L’artiste Mohamed Bourouissa dépeint la culture hippique d’un ghetto américain

Article publié le 10 février 2018

Art

© Mohamed Bourouissa.
Texte : Maxime Retailleau

L’artiste franco-algérien présente sa première grande exposition dans une institution française, au Musée d’art moderne, dédiée à un concours de « horse tuning ».

Mohamed Bourouissa a passé huit mois au sein du club hippique de Fletcher Street à Philadelphie, qui récupère des chevaux abandonnés voués à l’abattage, ensuite montés par le membres de la communauté afro-américaine du quartier défavorisé de Strawberry Mansion. Il y a tissé des liens avec la population locale, et créé un événement baptisé « Horse Day » : juchés sur des montures ornés de rubans colorés, CD vierges et autres tissus récupérés assemblés par des artistes, les cavaliers ont alors paradé devant un jury pour tenter de remporter le prix de « horse tuning ».

L’exposition « Urban Riders » au Musée d’art moderne, à Paris, présente un court film réalisé par Mohamed Bourouissa revenant sur cet événement, où le mythe du cowboy se réinvente avec des protagonistes noirs, dans un décor bétonné qui tranche d’avec la connotation upperclass des sports hippiques.

© Mohamed Bourouissa.

Cette exposition personnelle en France est loin d’être la première dédiée au projet : entamé en 2014, il a été présenté au Stedelijk Museum d’ Amsterdam, à la Fondation Barnes à Philadelphie, ou encore au Haus der Kunst à Munich. « À un moment donné, je me sentais blessé, mais bon, c’est le lot de beaucoup d’artistes d’être reconnus à l’étranger avant de travailler en France », confie d’ailleurs Mohamed Bourouissa à ce sujet.

Le court-métrage « Horse Day » se situe dans le prolongement des précédentes œuvres de l’artiste, dont la marginalité et la banlieue constituent les fils rouges. En 2002, le projet « Nous sommes “Halles” » est constitué de portraits de banlieusards vêtus en Lacoste, photographiés dans le quartier du même nom. « Temps Mort » revient lui sur six mois d’échanges téléphoniques illégaux entre Mohamed Bourouissa et l’un de ses amis détenu en prison, rassemblant des SMS, photos et vidéos dépeignant sa vie en milieu carcéral. L’artiste compose ensuite une œuvre qui rassemble les enregistrements obtenus depuis de petites caméras accrochées sur les vendeurs à la sauvette de Barbès-Rochechouart, filmant leurs clients, toujours avec l’infiltration comme modus operandi – comme pour « Temps Mort » et « Urban Riders ».

© Mohamed Bourouissa.

L’exposition « Urban riders » de Mohamed Bourouissa se tiendra jusqu’au 22 avril 2018 au Musée d’art moderne de la Ville de Paris, 11 avenue du Président-Wilson, Paris 16.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Shalva Nikvashvili : « La liberté de notre société est une utopie à laquelle je rêve encore »

Après avoir quitté l’ultra-orthodoxe Géorgie et s’être heurté à l’hostilité de la société occidentale face à sa condition d’immigré, l’artiste Shalva Nikvashvili explore la notion d’identité à travers une pluralité de médiums allant de la sculpture au dessin en passant la vidéo, la photographie ou encore la poésie. Ses créations plastiques tiennent d’un savoir artistique fait main et interpellent par les matières recyclées avec lesquelles elles sont exécutées et leur design hétéroclite. Elles traduisent par ailleurs une adresse manuelle que l’artiste tient de son éducation au milieu de la campagne géorgienne, à Sighnaghi, son village natal, où il a appris à faire œuvre de rien dès son plus jeune âge.

Lire la suite

Les photos des vernissages de l’exposition « Antidote Curates x Mariette Pathy Allen »

Merci d’avoir été aussi nombreux·ses aux vernissages de « Antidote Curates x Mariette Pathy Allen », la première exposition solo parisienne dédiée à l’artiste pionnière Mariette Pathy Allen. Ces événements se sont déroulés plusieurs soirs de suite afin de pouvoir accueillir un maximum de personnes, malgré les restrictions liées à la Covid-19 (pour précision, toutes les personnes présentes au sein de la galerie portaient un masque, mis à part lorsqu’elles étaient prises en photo). L’exposition, qui a démarré le 27 janvier, se tiendra jusqu’au 10 février 2022 (du mardi au dimanche, de 11h30 à 19h30, au 20 rue des Gravilliers, dans le troisième arrondissement de Paris), avec le soutien de Gucci.

Lire la suite

Qui est la première artiste invitée par Antidote Curates, bientôt exposée à Paris ?

La première exposition Antidote Curates rassemblera des photographies de Mariette Pathy Allen du 27 janvier au 10 février 2022 (du mardi au dimanche, de 11h30 à 19h30), au 20 rue des Gravilliers, dans le 3ème arrondissement de Paris, avec le soutien de Gucci. Voici son interview, issue de la première édition d’Antidote Curates, parue en septembre dernier.

Lire la suite

Antidote organise la première exposition solo de la photographe Mariette Pathy Allen à Paris

Nous vous accueillerons du 27 janvier au 10 février 2022 (du mardi au dimanche, de 11h30 à 19h30) au 20 rue des Gravilliers, dans le troisième arrondissement de Paris, et espérons que vous serez nombreux·ses à venir découvrir l’œuvre de Mariette Pathy Allen à travers cette première exposition Antidote Curates, organisée avec le soutien de Gucci.

Lire la suite

Qui est Lev Khesin, l’artiste inspiré par la cosmologie qui a collaboré avec Berluti ?

Installé à Berlin depuis une vingtaine d’années, l’artiste russe Lev Khesin est le dernier à avoir été invité par la maison Berluti pour une collaboration. Dévoilée en avril 2021 à travers un film intitulé « Living Apart Together » et immortalisée par le photographe Lee Wei Swee dans notre dernier numéro, la collection automne-hiver 2021/2022 de la maison offrait une nouvelle dimension aux peintures abstraites de l’artiste russe, né en 1981, retranscrites par Kris Van Assche sur des chemises en soie, des pulls ou encore des costumes. 

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.