L’interview d’ORLAN : « Le Botox est tout aussi bien que se teindre les cheveux »

Article publié le 21 avril 2017

Share :

Photo : courtesy of ORLAN
Texte : Alice Pfeiffer

Pendant trois soirs, l’artiste contemporaine aussi féministe que provocatrice ORLAN imagine une œuvre vivante qui croise les genres, les formes et les mondes.

Certains la connaissent pour ses performances-opérations chirurgicales interrogeant le rôle de l’artiste, d’autres pour ses cheveux bicolores, mais ce ne sont que des détails face à l’immensité de l’œuvre artistique de Mireille Suzanne Francette Porte dite ORLAN.

Au fil des décennies, la native de Saint-Etienne crée un œuvre protéiforme dont elle est à la fois objet et sujet, celle qui dissèque et celle qui est disséquée. En travestissant et modifiant son apparence, elle ne cesse de montrer pour mieux dénoncer : le statut du corps de la femme, les complexités changeantes du l’intimité, du désir, du narcissisme de la société moderne, sa pensée punk et politisée habite chacune de ses créations.

Cette réflexion hybride et tentaculaire, elle l’importe au Salò du 20 au 22 avril. Pendant trois nuits, elle déploie une œuvre d’art multimédia et vivante, charnelle, sensuelle, et profondément critique. Et explore ainsi le potentiel de la nuit et du club comme acte créatif. Antidote, partenaire du club, l’a rencontré pour parler Botox, selfies et culture queer (et cuir).

Photo : Corps-Sculpture par ORLAN, 1965

Antidote : La DJette féministe Piu Piu aux platines, le collectif lesbien les Kidnapping en clubbing… Votre choix musical semble indiquer une volonté de message féministe, qu’en est-il vraiment ?
ORLAN : Nous avons surtout les Chicks on Speed avec lesquelles je vais faire une performance, et je pense que les textes des chansons que j’ai écrites vont répondre à votre question.
Et nous avons aussi Madmoizel qui est très cuir, et Circé Deslandes qui va être la seule femme qui va parler de la bite et la chanter. Et nous aurons tous sur nos visages mon sexe ouvert. Ce sera tout feu tout femme, des vraies, des fausses, des presque, des entre-deux, des alters, des néos, des Chicks, des speed, des Madmoizel, des post-women, des hurlantes, des susurrantes, des femmes chantant « Ta Bite », des autres chantant « Ma Vulve et Ta Vulve », toujours riantes, musicales, performantes et sexes, pour une soirée orlanesque, déréglée et inoubliable !

Vous avez beaucoup travaillé autour du corps, de l’apparence, des modifications : que ressentez-vous face aux selfies, aux filtres et à la retouche ?
Moi qui essaye de retoucher le vivant, qui fais un art charnel, et qui ai fait des opérations chirurgicales pour enlever le masque de l’inné, et qui se réinvente, se ré-imagine, et pour les autoportraits loin des standards et des stéréotypes que l’on nous propose, je suis très intéressée par les selfies, les filtres, la retouche et les manipulations. Reste à savoir dans quelle direction elles vont et si elles sont rebelles ou soumises, et si elles subissent la loi de l’idéologie dominante de l’instant.

En 1993, ORLAN présentait Omniprésence, une vidéo de sa septième intervention chirurgicale.

Et que pensez vous de la place grandissante et vulgarisée du Botox ?
Le Botox est tout aussi bien que se teindre les cheveux, ou se mettre du vernis à ongle, ou s’acheter les crèmes les plus chères en croyant bêtement que ça va être efficace. Mais bien sûr, j’espère que les bio-technologies et la génétique vont prendre le relais pour enrayer la maladie de la vieillesse et de la mort.

Depuis le début de votre carrière, les Gender Studies ont explosé. Les questions de genre ont-elles eu un impact sur votre travail ?
J’ai toujours dit depuis le début de ma carrière que : « je suis un femme et une homme », j’ai fait beaucoup de performances avec une pancarte le disant, et il n’y avait pas les Gender Studies en France.

Quel rapport avez-vous au monde de la nuit ?
J’aime la nuit, mais j’aime la nuit en général pour travailler. J’aime aussi danser, et certaines boîtes de nuit dont Salò, font des passerelles et créent des porosités entre un monde qui n’est pas sensibilisé aux autres arts que la musique et la danse. Je suis donc ravie que le club m’ait donné une carte blanche comme à Larry Clark, Charlie Le Mindu ou Michel Gondry… Et comme j’ai changé l’esthétique du bloc opératoire, je change l’esthétique de la nuit. Pour moi, pas de paillettes dans la salle mais de l’art et du sexe, du sexe ouvert, mon sexe de femme ouvert sur tous les visages aussi bien hommes que femmes – le public deviendra également oeuvre. Et je suis très heureuse de faire ma première performance avec les Chicks on Speed, avec lesquelles j’espère collaborer pendant très longtemps !

La résidence d’ORLAN au Salò aura lieu du jeudi 20 au samedi 22 avril 2017. Plus d’informations et réservations sur la page de l’événement Facebook.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Qui est Richard Gallo, pionnier de la performance artistique et sex symbol ?

Sex-symbol de l’underground new-yorkais dans les années 1970, le performeur Richard Gallo a fait de sa manière d’être une œuvre d’art à part entière. Au croisement de la mode, du bodybuilding et du théâtre, sa pratique subversive a transformé la rue en une scène expérimentale, où il exhibait sa musculature parfaite et son vestiaire licencieux mêlant esthétique camp, sado-masochisme et glamour hollywoodien.

Rencontre avec Juan Alvear, le nail artist favori des popstars

Il a réalisé des ongles pour Charli XCX, FKA Twigs, Lil Nas X, Arca, Kelsey Lu ou encore Kim Petras. Juan Alvear, alias @nailsbyjuan.nyc sur Instagram, repousse les limites du nail art et remet en cause les normes policées de la beauté en nous plongeant dans un univers de conte de fée sous acide. Rencontre.

Les algorithmes ont-ils mauvais goût ?

Canal de diffusion essentiel pour les artistes contemporains, le réseau social Instagram est en quelque sorte devenu la première galerie virtuelle internationale. S’affranchissant des intermédiaires traditionnels du marché tels que les commissaires d’expositions ou encore les critiques, l’art 2.0 y prospère. Mais n’est-ce pas au risque de sa propre banalisation ?

Tahar Rahim : « On est en train de foutre en l’air la Terre »

Tahar Rahim a débarqué, il y a dix ans, avec la force et l’évidence d’un uppercut. C’est la révélation d’Un Prophète de Jacques Audiard, qui fait sensation à Cannes en 2009, repartant avec le Grand Prix du Jury, et qui décroche, l’année suivante, neuf Césars dont deux pour son jeune acteur (meilleur acteur et meilleur espoir masculin), ce qui n’était jamais arrivé jusqu’alors. Depuis, Tahar Rahim a multiplié les collaborations, en France comme à l’international. Il est aujourd’hui à l’affiche de The Eddy de Damien Chazelle, une série musicale signée Netflix, sortie le 8 mai 2020, où il joue au côté de sa compagne Leïla Bekhti. Retour sur le parcours, les désirs et les rêves d’un comédien exceptionnel.

Rencontre avec l’artiste Will Benedict, dont l’œuvre reflète l’absurdité du monde contemporain

Il a réalisé une vidéo sur une livreuse Uber Eats dominatrice, un mockumentary (« documentaire parodique », en français) dans lequel des humains nus tombent du ciel, une campagne vidéo apocalyptique pour Balenciaga ou encore des émissions culinaires surnaturelles. Fasciné par l’absurdité humaine, l’artiste américain Will Benedict infiltre la médiasphère et décrypte les codes de l’infotainment avec son humour débridé. Rencontre.

Pourquoi le monde de l’art est-il fasciné par l’adolescence ?

Depuis 2016, la curatrice Julia Marchand explore la fascination pour l’adolescence qu’elle a décelée chez de nombreux artistes via son projet curatorial Extramentale, fondé à Arles. Dans cette interview, elle déroule le fil de sa réflexion sur les connivences toujours plus fortes entre art et teenagehood, alors même que le monde adulte retombe selon elle dans l’adolescence.

lire la suite

> voir tout

Art

Découvrez la quatrième série mode de Ferry van der Nat issue d’Antidote : DESIRE