Art

Une exposition signée Virgil Abloh ouvrira à Paris en janvier

Article publié le 21 novembre 2019

Share :

Photo : Virgil Abloh.
21/11/2019

Baptisée « efflorescence », elle sera présentée du 15 janvier au 10 avril à la galerie kreo, dans le 6ème arrondissement de la capitale.

Après s’être absenté pendant plusieurs mois pour éviter de passer par la case burn out, Virgil Abloh fait définitivement son grand retour dans le monde de la mode et de l’art et semble de nouveau prêt à enchaîner les projets. Ainsi, alors que le 5 novembre dernier il laissait suggérer via un post Instagram sa reprise du travail chez Louis Vuitton (où il occupe le poste de directeur artistique des collections masculines), et que les pièces de sa collaboration avec le géant suédois de l’ameublement Ikea ont récemment été commercialisées, rencontrant un succès retentissant, le designer prolifique est à nouveau sur tous les fronts. Déjà au centre de la rétrospective « Figures of Speech » qui, après avoir été présentée au Museum of Contemporary Art de Chicago jusqu’en septembre dernier, vient de s’installer au High Museum of Art d’Atlanta, il vient ainsi d’annoncer qu’il sera le sujet d’une nouvelle exposition qui se tiendra en janvier prochain, à Paris. Organisée à la galerie kréo, avec laquelle il vient tout juste de signer, elle sera présentée au 31 rue Dauphine, dans le quartier de Saint-Germain-des-Près, et mettra en scène ses dernières réalisations artistiques.

Baptisée « efflorescence », un terme qui désigne l’apparition par capillarité de cristaux de sel à la surface de certains matériaux poreux, l’exposition déjà présentée dans le cadre du Design Festival de Londres en septembre dernier se concentrera sur le béton et s’articulera autour de l’idée de paradoxe pour explorer les différentes manières qui permettent, au gré du hasard et des rencontres, de transformer cette matière morne et rigide à la base de l’urbanisme. Diplômé en architecture et en génie civil, le fondateur du label Off-White s’est ainsi inspiré des différents processus qui animent la surface du béton tels que la pratique du graffiti, qui lui donne une dimension décorative, ou la croissance de végétaux et de cristaux, qui poussent accidentellement dans ses interstices.

Ainsi, via plusieurs pièces en béton inscrites dans la lignée des œuvres brutalistes, parmi lesquelles un banc de trois mètres de long semblable à une rampe de skate percée de trous et visible sur le flyer de l’événement, « efflorescence » mettra en scène la dialectique entre le caractère immuable de la matière minérale et la dimension aléatoire de l’activité humaine et de l’apparition de matière organique. Organisée du 15 janvier au 10 avril 2020, cette exposition s’ouvrira en parallèle de la Fashion Week masculine automne-hiver 2020-2021 de Paris lors de laquelle Virgil Abloh présentera également ses nouvelles collections pour Off-White et Louis Vuitton. Elle sera le fruit de la première collaboration entre le designer multi-casquettes et l’institution du 6ème arrondissement, qui fête cette année ses vingt ans et se définit comme un laboratoire au service des plus grands designers contemporains parmi lesquels figurent notamment les frères Bouroullec, Naoto Fukasawa, Konstantin Grcic ou encore Marc Newson. Par le passé, Virgil Abloh avait également produit des œuvres d’art en collaboration avec l’artiste japonais Takashi Murakami pour une exposition présentée au sein de la galerie Gagosian.

L’exposition « efflorescence » se tiendra à la Galerie kreo à Paris du 15 janvier au 10 avril 2020.

À lire aussi :

Les plus lus

> voir tout

Les algorithmes ont-ils mauvais goût ?

Canal de diffusion essentiel pour les artistes contemporains, le réseau social Instagram est en quelque sorte devenu la première galerie virtuelle internationale. S’affranchissant des intermédiaires traditionnels du marché tels que les commissaires d’expositions ou encore les critiques, l’art 2.0 y prospère. Mais n’est-ce pas au risque de sa propre banalisation ?

Tahar Rahim : « On est en train de foutre en l’air la Terre »

Tahar Rahim a débarqué, il y a dix ans, avec la force et l’évidence d’un uppercut. C’est la révélation d’Un Prophète de Jacques Audiard, qui fait sensation à Cannes en 2009, repartant avec le Grand Prix du Jury, et qui décroche, l’année suivante, neuf Césars dont deux pour son jeune acteur (meilleur acteur et meilleur espoir masculin), ce qui n’était jamais arrivé jusqu’alors. Depuis, Tahar Rahim a multiplié les collaborations, en France comme à l’international. Il est aujourd’hui à l’affiche de The Eddy de Damien Chazelle, une série musicale signée Netflix, sortie le 8 mai 2020, où il joue au côté de sa compagne Leïla Bekhti. Retour sur le parcours, les désirs et les rêves d’un comédien exceptionnel.

Rencontre avec l’artiste Will Benedict, dont l’œuvre reflète l’absurdité du monde contemporain

Il a réalisé une vidéo sur une livreuse Uber Eats dominatrice, un mockumentary (« documentaire parodique », en français) dans lequel des humains nus tombent du ciel, une campagne vidéo apocalyptique pour Balenciaga ou encore des émissions culinaires surnaturelles. Fasciné par l’absurdité humaine, l’artiste américain Will Benedict infiltre la médiasphère et décrypte les codes de l’infotainment avec son humour débridé. Rencontre.

Une exposition signée Virgil Abloh II

Alors qu’il dévoilait il y a quelques jours les pièces nées de sa collaboration avec le label californien de Carol Lim et Humberto Leon Opening Ceremony, l’ancien Club Kid Walt Cassidy, mieux connu dans les années 90 sous le pseudonyme « Waltpaper », publie aujourd’hui un beau livre dédié à la sous-culture qui a secoué la […]

ArtBeautéFresh News

« La Parade de l’aveuglement » : l’exposition minimale et queer de Dorian Sari

Avec « La Parade de l’aveuglement », le Centre Culturel Suisse (CCS) à Paris consacre la première exposition personnelle en France de l’artiste Dorian Sari, né en 1989 à Izmir (en Turquie), et désormais installé à Bâle. Sculptures, vidéos et performances y résonnent entre elles dans une tentative complexe de transformation des mythologies et des rites. Le corps, joué, heurté ou empêché se débat et s’élance. Il cherche sa place, se mesure au monde. Trouble, non essentialisé, il catalyse les désirs, les paradoxes et les doutes. Le corps, désirant, queer et potentiel est en même temps soi et l’interface à l’autre (la société, le groupe, la communauté).

Qui est Richard Torry, figure oubliée du punk et virtuose du tricot ?

Jusque-là très confidentielle, l’œuvre du londonien Richard Torry s’expose pour la toute première fois, dans l’artist run-space Goswell Road à Paris. Designer à l’avant-garde du knitwear dans les années 80, également musicien, et collaborateur de l’iconique Leigh Bowery ou encore de Vivienne Westwood, cet artiste était l’un des catalyseurs de la culture punk DYI londonienne.

lire la suite

> voir tout

Art

« La Parade de l’aveuglement » : l’exposition minimale et queer de Dorian Sari

inscription newsletter antidote

Inscription réussie.