Imago de Zuza Krajewska : au cœur de la jeunesse polonaise désœuvrée chez 0fr

Article publié le 27 mai 2017

Art

Photo : Zuza Krajewska

Adresse ultra prisée du Paris de l’édition et de la mode, la librairie-galerie 0fr accueille l’exposition Imago, une série de clichés issue du livre du même nom de la photographe polonaise Zuza Krajewska.

Si Gosha Rubchinskiy nous avait offert une poignante vision de la jeunesse russe, celle Polonaise dépeinte par Zuza Krajewska n’en est pas moins bouleversante. Plongée plusieurs mois parmi les résidents d’un centre de détention pour jeunes délinquants à Studzieniec, non loin de Varsovie, la photographe a partagé le quotidien d’une quarantaine d’entre eux pour en tirer une magnifique série, aussi brutale que poétique.

Le titre de la série, Imago, renvoie au dernier stade de la métamorphose, en grande partie physique, d’un insecte. La métaphore choisie par la photographe polonaise pour illustrer ces adolescents en pleine mutation dans un cadre anxiogène prend alors tout son sens.

Crâne rasé, visage ferme, regard perçant, tous ont été condamnés pour des délits plus ou moins graves, et tous se retrouvent livrés à eux-même dans un internat carcéral qu’on devine intraitable. Partagés entre des scènes d’euphorie collective et de solitude pesante, ces jeunes construisent leur identité sous l’œil – parfois discret, parfois complice – de Zuza Krajewska, avec l’ennui comme ennemi commun. Une intime et saisissante vision d’une jeunesse désœuvrée.

L’exposition Imago et le livre du même nom – publié chez KAHL Editions – sont à découvrir chez 0fr, 20 rue Dupetit-Thouars à Paris, les 27 et 28 mai 2017.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Qui est Richard Gallo, pionnier de la performance artistique et sex symbol ?

Sex-symbol de l’underground new-yorkais dans les années 1970, le performeur Richard Gallo a fait de sa manière d’être une œuvre d’art à part entière. Au croisement de la mode, du bodybuilding et du théâtre, sa pratique subversive a transformé la rue en une scène expérimentale, où il exhibait sa musculature parfaite et son vestiaire licencieux mêlant esthétique camp, sado-masochisme et glamour hollywoodien.

Tahar Rahim : « On est en train de foutre en l’air la Terre »

Tahar Rahim a débarqué, il y a dix ans, avec la force et l’évidence d’un uppercut. C’est la révélation d’Un Prophète de Jacques Audiard, qui fait sensation à Cannes en 2009, repartant avec le Grand Prix du Jury, et qui décroche, l’année suivante, neuf Césars dont deux pour son jeune acteur (meilleur acteur et meilleur espoir masculin), ce qui n’était jamais arrivé jusqu’alors. Depuis, Tahar Rahim a multiplié les collaborations, en France comme à l’international. Il est aujourd’hui à l’affiche de The Eddy de Damien Chazelle, une série musicale signée Netflix, sortie le 8 mai 2020, où il joue au côté de sa compagne Leïla Bekhti. Retour sur le parcours, les désirs et les rêves d’un comédien exceptionnel.

lire la suite

voir tout

Art

Comment le Moyen Âge est-il redevenu cool ?

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.