L’artiste Mohamed Bourouissa dépeint la culture hippique d’un ghetto américain

Article publié le 10 février 2018

Share :

© Mohamed Bourouissa.
Texte : Maxime Retailleau

L’artiste franco-algérien présente sa première grande exposition dans une institution française, au Musée d’art moderne, dédiée à un concours de « horse tuning ».

Mohamed Bourouissa a passé huit mois au sein du club hippique de Fletcher Street à Philadelphie, qui récupère des chevaux abandonnés voués à l’abattage, ensuite montés par le membres de la communauté afro-américaine du quartier défavorisé de Strawberry Mansion. Il y a tissé des liens avec la population locale, et créé un événement baptisé « Horse Day » : juchés sur des montures ornés de rubans colorés, CD vierges et autres tissus récupérés assemblés par des artistes, les cavaliers ont alors paradé devant un jury pour tenter de remporter le prix de « horse tuning ».

L’exposition « Urban Riders » au Musée d’art moderne, à Paris, présente un court film réalisé par Mohamed Bourouissa revenant sur cet événement, où le mythe du cowboy se réinvente avec des protagonistes noirs, dans un décor bétonné qui tranche d’avec la connotation upperclass des sports hippiques.

© Mohamed Bourouissa.

Cette exposition personnelle en France est loin d’être la première dédiée au projet : entamé en 2014, il a été présenté au Stedelijk Museum d’ Amsterdam, à la Fondation Barnes à Philadelphie, ou encore au Haus der Kunst à Munich. « À un moment donné, je me sentais blessé, mais bon, c’est le lot de beaucoup d’artistes d’être reconnus à l’étranger avant de travailler en France », confie d’ailleurs Mohamed Bourouissa à ce sujet.

Le court-métrage « Horse Day » se situe dans le prolongement des précédentes œuvres de l’artiste, dont la marginalité et la banlieue constituent les fils rouges. En 2002, le projet « Nous sommes “Halles” » est constitué de portraits de banlieusards vêtus en Lacoste, photographiés dans le quartier du même nom. « Temps Mort » revient lui sur six mois d’échanges téléphoniques illégaux entre Mohamed Bourouissa et l’un de ses amis détenu en prison, rassemblant des SMS, photos et vidéos dépeignant sa vie en milieu carcéral. L’artiste compose ensuite une œuvre qui rassemble les enregistrements obtenus depuis de petites caméras accrochées sur les vendeurs à la sauvette de Barbès-Rochechouart, filmant leurs clients, toujours avec l’infiltration comme modus operandi – comme pour « Temps Mort » et « Urban Riders ».

© Mohamed Bourouissa.

L’exposition « Urban riders » de Mohamed Bourouissa se tiendra jusqu’au 22 avril 2018 au Musée d’art moderne de la Ville de Paris, 11 avenue du Président-Wilson, Paris 16.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Qui est Richard Gallo, pionnier de la performance artistique et sex symbol ?

Sex-symbol de l’underground new-yorkais dans les années 1970, le performeur Richard Gallo a fait de sa manière d’être une œuvre d’art à part entière. Au croisement de la mode, du bodybuilding et du théâtre, sa pratique subversive a transformé la rue en une scène expérimentale, où il exhibait sa musculature parfaite et son vestiaire licencieux mêlant esthétique camp, sado-masochisme et glamour hollywoodien.

Rencontre avec Juan Alvear, le nail artist favori des popstars

Il a réalisé des ongles pour Charli XCX, FKA Twigs, Lil Nas X, Arca, Kelsey Lu ou encore Kim Petras. Juan Alvear, alias @nailsbyjuan.nyc sur Instagram, repousse les limites du nail art et remet en cause les normes policées de la beauté en nous plongeant dans un univers de conte de fée sous acide. Rencontre.

Les algorithmes ont-ils mauvais goût ?

Canal de diffusion essentiel pour les artistes contemporains, le réseau social Instagram est en quelque sorte devenu la première galerie virtuelle internationale. S’affranchissant des intermédiaires traditionnels du marché tels que les commissaires d’expositions ou encore les critiques, l’art 2.0 y prospère. Mais n’est-ce pas au risque de sa propre banalisation ?

Tahar Rahim : « On est en train de foutre en l’air la Terre »

Tahar Rahim a débarqué, il y a dix ans, avec la force et l’évidence d’un uppercut. C’est la révélation d’Un Prophète de Jacques Audiard, qui fait sensation à Cannes en 2009, repartant avec le Grand Prix du Jury, et qui décroche, l’année suivante, neuf Césars dont deux pour son jeune acteur (meilleur acteur et meilleur espoir masculin), ce qui n’était jamais arrivé jusqu’alors. Depuis, Tahar Rahim a multiplié les collaborations, en France comme à l’international. Il est aujourd’hui à l’affiche de The Eddy de Damien Chazelle, une série musicale signée Netflix, sortie le 8 mai 2020, où il joue au côté de sa compagne Leïla Bekhti. Retour sur le parcours, les désirs et les rêves d’un comédien exceptionnel.

Rencontre avec l’artiste Will Benedict, dont l’œuvre reflète l’absurdité du monde contemporain

Il a réalisé une vidéo sur une livreuse Uber Eats dominatrice, un mockumentary (« documentaire parodique », en français) dans lequel des humains nus tombent du ciel, une campagne vidéo apocalyptique pour Balenciaga ou encore des émissions culinaires surnaturelles. Fasciné par l’absurdité humaine, l’artiste américain Will Benedict infiltre la médiasphère et décrypte les codes de l’infotainment avec son humour débridé. Rencontre.

Pourquoi le monde de l’art est-il fasciné par l’adolescence ?

Depuis 2016, la curatrice Julia Marchand explore la fascination pour l’adolescence qu’elle a décelée chez de nombreux artistes via son projet curatorial Extramentale, fondé à Arles. Dans cette interview, elle déroule le fil de sa réflexion sur les connivences toujours plus fortes entre art et teenagehood, alors même que le monde adulte retombe selon elle dans l’adolescence.

ArtCulture

lire la suite

> voir tout

ArtCulture

Découvrez la quatrième série mode de Ferry van der Nat issue d’Antidote : DESIRE