Art

David Goldblatt expose ses photos de l’apartheid au Centre Pompidou

Article publié le 31 mars 2018

Share :

Photo : David Goldblatt, Miss Lovely Legs Competition, 1979-1980.

Le musée parisien présente une rétrospective regroupant plus de deux cent clichés du photographe, dépeignant la société sud-africaine depuis les années 1950.

Le père de la photographie sud-africaine, né d’une famille lituanienne blanche, a mis en exergue toutes les criantes injustices provoquées par l’apartheid à travers son œuvre. C’est pourquoi il a fait le choix du noir et blanc, plus froid, plus brut que la couleur, et permettant ainsi de mieux rendre compte de la situation sociale de son pays.

Photo : David Goldblatt.

Sur l’une de ses photos, prise dans un supermarché, des candidates participent au concours de « miss belles jambes » : une compétition qui était uniquement réservée aux blanches, installées sur un podium devant un public noir, dont le regard de bas en haut semblait symboliser la position sociale inférieure. Sur une autre, on voit des hommes noirs assis dans un bus, qu’il doive prendre entre 2h et 3h du matin pour se rendre au travail puis le soir pour rentrer chez eux, faisant 8h de trajet chaque jour. Ils n’ont alors d’autre choix, n’ayant alors pas le droit de résider dans la ville de Pretoria, où ils sont employés. Le long de l’exposition, de longues explications écrites, voire même des commentaires vidéos de David Goldblatt racontent l’histoire de ses clichés, afin de les remettre dans leur contexte.

Photo : David Goldblatt.

Lorsque l’apartheid a pris fin, en 1991, le photographe est passé à la couleur pour « pour ressentir la libération qui est venue avec l’arrivée de la démocratie », comme il le rapporte au Monde. Avant de revenir au noir et blanc une dizaine d’années plus tard… En 2012, il est retourné sur les lieux où passe la ligne de bus amenant les travailleurs vers Pretoria : les cars accueillent toujours des Noirs. L’injustice politique passée, les inégalités économiques persistent… « Les routes sont meilleures, précise Goldblatt. Mais sinon, c’est pareil. C’est un héritage de l’apartheid, et ça continuera sans doute encore longtemps. »

Photo : David Goldblatt.

Ne revendiquant aucun militantisme, le photographe cherchait simplement à révéler la réalité à laquelle il était confronté. Il a d’ailleurs mené des projets divers au cours de ses soixante ans d’exercice, s’immisçant au sein d’une petite ville regroupant la classe moyenne blanche à Boksburg, immortalisant le centre commercial de Soweto et la classe moyenne noire dont il accompagne l’émergence, ou encore se centrant sur des détails de vêtements et de corps de passants croisés dans la rue pour sa série « Particulars »(1975) – « Des photos très personnelles, où j’explorais ma propre sexualité », confie-t-il.

L’exposition « David Goldblatt » se tiendra jusqu’au 13 mai 2018 au Centre Pompidou, Place Georges-Pompidou, Paris IV.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Qui est Richard Gallo, pionnier de la performance artistique et sex symbol ?

Sex-symbol de l’underground new-yorkais dans les années 1970, le performeur Richard Gallo a fait de sa manière d’être une œuvre d’art à part entière. Au croisement de la mode, du bodybuilding et du théâtre, sa pratique subversive a transformé la rue en une scène expérimentale, où il exhibait sa musculature parfaite et son vestiaire licencieux mêlant esthétique camp, sado-masochisme et glamour hollywoodien.

Rencontre avec Juan Alvear, le nail artist favori des popstars

Il a réalisé des ongles pour Charli XCX, FKA Twigs, Lil Nas X, Arca, Kelsey Lu ou encore Kim Petras. Juan Alvear, alias @nailsbyjuan.nyc sur Instagram, repousse les limites du nail art et remet en cause les normes policées de la beauté en nous plongeant dans un univers de conte de fée sous acide. Rencontre.

Les algorithmes ont-ils mauvais goût ?

Canal de diffusion essentiel pour les artistes contemporains, le réseau social Instagram est en quelque sorte devenu la première galerie virtuelle internationale. S’affranchissant des intermédiaires traditionnels du marché tels que les commissaires d’expositions ou encore les critiques, l’art 2.0 y prospère. Mais n’est-ce pas au risque de sa propre banalisation ?

Tahar Rahim : « On est en train de foutre en l’air la Terre »

Tahar Rahim a débarqué, il y a dix ans, avec la force et l’évidence d’un uppercut. C’est la révélation d’Un Prophète de Jacques Audiard, qui fait sensation à Cannes en 2009, repartant avec le Grand Prix du Jury, et qui décroche, l’année suivante, neuf Césars dont deux pour son jeune acteur (meilleur acteur et meilleur espoir masculin), ce qui n’était jamais arrivé jusqu’alors. Depuis, Tahar Rahim a multiplié les collaborations, en France comme à l’international. Il est aujourd’hui à l’affiche de The Eddy de Damien Chazelle, une série musicale signée Netflix, sortie le 8 mai 2020, où il joue au côté de sa compagne Leïla Bekhti. Retour sur le parcours, les désirs et les rêves d’un comédien exceptionnel.

Rencontre avec l’artiste Will Benedict, dont l’œuvre reflète l’absurdité du monde contemporain

Il a réalisé une vidéo sur une livreuse Uber Eats dominatrice, un mockumentary (« documentaire parodique », en français) dans lequel des humains nus tombent du ciel, une campagne vidéo apocalyptique pour Balenciaga ou encore des émissions culinaires surnaturelles. Fasciné par l’absurdité humaine, l’artiste américain Will Benedict infiltre la médiasphère et décrypte les codes de l’infotainment avec son humour débridé. Rencontre.

Pourquoi le monde de l’art est-il fasciné par l’adolescence ?

Depuis 2016, la curatrice Julia Marchand explore la fascination pour l’adolescence qu’elle a décelée chez de nombreux artistes via son projet curatorial Extramentale, fondé à Arles. Dans cette interview, elle déroule le fil de sa réflexion sur les connivences toujours plus fortes entre art et teenagehood, alors même que le monde adulte retombe selon elle dans l’adolescence.

lire la suite

> voir tout

Art

Découvrez la quatrième série mode de Ferry van der Nat issue d’Antidote : DESIRE