La copie peut-elle devenir un art à part entière ?

Article publié le 23 novembre 2018

Share :

Photo : un art wall de Gucci à New York annonçant l’exposition « The Artist Is Present ».
Texte : Antoine Leclerc-Mougne.

Soutiens indéfectibles de l’art contemporain, Gucci et son directeur artistique Alessandro Michele ont invité l’artiste italien Maurizio Cattelan à concevoir « The Artist Is Present » : une exposition événement qui interroge le concept de copie, à l’heure où les notions d’original et de plagiat sont plus que jamais affaiblies.

En passant par les puces de la Porte de Clignancourt à Paris, vous vous rendrez sûrement compte que la copie a bel et bien pris possession des lieux. Que ce soit à travers les faux t-shirts Gucci pendus sur des cintres, les copies de DVD vendus à la sauvette ou les contrefaçons de sneakers promues sans complexe, la copie est désormais partout, du périphérique de la capitale française jusqu’aux tableaux des plus grands musées, en passant par la grotte de Lascaux et les échoppes de Shanghai.

Shanghai, c’est justement la ville qu’ont choisi la maison de mode italienne Gucci et l’artiste Maurizio Cattelan, curateur de l’exposition, pour présenter au sein du Yuz Museum le travail d’une trentaine d’artistes chinois et internationaux ayant travaillé sur le concept de copie. Le lieu n’est évidemment pas choisi par hasard, car c’est bien dans la métropole chinoise qu’est née la pensée asiatique selon laquelle « la copie est l’original ». De quoi remettre en cause toutes les convictions occidentales liées au copyright.

Photo : la reproduction en légo du Sylvie Bag de Gucci par l’artiste Andy Hung Chi-Kin.

La force de « The Artist Is Present », c’est d’être une exposition dont le concept artistique flirte habilement avec la pensée méta. Le catalogue est une copie d’une édition du New York Times, et le titre et l’affiche de l’événement sont un duplicata pur et simple de la célèbre exposition du même nom imaginée par Marina Abramovic au MoMA en 2010. Bref, le ton est donné. Pour les rêves dans les rêves, on avait Inception de Christopher Nolan. Désormais pour l’art dans l’art, on pourra compter sur Maurizio Cattelan et Gucci qui nous font nous poser beaucoup de questions. La copie n’est-elle qu’une vulgaire reproduction sans âme et sans valeur ? Ou est-elle finalement une œuvre à part entière ? Afin de provoquer notre réflexion sur cette idée de faux mondialisé, Maurizio Cattelan a spécialement créé une mini réplique de la Chapelle Sixtine, remettant en cause l’unicité de l’œuvre voire même le statut de maître de la Renaissance attribué à Michel-Ange.

Photo : la reproduction de la Chapelle Sixtine par Maurizio Cattelan.

À l’image du curateur Maurizio Cattelan, les artistes invités ont eux aussi joué au jeu du clonage artistique dans 16 grandes salles du Yuz Museum. Elaine Sturtevant a ainsi recréé les œuvres de certains artistes iconiques du xxe siècle (Andy Warhol, Roy Lichtenstein), le collectif Superflex a reproduit, à partir de photos prises à la sauvette, les toilettes du Conseil de l’Union européenne à Bruxelles, et Margaret Lee a imaginé une réplique d’une des vitrines du grand magasin Barney’s à New York. L’artiste hongkongais Andy Hung Chi-Kin a lui osé le clin d’œil en reproduisant le fameux Sylvie bag de Gucci à partir de briques de Lego…

Le but ? Affirmer que la copie est un concept indispensable à l’évolution artistique et à la création, malgré la connotation immorale qu’elle évoque. Maurizio Cattelan l’a d’ailleurs déjà dit : « la copie est comme un blasphème : elle peut sembler irrespectueuse envers Dieu tout en étant la reconnaissance significative de son existence ». Ici, la complexité de la nature même de la copie ainsi que son processus créatif sont donc déconstruits, tout comme l’idée de création à caractère divin. La seule chose dont on peut être sûr, c’est que « l’originalité est surfaite », comme l’indique le manifeste introductif de l’exposition.

Photo : les toilettes du Conseil de l’Union européenne à Bruxelles reproduites à l’identique par le collectif Superflex.

De ce point de vue, la copie semble bien être la meilleure des flatteries ; de quoi pousser Christian Dior à se retourner dans sa tombe, lui qui avait fait sien le mantra « copier c’est voler » en l’affichant à destination de ses employés sur tous les murs de ses ateliers de l’avenue Montaigne. Question mœurs et évolutions des mentalités, on n’est décidément plus sur du copié-collé.

« The Artist Is Present », jusqu’au 16 décembre au Yuz Museum de Shanghai.

À lire aussi :

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Qui est Richard Gallo, pionnier de la performance artistique et sex symbol ?

Sex-symbol de l’underground new-yorkais dans les années 1970, le performeur Richard Gallo a fait de sa manière d’être une œuvre d’art à part entière. Au croisement de la mode, du bodybuilding et du théâtre, sa pratique subversive a transformé la rue en une scène expérimentale, où il exhibait sa musculature parfaite et son vestiaire licencieux mêlant esthétique camp, sado-masochisme et glamour hollywoodien.

Rencontre avec Juan Alvear, le nail artist favori des popstars

Il a réalisé des ongles pour Charli XCX, FKA Twigs, Lil Nas X, Arca, Kelsey Lu ou encore Kim Petras. Juan Alvear, alias @nailsbyjuan.nyc sur Instagram, repousse les limites du nail art et remet en cause les normes policées de la beauté en nous plongeant dans un univers de conte de fée sous acide. Rencontre.

Les algorithmes ont-ils mauvais goût ?

Canal de diffusion essentiel pour les artistes contemporains, le réseau social Instagram est en quelque sorte devenu la première galerie virtuelle internationale. S’affranchissant des intermédiaires traditionnels du marché tels que les commissaires d’expositions ou encore les critiques, l’art 2.0 y prospère. Mais n’est-ce pas au risque de sa propre banalisation ?

Tahar Rahim : « On est en train de foutre en l’air la Terre »

Tahar Rahim a débarqué, il y a dix ans, avec la force et l’évidence d’un uppercut. C’est la révélation d’Un Prophète de Jacques Audiard, qui fait sensation à Cannes en 2009, repartant avec le Grand Prix du Jury, et qui décroche, l’année suivante, neuf Césars dont deux pour son jeune acteur (meilleur acteur et meilleur espoir masculin), ce qui n’était jamais arrivé jusqu’alors. Depuis, Tahar Rahim a multiplié les collaborations, en France comme à l’international. Il est aujourd’hui à l’affiche de The Eddy de Damien Chazelle, une série musicale signée Netflix, sortie le 8 mai 2020, où il joue au côté de sa compagne Leïla Bekhti. Retour sur le parcours, les désirs et les rêves d’un comédien exceptionnel.

Rencontre avec l’artiste Will Benedict, dont l’œuvre reflète l’absurdité du monde contemporain

Il a réalisé une vidéo sur une livreuse Uber Eats dominatrice, un mockumentary (« documentaire parodique », en français) dans lequel des humains nus tombent du ciel, une campagne vidéo apocalyptique pour Balenciaga ou encore des émissions culinaires surnaturelles. Fasciné par l’absurdité humaine, l’artiste américain Will Benedict infiltre la médiasphère et décrypte les codes de l’infotainment avec son humour débridé. Rencontre.

Pourquoi le monde de l’art est-il fasciné par l’adolescence ?

Depuis 2016, la curatrice Julia Marchand explore la fascination pour l’adolescence qu’elle a décelée chez de nombreux artistes via son projet curatorial Extramentale, fondé à Arles. Dans cette interview, elle déroule le fil de sa réflexion sur les connivences toujours plus fortes entre art et teenagehood, alors même que le monde adulte retombe selon elle dans l’adolescence.

ArtCulture

lire la suite

> voir tout

ArtCulture

Découvrez la quatrième série mode de Ferry van der Nat issue d’Antidote : DESIRE