Art

Artistes et robots fusionnent au Grand Palais

Article publié le 20 avril 2018

Share :

Oeuvre : So Kanno & Takahiro Yamaguchi.

L’intelligence artificielle n’a jamais autant passionné et inquiété nos sociétés qui voient en elle une voie infinie vers le progrès mais aussi le chemin vers l’obsolescence de l’homme. Si l’on soupçonnait ses enjeux sociaux, politiques, économiques et mêmes écologiques, les maîtres de l’art mesurent sa contribution déjà majeure à leur discipline. La nouvelle grande exposition du Grand Palais mêle robots, art visuel et réalité virtuelle.

Une oeuvre d’art entièrement conçue à partir d’algorithmes ? C’est la proposition que fait Leonel Moura, l’un des artistes invités de l’exposition « Artistes & Robots » du Grand Palais, avec sa batteries de robots mobiles qui dessinent sur d’immenses toiles au rythme des signaux envoyés par leur cerveau électronique.

Alors que la montée en puissance de l’intelligence artificielle pose des questions éthiques et juridiques à l’échelle internationale, elle vient ici questionner la place de l’artiste au sein du monde de l’art. Divisée en trois parties, l’exposition invite à considérer dans un premier lieu « La machine à créer » où l’homme est indispensable à la création.

Oeuvre : Nicolas Schöffer, CYSP1.

Le parcours débute avec ce que l’exposition présente comme le premier robot artistique. Imaginé par Nicolas Schöffer en 1956, CYSP1 est une sculpture cybernétique aux couleurs de Mondrian animée par les variations sonores de l’environnement dans lequel il se trouve.

Une vision du futur développée plus loin dans « L’œuvre programmée » où l’artiste commence à perdre le contrôle sur sa création. Elle ne s’en émancipe que lorsqu’elle est douée d’intelligence artificelle, et ce dans la troisième partie de l’exposition. Quel statut attribuer alors à l’artiste dépassé par son oeuvre ? L’oeuvre devient-t-elle alors artiste ? Ce sont autant de questions contemporaines et dont les multiples réponses trouvent souvent écho dans le rapport entretenu par nos sociétés à la technologie omniprésente et omnisciente.

« Artistes et robots » est un parcours essentiel pour comprendre l’évolution de l’art contemporain au cours des soixante dernières années mais surtout pour envisager, redouter ou apprivoiser un futur où devront cohabiter humains et machines.

L’exposition « Artistes et Robots » se tiendra jusqu’au 9 juillet 2018 au Grand Palais, 3 Avenue du Général Eisenhower, Paris VIII.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Qui est Richard Gallo, pionnier de la performance artistique et sex symbol ?

Sex-symbol de l’underground new-yorkais dans les années 1970, le performeur Richard Gallo a fait de sa manière d’être une œuvre d’art à part entière. Au croisement de la mode, du bodybuilding et du théâtre, sa pratique subversive a transformé la rue en une scène expérimentale, où il exhibait sa musculature parfaite et son vestiaire licencieux mêlant esthétique camp, sado-masochisme et glamour hollywoodien.

Rencontre avec Juan Alvear, le nail artist favori des popstars

Il a réalisé des ongles pour Charli XCX, FKA Twigs, Lil Nas X, Arca, Kelsey Lu ou encore Kim Petras. Juan Alvear, alias @nailsbyjuan.nyc sur Instagram, repousse les limites du nail art et remet en cause les normes policées de la beauté en nous plongeant dans un univers de conte de fée sous acide. Rencontre.

Les algorithmes ont-ils mauvais goût ?

Canal de diffusion essentiel pour les artistes contemporains, le réseau social Instagram est en quelque sorte devenu la première galerie virtuelle internationale. S’affranchissant des intermédiaires traditionnels du marché tels que les commissaires d’expositions ou encore les critiques, l’art 2.0 y prospère. Mais n’est-ce pas au risque de sa propre banalisation ?

Tahar Rahim : « On est en train de foutre en l’air la Terre »

Tahar Rahim a débarqué, il y a dix ans, avec la force et l’évidence d’un uppercut. C’est la révélation d’Un Prophète de Jacques Audiard, qui fait sensation à Cannes en 2009, repartant avec le Grand Prix du Jury, et qui décroche, l’année suivante, neuf Césars dont deux pour son jeune acteur (meilleur acteur et meilleur espoir masculin), ce qui n’était jamais arrivé jusqu’alors. Depuis, Tahar Rahim a multiplié les collaborations, en France comme à l’international. Il est aujourd’hui à l’affiche de The Eddy de Damien Chazelle, une série musicale signée Netflix, sortie le 8 mai 2020, où il joue au côté de sa compagne Leïla Bekhti. Retour sur le parcours, les désirs et les rêves d’un comédien exceptionnel.

Rencontre avec l’artiste Will Benedict, dont l’œuvre reflète l’absurdité du monde contemporain

Il a réalisé une vidéo sur une livreuse Uber Eats dominatrice, un mockumentary (« documentaire parodique », en français) dans lequel des humains nus tombent du ciel, une campagne vidéo apocalyptique pour Balenciaga ou encore des émissions culinaires surnaturelles. Fasciné par l’absurdité humaine, l’artiste américain Will Benedict infiltre la médiasphère et décrypte les codes de l’infotainment avec son humour débridé. Rencontre.

Pourquoi le monde de l’art est-il fasciné par l’adolescence ?

Depuis 2016, la curatrice Julia Marchand explore la fascination pour l’adolescence qu’elle a décelée chez de nombreux artistes via son projet curatorial Extramentale, fondé à Arles. Dans cette interview, elle déroule le fil de sa réflexion sur les connivences toujours plus fortes entre art et teenagehood, alors même que le monde adulte retombe selon elle dans l’adolescence.

lire la suite

> voir tout

Art

Découvrez la quatrième série mode de Ferry van der Nat issue d’Antidote : DESIRE