Le festival queer « Loud & Proud » est de retour à la Gaîté Lyrique

Article publié le 11 avril 2019

Photo : Lotic.

Sa programmation vient d’être dévoilée.

C’est la meilleure nouvelle de la semaine : la Gaîté Lyrique vient d’annoncer qu’elle accueillera la troisième édition parisienne de son festival des cultures queer, du 4 au 7 juillet. Au programme : quatre jours de concerts, de performances et de conférences mettant en lumière les expressions culturelles des minorités sexuelles, ainsi que des féministes. Pour l’ouverture, la Gaîté a convié deux invitées de choix, Béatrice Dalle et Virginie Despentes, qui présenteront une performance sonore accompagnées du groupe post-punk Zëro. La comédienne, et l’auteure de la célèbre trilogie Vernon Subutex (qui vient d’être adaptée en série par Canal +), monteront sur scène pour relire des extraits choisis de l’œuvre écrite du réalisateur italien et homosexuel Pier Paolo Pasolini.

Défricheur de nouveaux talents à l’avant-garde de la scène queer, le Loud & Proud se poursuivra avec des concerts de musique expérimentale, de house ou encore de rock indé. Aux côtés de Fatima Al Qadiri, qui interprétera sur scène sa musique électronique aux résonances politiques, et Nakhane, révélation des Trans Musicales de Rennes en décembre 2017, le line up rassemble également le producteur Lotic, qui présentera un live inédit, la rappeuse parisienne Lala &ce, Violet, Faka, Arlo Parks ou encore First Hate. Pour clore le festival en beauté,  la légende du voguing Vinii Revlon organisera son « Kiki Ball » le dimanche 7 juillet. Lancé en 2015 et organisé par Benoît Rousseau – le directeur artistique de la Gaîté Lyrique -, Anne Pauly, Alexandre Gaulmin et Fany Corral, le Loud & Proud se présente ainsi comme un véritable « vivier de pratiques artistiques brûlantes, […] radicales et flamboyantes ».

À l’heure où la lutte des personnes LGBTQI+ est régulièrement récupérée à des fins marketing et où les principes d’égalité et de fraternité sont mis à mal à travers le monde, du Brésil au Brunei en passant par la Tchétchénie, le festival questionnera également la représentation des minorités et défendra des valeurs d’équité et de solidarité. Il sera ainsi émaillé d’un cycle de conférences centré sur le militantisme des minorités, revenant sur l’histoire de l’engagement politique lesbien, ou encore sur l’âgisme (soit les discriminations liées à l’âge).

Un positionnement progressiste que la Gaîté Lyrique ne cesse de célébrer depuis son ouverture en 2011, via les créations artistiques ou musicales issues de minorités ou de contre-cultures. Actuellement, elle accueille ainsi des ateliers menés par le collectif sans-pagEs, qui crée et rédige des pages Wikipédia dédiées à des personnalités féminines qui n’en possédaient pas encore, et elle présentera jusqu’au 14 juillet l’exposition « Computer Grrrls », qui revient sur les évolutions apportées par la gente féminine au monde de l’informatique. 

La troisième édition du festival Loud & Proud se tiendra du 4 au 7 juillet 2019 à la Gaîté Lyrique, 3 bis Rue Papin, Paris 3.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Assumer son asexualité, un chemin de croix à l’ère de l’hypersexualisation

Coming out explosifs, stigmatisation, isolement… Pour certain·e·s asexuel·le·s, afficher leur orientation vire au calvaire dans une société où le sexe, suggéré à tout bout de champ, passe pour la condition sine qua non de l’épanouissement individuel.

Lire la suite

Les NFT, hype éphémère ou révolution ?

Apparus en 2017, les « Non-Fungible Tokens » (Jetons Non Fongibles) sont en passe de révolutionner l’économie numérique. Après avoir séduit le monde du sport, des jeux vidéos, de l’art puis de la mode – de la NBA à Gucci en passant par Beeple -, ces nouveaux objets virtuels attirent un nombre exponentiel d’artistes, d’initié·e·s et d’investisseur·euse·s. Au risque de créer une bulle spéculative prête à exploser à tout moment ?

Lire la suite

Albums posthumes : sacralisation des artistes ou cash machines ?

Prince, Bashung, DMX ou encore Nipsey Hussle : en 2021, de nombreux albums posthumes devraient voir le jour, prolongeant l’héritage laissé par ces artistes parti·e·s trop tôt. Mais que sait-on réellement de la fabrication des disques posthumes ? Qui décide de les sortir ? Selon quels dispositifs ? Et surtout, au bénéfice de qui ?

Lire la suite

Pourquoi les masculinistes inondent certains comptes Instagram avec des émojis médaille ?

Une technique de cyberharcèlement qui cible des activistes et des personnalités, notamment féministes ou LGBTQ+, ou encore des médias – dont Antidote -, en s’attaquant à leurs réseaux sociaux.

Lire la suite

Quand le masculin cessera-t-il (enfin) de l’emporter ?

Qui de mieux placé·e pour parler de l’écriture inclusive qu’une personne directement concernée par ce sujet ? C’est partant de ce principe qu’Antidote a choisi de publier cette tribune en faveur du langage épicène, rédigée par une personne non-binaire l’employant au quotidien, ce qui lui permet notamment de retranscrire une conception non-binaire du genre lorsqu’elle parle d’elle-même. Iel y revient sur le débat houleux qui entoure cette réforme orthographique, encore largement perçue sous le prisme du féminisme et qui fait face à une menace d’interdiction au sein du service public – les projets de loi se succédant depuis plusieurs mois pour lui défendre l’usage de l’écriture inclusive, notamment dans les écoles.

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.