L’interview de Michel Gondry : « J’aurais aimé travailler avec Michael Jackson »

Article publié le 23 mars 2017

Share :

Photo : courtesy of Michel Gondry

Après le créateur Julien Dossena et l’artiste Abel Ferrara, c’est au tour du réalisateur Michel Gondry d’investir le Salo pendant une résidence nostalgique et ludique de trois jours.

Charlotte Gainsbourg galopant sur un cheval d’enfant dans La Science des rêves ou Kate Winslet, amnésique aux cheveux bleus dans Eternal Sunshine of the Spotless Mind : ces personnages signés Michel Gondry sont teintés du même surréalisme pop que l’exposition multimédia qu’il présente au Salo.

Du 23 au 25 mars inclus, le réalisateur de Soyez sympas, rembobinez imagine le même vidéoclub que dans son film avec Jack Black et Mos Def. On y trouvera aussi des installations, une exposition de dessins, une autre de caricature, un mini set d’effets spéciaux, et un film documentaire à 360 degrés. Celui qui dit avoir à tout jamais 12 ans nous permet de revenir en enfance, le temps de quelques heures.

Rencontre avec Antidote.

Vous avez beaucoup travaillé sur les modes de consommation de films : que vous inspire l’époque actuelle et ses nouveaux outils ?
D’abord, quelle que soit mon opinion sur la question, l’évolution et la complexification du médium ne s’arrêteront pas. Je préfère essayer de comprendre et d’y adapter ma créativité. On a accès instantanément à de plus en plus d’informations, donc de sources d’inspiration. Il faut s’en imprégner tout en gardant son individualité. On a aussi accès à des films, des images du passé qu’il était impossible de trouver auparavant. Donc on peut y puiser des informations de toutes les époques.

Cette exposition comporte plusieurs de vos caricatures. Est-ce une de vos passions ?
Non je ne pense pas du tout que la caricature me passionne. Je ne l’aime pas en fait. La dérision, l’humour m’intéressent. Si cela ressemble à de la caricature, c’est complètement raté. En gros, je n’aime pas ce qui est prétentieux.

Vous considérez vous un artiste surréaliste ? Qu’est ce que le surréalisme en 2017 ?
Je ne pense pas que ce soit à moi de déclarer que je suis surréaliste. C’est comme de dire « je suis poétique » . Ça n’a aucun sens. C’est au spectateur de le ressentir ou non. C’est pareil pour le surréalisme, cela ne se décrète pas. Le surréalisme en 2017 ? Le mouvement a presque 100 ans. C’est comme de jouer du Fats Waller, ça ne veut pas dire la même chose qu’en 1920.

La réalisation du clip Around The World du duo Daft Punk avait été confiée à Michel Gondry.

Vous avez souvent expérimenté avec d’autres formats, notamment le clip : quel est l’aspect le plus intéressant lorsqu’on travaille avec le milieu musical par rapport au cinéma ?
D’abord, vous n’avez pas à vous soucier du spectateur. Il n’est pas pris en otage pendant 1h45 mais trois minutes seulement. On peut donc expérimenter beaucoup plus.

Quelle est la qualité commune entre tous les musiciens avec qui vous travaillez?
Il y a des musiques qui vous inspirent, vous dictent des images. Vous n’avez qu’à fermer les yeux puis dessiner ou écrire. Ces musiciens ont en commun qu’ils ont voulu travailler avec moi. C’est toujours honorant.

Y’a-t-il des musiciens avec qui vous aimeriez travailler ?
J’aurais aimé travailler avec Michael Jackson.

Y’a-t-il des nouveaux formats avec lesquels vous aimeriez expérimenter?
Je ne sais pas avec quel format exactement, mais je voudrais utiliser un format récent pour créer des images qui seront la norme pour la prochaine génération de machines.

La résidence de Michel Gondry au Salò aura lieu du jeudi 23 au dimanche 26 mars 2017. Plus d’informations et réservations sur la page de l’événement Facebook.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Qui est Richard Gallo, pionnier de la performance artistique et sex symbol ?

Sex-symbol de l’underground new-yorkais dans les années 1970, le performeur Richard Gallo a fait de sa manière d’être une œuvre d’art à part entière. Au croisement de la mode, du bodybuilding et du théâtre, sa pratique subversive a transformé la rue en une scène expérimentale, où il exhibait sa musculature parfaite et son vestiaire licencieux mêlant esthétique camp, sado-masochisme et glamour hollywoodien.

Rencontre avec Juan Alvear, le nail artist favori des popstars

Il a réalisé des ongles pour Charli XCX, FKA Twigs, Lil Nas X, Arca, Kelsey Lu ou encore Kim Petras. Juan Alvear, alias @nailsbyjuan.nyc sur Instagram, repousse les limites du nail art et remet en cause les normes policées de la beauté en nous plongeant dans un univers de conte de fée sous acide. Rencontre.

Les algorithmes ont-ils mauvais goût ?

Canal de diffusion essentiel pour les artistes contemporains, le réseau social Instagram est en quelque sorte devenu la première galerie virtuelle internationale. S’affranchissant des intermédiaires traditionnels du marché tels que les commissaires d’expositions ou encore les critiques, l’art 2.0 y prospère. Mais n’est-ce pas au risque de sa propre banalisation ?

Tahar Rahim : « On est en train de foutre en l’air la Terre »

Tahar Rahim a débarqué, il y a dix ans, avec la force et l’évidence d’un uppercut. C’est la révélation d’Un Prophète de Jacques Audiard, qui fait sensation à Cannes en 2009, repartant avec le Grand Prix du Jury, et qui décroche, l’année suivante, neuf Césars dont deux pour son jeune acteur (meilleur acteur et meilleur espoir masculin), ce qui n’était jamais arrivé jusqu’alors. Depuis, Tahar Rahim a multiplié les collaborations, en France comme à l’international. Il est aujourd’hui à l’affiche de The Eddy de Damien Chazelle, une série musicale signée Netflix, sortie le 8 mai 2020, où il joue au côté de sa compagne Leïla Bekhti. Retour sur le parcours, les désirs et les rêves d’un comédien exceptionnel.

Rencontre avec l’artiste Will Benedict, dont l’œuvre reflète l’absurdité du monde contemporain

Il a réalisé une vidéo sur une livreuse Uber Eats dominatrice, un mockumentary (« documentaire parodique », en français) dans lequel des humains nus tombent du ciel, une campagne vidéo apocalyptique pour Balenciaga ou encore des émissions culinaires surnaturelles. Fasciné par l’absurdité humaine, l’artiste américain Will Benedict infiltre la médiasphère et décrypte les codes de l’infotainment avec son humour débridé. Rencontre.

Pourquoi le monde de l’art est-il fasciné par l’adolescence ?

Depuis 2016, la curatrice Julia Marchand explore la fascination pour l’adolescence qu’elle a décelée chez de nombreux artistes via son projet curatorial Extramentale, fondé à Arles. Dans cette interview, elle déroule le fil de sa réflexion sur les connivences toujours plus fortes entre art et teenagehood, alors même que le monde adulte retombe selon elle dans l’adolescence.

lire la suite

> voir tout

Art

Découvrez la quatrième série mode de Ferry van der Nat issue d’Antidote : DESIRE