Pendant trois soirs, l’artiste contemporaine aussi féministe que provocatrice ORLAN imagine une œuvre vivante qui croise les genres, les formes et les mondes.

Certains la connaissent pour ses performances-opérations chirurgicales interrogeant le rôle de l’artiste, d’autres pour ses cheveux bicolores, mais ce ne sont que des détails face à l’immensité de l’œuvre artistique de Mireille Suzanne Francette Porte dite ORLAN.

Au fil des décennies, la native de Saint-Etienne crée un œuvre protéiforme dont elle est à la fois objet et sujet, celle qui dissèque et celle qui est disséquée. En travestissant et modifiant son apparence, elle ne cesse de montrer pour mieux dénoncer : le statut du corps de la femme, les complexités changeantes du l’intimité, du désir, du narcissisme de la société moderne, sa pensée punk et politisée habite chacune de ses créations.

Cette réflexion hybride et tentaculaire, elle l’importe au Salò du 20 au 22 avril. Pendant trois nuits, elle déploie une œuvre d’art multimédia et vivante, charnelle, sensuelle, et profondément critique. Et explore ainsi le potentiel de la nuit et du club comme acte créatif. Antidote, partenaire du club, l’a rencontré pour parler Botox, selfies et culture queer (et cuir).

Photo : Corps-Sculpture par ORLAN, 1965

Antidote : La DJette féministe Piu Piu aux platines, le collectif lesbien les Kidnapping en clubbing… Votre choix musical semble indiquer une volonté de message féministe, qu’en est-il vraiment ?
ORLAN : Nous avons surtout les Chicks on Speed avec lesquelles je vais faire une performance, et je pense que les textes des chansons que j’ai écrites vont répondre à votre question.
Et nous avons aussi Madmoizel qui est très cuir, et Circé Deslandes qui va être la seule femme qui va parler de la bite et la chanter. Et nous aurons tous sur nos visages mon sexe ouvert. Ce sera tout feu tout femme, des vraies, des fausses, des presque, des entre-deux, des alters, des néos, des Chicks, des speed, des Madmoizel, des post-women, des hurlantes, des susurrantes, des femmes chantant « Ta Bite », des autres chantant « Ma Vulve et Ta Vulve », toujours riantes, musicales, performantes et sexes, pour une soirée orlanesque, déréglée et inoubliable !

Vous avez beaucoup travaillé autour du corps, de l’apparence, des modifications : que ressentez-vous face aux selfies, aux filtres et à la retouche ?
Moi qui essaye de retoucher le vivant, qui fais un art charnel, et qui ai fait des opérations chirurgicales pour enlever le masque de l’inné, et qui se réinvente, se ré-imagine, et pour les autoportraits loin des standards et des stéréotypes que l’on nous propose, je suis très intéressée par les selfies, les filtres, la retouche et les manipulations. Reste à savoir dans quelle direction elles vont et si elles sont rebelles ou soumises, et si elles subissent la loi de l’idéologie dominante de l’instant.

En 1993, ORLAN présentait Omniprésence, une vidéo de sa septième intervention chirurgicale.

Et que pensez vous de la place grandissante et vulgarisée du Botox ?
Le Botox est tout aussi bien que se teindre les cheveux, ou se mettre du vernis à ongle, ou s’acheter les crèmes les plus chères en croyant bêtement que ça va être efficace. Mais bien sûr, j’espère que les bio-technologies et la génétique vont prendre le relais pour enrayer la maladie de la vieillesse et de la mort.

Depuis le début de votre carrière, les Gender Studies ont explosé. Les questions de genre ont-elles eu un impact sur votre travail ?
J’ai toujours dit depuis le début de ma carrière que : « je suis un femme et une homme », j’ai fait beaucoup de performances avec une pancarte le disant, et il n’y avait pas les Gender Studies en France.

Quel rapport avez-vous au monde de la nuit ?
J’aime la nuit, mais j’aime la nuit en général pour travailler. J’aime aussi danser, et certaines boîtes de nuit dont Salò, font des passerelles et créent des porosités entre un monde qui n’est pas sensibilisé aux autres arts que la musique et la danse. Je suis donc ravie que le club m’ait donné une carte blanche comme à Larry Clark, Charlie Le Mindu ou Michel Gondry… Et comme j’ai changé l’esthétique du bloc opératoire, je change l’esthétique de la nuit. Pour moi, pas de paillettes dans la salle mais de l’art et du sexe, du sexe ouvert, mon sexe de femme ouvert sur tous les visages aussi bien hommes que femmes – le public deviendra également oeuvre. Et je suis très heureuse de faire ma première performance avec les Chicks on Speed, avec lesquelles j’espère collaborer pendant très longtemps !

La résidence d’ORLAN au Salò aura lieu du jeudi 20 au samedi 22 avril 2017. Plus d’informations et réservations sur la page de l’événement Facebook.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Peter Berlin, l’acteur porno gay précurseur du queer

Photographe, acteur et réalisateur de films porno, muse et icône des années 70 ayant collaboré avec Robert Mapplethorpe, Andy Warhol ou encore Tom of Finland, Peter Berlin a contribué à redéfinir les frontières de la masculinité et s’est révélé être l’un des précurseurs du mouvement queer.

Culture

3 drags monstrueux·ses à suivre

Si l’émission RuPaul’s Drag Race créée en 2009 a considérablement contribué à la popularisation de la pratique drag, cette dernière se focalise encore principalement sur une exagération des standards de beauté traditionnels : contouring imitant la chirurgie esthétique, sourcils parfaitement dessinés, coiffure impeccablement maîtrisée ou encore courbes généreuses recréées. Sur les réseaux sociaux, des artistes drag n’hésitent cependant pas à adopter des démarches bien plus disruptives, en puisant dans le registre de l’horreur. Focus sur 3 drag monstrueux·ses, qui se jouent des tabous de notre société, voire évoquent un devenir non-humain. 

Culture

Kim Petras, la popstar qui oscille entre la bubblegum pop et l’horreur

Biberonnée aux tubes pop sortis au tournant des années 2000, Kim Petras a quitté son Allemagne natale pour percer dans la musique aux États-Unis, armée d’un don pour enchaîner les toplines imparables et d’une volonté inébranlable. Humble, proche de ses fans et célébrant le travail d’équipe, elle contribue aujourd’hui à réinventer la figure de la popstar tout en rencontrant un succès exponentiel.

Culture

KillASon, rappeur-slasheur en pleine renaissance

Quelques mois après avoir publié son premier album (Supaheroz), le rappeur de Poitiers va encore plus loin avec « Bass » et « Kiss », créant des ponts entre la trap, la danse et la mode dans des singles qui annoncent un nouveau projet plus ambitieux à paraître début 2021. Rencontre.

Culture

Ce que le retour du Gospel raconte de l’identité afro-américaine

Liée au récit de la condition des Noir·e·s aux États-Unis, la musique gospel est aujourd’hui réinterprétée sous de multiples formes par les stars afro-américaines dans un climat marqué par les violences policières et le racisme systémique. 

Culture

« Le Roman de Péril » : la nouvelle exclusive de Marin Fouqué pour Antidote

Marin Fouqué s’est imposé comme la nouvelle sensation littéraire française avec son premier roman, le poétique et percutant 77, dont le style viscéral puise notamment dans l’art du slam pratiqué par l’auteur. Pour le numéro Antidote DESIRE, il signe une nouvelle sur les métamorphoses du désir de Péril, un romancier en herbe confronté à l’injustice de notre monde.

Culture

lire la suite

> voir tout

Culture

Ryan McGinley, Nan Goldin, Luke Gilford… Jusqu’à fin septembre , Towards Utopia met en vente des clichés de grands photographes pour soutenir les travailleurs du sexe et les personnes noires et transgenres