Art

Festival de Cannes : la sélection officielle a été dévoilée

Article publié le 18 avril 2019

Share :

Photo : Affiche de la 72ème édition du Festival de Cannes.
18/04/2019.

Si l’on y retrouve des habitués de la manifestation tels que les frères Dardenne, Pedro Almodóvar ou Ken Loach, cette 72e édition, qui se tiendra du 14 au 25 mai, sera également marquée par le retour de Xavier Dolan et l’arrivée d’une flopée de nouveaux venus.

Ce jeudi 18 avril, lors d’une conférence de presse qui s’est ouverte avec un hommage à la réalisatrice Agnès Varda, décédée le 29 mars dernier et mise à l’honneur sur l’affiche de l’événement, la sélection officielle du 72e festival de Cannes a été dévoilée par Pierre Lescure et Thierry Frémaux, respectivement président et délégué général de la manifestation qui aura lieu du 14 au 25 mai. Au total, ce sont pas moins de 46 longs-métrages, dont 19 en compétition pour la Palme d’or, qui ont été retenus pour cette nouvelle édition présidée par Alejandro Gonzalez Iñárritu, qui promet d’être à la fois « romantique et politique » à en croire Thierry Frémaux.

Le réalisateur américain Jim Jarmusch lancera les festivités avec The Dead Don’t Die : une histoire de zombies au casting cinq étoiles avec Tilda Swinton, Iggy Pop, Adam Driver ou encore Chloë Sevigny. Si de grands habitués du festival comme l’Espagnol Pedro Almodóvar, qui défendra Douceur et Gloire, l’Italien Marco Bellocchio, qui brosse le portrait d’un mafioso repenti dans Il Traditore, le Britannique Ken Loach, de retour avec Sorry We Missed You, et l’Américain Terrence Malick, qui dévoilera Une vie cachée, grimperont une énième fois les marches du Palais des Festivals, huit nouveaux venus seront également en lice pour décrocher la Palme d’or. Parmi eux, citons les quatre réalisatrices Mati Diop, qui aborde le thème de l’émigration dans Atlantique; Céline Sciamma dont le Portrait de la jeune fille en feu conte l’histoire d’une peintre mandatée pour réaliser le portrait de mariage d’une jeune femme campée par Adèle Haenel dans la Bretagne isolée du XVIIIème siècle; Justine Triet, rejoignant la compétition pour présenter Sibyl, sa « dramédie » avec Virginie Effira, Adèle Exarchopoulos et Gaspard Ulliel; ou enfin l’Autrichienne Jessica Hausner, qui dévoilera son film fantastique Little Joe.

Photo : Matthias et Maxime, de Xavier Dolan.

Trois ans après avoir remporté le Grand Prix du jury pour son adaptation de la pièce de théâtre de Jean-Luc Lagarce Juste la fin du monde, et alors que son premier film en langue anglaise Ma Vie avec John F. Donovan est actuellement diffusé en salles, le jeune prodige Xavier Dolan retournera à Cannes avec Matthias et Maxime, un nouveau long-métrage tourné en français dans lequel il joue l’un des deux rôles principaux, aux côtés de Gabriel D’Almeida Freitas. Arnaud Desplechin reviendra également sur la Croisette pour révéler Roubaix, une lumière, une tragédie qui s’inspire d’un fait divers qui avait terrifié la ville natale du réalisateur en 2002. Léa Seydoux et Sara Forestier y interprètent deux amantes toxicomanes accusées d’avoir assassiner un vieille dame.

Hors compétition, Rocketman, le biopic signé Dexter Fletcher qui retrace la carrière d’Elton John et sortira en salle le 29 mai, côtoiera Les Plus Belles Années de Claude Lelouch, la suite d’Un homme et une femme avec Jean-Louis Trintignant et Anouck Aimée, tournée cinquante-trois ans plus tard. La sélection Un Certain Regard, présidée par la réalisatrice libanaise Nadine Labaki, récompensée du Prix du jury pour Capharnaüm l’année dernière, comprend elle de nombreux premiers films, ainsi que Chambre 212 de Christophe Honoré et Jeanne de Bruno Dumont. Enfin, si l’absence du nouveau Quentin Tarantino Once Upon A Time… In Hollywood a été amplement regrettée, le film, encore en montage, pourrait malgré tout rejoindre la sélection officielle tardivement, alors que la composition du jury n’a, pour l’heure, pas encore été annoncée.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Qui est Richard Gallo, pionnier de la performance artistique et sex symbol ?

Sex-symbol de l’underground new-yorkais dans les années 1970, le performeur Richard Gallo a fait de sa manière d’être une œuvre d’art à part entière. Au croisement de la mode, du bodybuilding et du théâtre, sa pratique subversive a transformé la rue en une scène expérimentale, où il exhibait sa musculature parfaite et son vestiaire licencieux mêlant esthétique camp, sado-masochisme et glamour hollywoodien.

Rencontre avec Juan Alvear, le nail artist favori des popstars

Il a réalisé des ongles pour Charli XCX, FKA Twigs, Lil Nas X, Arca, Kelsey Lu ou encore Kim Petras. Juan Alvear, alias @nailsbyjuan.nyc sur Instagram, repousse les limites du nail art et remet en cause les normes policées de la beauté en nous plongeant dans un univers de conte de fée sous acide. Rencontre.

Les algorithmes ont-ils mauvais goût ?

Canal de diffusion essentiel pour les artistes contemporains, le réseau social Instagram est en quelque sorte devenu la première galerie virtuelle internationale. S’affranchissant des intermédiaires traditionnels du marché tels que les commissaires d’expositions ou encore les critiques, l’art 2.0 y prospère. Mais n’est-ce pas au risque de sa propre banalisation ?

Tahar Rahim : « On est en train de foutre en l’air la Terre »

Tahar Rahim a débarqué, il y a dix ans, avec la force et l’évidence d’un uppercut. C’est la révélation d’Un Prophète de Jacques Audiard, qui fait sensation à Cannes en 2009, repartant avec le Grand Prix du Jury, et qui décroche, l’année suivante, neuf Césars dont deux pour son jeune acteur (meilleur acteur et meilleur espoir masculin), ce qui n’était jamais arrivé jusqu’alors. Depuis, Tahar Rahim a multiplié les collaborations, en France comme à l’international. Il est aujourd’hui à l’affiche de The Eddy de Damien Chazelle, une série musicale signée Netflix, sortie le 8 mai 2020, où il joue au côté de sa compagne Leïla Bekhti. Retour sur le parcours, les désirs et les rêves d’un comédien exceptionnel.

Rencontre avec l’artiste Will Benedict, dont l’œuvre reflète l’absurdité du monde contemporain

Il a réalisé une vidéo sur une livreuse Uber Eats dominatrice, un mockumentary (« documentaire parodique », en français) dans lequel des humains nus tombent du ciel, une campagne vidéo apocalyptique pour Balenciaga ou encore des émissions culinaires surnaturelles. Fasciné par l’absurdité humaine, l’artiste américain Will Benedict infiltre la médiasphère et décrypte les codes de l’infotainment avec son humour débridé. Rencontre.

Pourquoi le monde de l’art est-il fasciné par l’adolescence ?

Depuis 2016, la curatrice Julia Marchand explore la fascination pour l’adolescence qu’elle a décelée chez de nombreux artistes via son projet curatorial Extramentale, fondé à Arles. Dans cette interview, elle déroule le fil de sa réflexion sur les connivences toujours plus fortes entre art et teenagehood, alors même que le monde adulte retombe selon elle dans l’adolescence.

lire la suite

> voir tout

Art

Découvrez la quatrième série mode de Ferry van der Nat issue d’Antidote : DESIRE