Le festival queer « Loud & Proud » est de retour à la Gaîté Lyrique

Article publié le 11 avril 2019

Photo : Lotic.

Sa programmation vient d’être dévoilée.

C’est la meilleure nouvelle de la semaine : la Gaîté Lyrique vient d’annoncer qu’elle accueillera la troisième édition parisienne de son festival des cultures queer, du 4 au 7 juillet. Au programme : quatre jours de concerts, de performances et de conférences mettant en lumière les expressions culturelles des minorités sexuelles, ainsi que des féministes. Pour l’ouverture, la Gaîté a convié deux invitées de choix, Béatrice Dalle et Virginie Despentes, qui présenteront une performance sonore accompagnées du groupe post-punk Zëro. La comédienne, et l’auteure de la célèbre trilogie Vernon Subutex (qui vient d’être adaptée en série par Canal +), monteront sur scène pour relire des extraits choisis de l’œuvre écrite du réalisateur italien et homosexuel Pier Paolo Pasolini.

Défricheur de nouveaux talents à l’avant-garde de la scène queer, le Loud & Proud se poursuivra avec des concerts de musique expérimentale, de house ou encore de rock indé. Aux côtés de Fatima Al Qadiri, qui interprétera sur scène sa musique électronique aux résonances politiques, et Nakhane, révélation des Trans Musicales de Rennes en décembre 2017, le line up rassemble également le producteur Lotic, qui présentera un live inédit, la rappeuse parisienne Lala &ce, Violet, Faka, Arlo Parks ou encore First Hate. Pour clore le festival en beauté,  la légende du voguing Vinii Revlon organisera son « Kiki Ball » le dimanche 7 juillet. Lancé en 2015 et organisé par Benoît Rousseau – le directeur artistique de la Gaîté Lyrique -, Anne Pauly, Alexandre Gaulmin et Fany Corral, le Loud & Proud se présente ainsi comme un véritable « vivier de pratiques artistiques brûlantes, […] radicales et flamboyantes ».

À l’heure où la lutte des personnes LGBTQI+ est régulièrement récupérée à des fins marketing et où les principes d’égalité et de fraternité sont mis à mal à travers le monde, du Brésil au Brunei en passant par la Tchétchénie, le festival questionnera également la représentation des minorités et défendra des valeurs d’équité et de solidarité. Il sera ainsi émaillé d’un cycle de conférences centré sur le militantisme des minorités, revenant sur l’histoire de l’engagement politique lesbien, ou encore sur l’âgisme (soit les discriminations liées à l’âge).

Un positionnement progressiste que la Gaîté Lyrique ne cesse de célébrer depuis son ouverture en 2011, via les créations artistiques ou musicales issues de minorités ou de contre-cultures. Actuellement, elle accueille ainsi des ateliers menés par le collectif sans-pagEs, qui crée et rédige des pages Wikipédia dédiées à des personnalités féminines qui n’en possédaient pas encore, et elle présentera jusqu’au 14 juillet l’exposition « Computer Grrrls », qui revient sur les évolutions apportées par la gente féminine au monde de l’informatique. 

La troisième édition du festival Loud & Proud se tiendra du 4 au 7 juillet 2019 à la Gaîté Lyrique, 3 bis Rue Papin, Paris 3.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Antidote s’empare des nuits parisiennes

Antidote a le plaisir d’annoncer qu’à partir du 29 septembre, nous organiserons une soirée chaque jeudi soir au nouveau club underground Carbone. 

Lire la suite

Rencontre avec la rappeuse Rico Nasty : « Ma musique est une ode à l’affirmation de soi »

Rappeuse, queen cyberpunk, icône pop : Rico Nasty incarne tellement de personnages dans ses clips que l’on en vient à ne plus savoir qui elle est réellement. Éléments de réponse à l’occasion de la sortie de sa nouvelle mixtape, Las Ruinas, qu’elle considère volontiers comme son « projet le plus intime ».

Lire la suite

Shalva Nikvashvili : « La liberté de notre société est une utopie à laquelle je rêve encore »

Après avoir quitté l’ultra-orthodoxe Géorgie et s’être heurté à l’hostilité de la société occidentale face à sa condition d’immigré, l’artiste Shalva Nikvashvili explore la notion d’identité à travers une pluralité de médiums allant de la sculpture au dessin en passant la vidéo, la photographie ou encore la poésie. Ses créations plastiques tiennent d’un savoir artistique fait main et interpellent par les matières recyclées avec lesquelles elles sont exécutées et leur design hétéroclite. Elles traduisent par ailleurs une adresse manuelle que l’artiste tient de son éducation au milieu de la campagne géorgienne, à Sighnaghi, son village natal, où il a appris à faire œuvre de rien dès son plus jeune âge.

Lire la suite

Comment le business des données personnelles menace nos libertés individuelles ?

Depuis quelques années, le business model des mastodontes du web s’articule autour de la collecte acharnée de données, revendues à prix d’or afin de dresser des profils de consommateur·rice·s toujours plus pointus. Ce juteux négoce, où les Gafam se taillent la part du lion, nourrit un capitalisme qui menace à la fois le droit individuel et les libertés collectives, mais pourrait bien être enrayé par l’avènement du web 3.0. Un idéal d’Internet décentralisé rêvé, entre autres, par les cypherpunks. Enquête.

Lire la suite

How does the personal data business threaten our individual freedoms?

For several years now, the business model for web behemoths has been based on the relentless collection of data, which is sold at a high price to create ever more precise consumer profiles. This lucrative business, which GAFAM have taken the lion’s share of, drives a kind of capitalism that threatens both individual rights and collective freedoms. But the advent of Web 3.0 could very well put an end to this, realizing the ideal of a decentralized Internet first envisioned by the cypherpunks. Antidote reports.

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.