Comment aider les Ukrainien·ne·s ?

Article publié le 1 mars 2022

Voici une liste non-exhaustive des manières d’aider les civil·e·s Ukrainien·ne·s, alors que la Russie tente d’envahir leur pays. 

Lancée le jeudi 24 février au petit matin par Vladimir Poutine, l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe a très rapidement été décrite dans les médias comme le plus grave conflit en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale. Et alors que l’armée russe bombarde de nombreuses villes ukrainiennes depuis six jours, malgré l’indignation internationale et les lourdes sanctions économiques prises à l’encontre de la Russie, le combat continue de s’intensifier, contraignant les populations locales à trouver refuge tantôt dans les parkings souterrains ou les bouches de métro, quand elles n’ont pas déjà fui le pays pour rejoindre les États voisins membres de l’Union européenne, tels que la Pologne, la Hongrie, la Roumanie ou encore la Slovaquie, voire même des pays plus distants, comme la France.
« Nous avons maintenant plus de 660 000 réfugié·e·s qui ont fui l’Ukraine vers les pays voisins au cours des six derniers jours seulement », déclarait ce mardi Shabia Mantoo, porte-parole du Haut commissariat aux réfugiés (HCR), l’Agence des Nations Unies pour les réfugié·e·s, lors d’une conférence de presse à Genève. Dans de très nombreuses villes dans le monde, de Paris à Berlin, de Prague à Athènes, de Londres à Tbilissi – et même en Russie, malgré l’interdiction de manifester -, des centaines de milliers de personnes sont par ailleurs descendues dans les rues pour protester contre cette guerre qui a déjà tué plus de 350 civil·e·s et blessé beaucoup d’autres.
Alors que le Ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin annonçait hier sur France 2 que la France avait déjà fait parvenir 33 tonnes d’aide humanitaire en Pologne et s’apprêtait à acheminer cette semaine 30 tonnes de matériel (tentes, médicaments, nourriture…), et que l’Union européenne a promis de débourser 500 millions d’euros pour l’aide humanitaire, nombreuses sont les associations caritatives qui ont en parallèle lancé des appels aux dons d’argent, de médicaments, de matériel médical, de vêtements ou de produits de première nécessité afin d’aider les personnes sur place ou réfugiées dans d’autres pays. Voici une liste des différentes possibilités qui s’offrent pour aider les civil·e·s Ukrainien·ne·s :

Faire un don d’argent fiat

La Croix-Rouge
Présente en Ukraine depuis le déclenchement du conflit, en 2014, la Croix-Rouge a mis en place un appel aux dons afin de réparer et d’approvisionner les infrastructures médicales, de fournir de la nourriture et des produits de première nécessité à la population.
https://www.icrc.org/fr/don/crise-en-ukraine
Le Haut commissariat aux réfugiés
Installé en Ukraine depuis 1994, le HCR y apporte également une aide humanitaire depuis 2014. Suite à l’invasion russe, il a lancé un appel d’urgence afin de pouvoir mener à bien sa mission et d’aider les familles contraintes de fuir leur foyer.
donner.unhcr.org/urgence-ukraine.
Fonds humanitaire ukrainien
Dirigé par l’Organisation des Nations unies, il vise à récolter de l’argent, en dollars, pour le redistribuer directement à un large panel d’organisations installées en Ukraine. Les donations se font via le site internet de l’ONU.
https://crisisrelief.un.org/t/ukraine
Le Secours populaire
Le Secours populaire, qui lutte contre la pauvreté, a lancé un appel aux dons suite au commencement de la guerre en Ukraine.
https://don.secourspopulaire.fr/ukraine/~mon-don?ns_ira_cr_arg=IyMjIyMjIyMjIyMjIyMjIyMjIyMjIyMjIyMjIyMjIyM1UYyKvlSqCkxROuvxTw50YQns126STF%2BTOgkJ7vjq8N%2FqbkkQ3w07qJ9pvIZQud0AO5zHHPu35wdGOMBAGIfc&_cv=1
Care International
Fournissant la population en eau, en nourriture et en kits d’hygiène, l’ONG espère récolter 10 millions d’euros de dons et souhaite mettre en place un appui psychosocial pour gérer les conséquences des traumatismes liés au conflit et aux déplacements, notamment chez les enfants.
https://soutenir.carefrance.org/urgence-ukraine/~mon-don
United Help Ukraine
Organisation américaine à but non lucratif créée après l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014, elle aide « ceux·celles qui sont en première ligne pour protéger l’Ukraine de l’invasion russe », ainsi que leurs familles et ceux·celles que la crise a déplacé·e·s, en fournissant des trousses de premiers secours individuelles.
https://unitedhelpukraine.org
Aide médicale caritative (AMC) France – Ukraine
Basée dans les Yvelines et présidée par Dmytro Atamanyuk, un pharmacien installé en France depuis 14 ans, cette association récolte et achemine depuis 2014 du matériel médical pour soigner les blessés sur tout le territoire ukrainien. Elle a lancé un appel aux dons de matériels, comme des compresses ou des antibiotiques, et a mis en place une collecte de fonds via la plateforme HelloAsso.
https://www.helloasso.com/don/associations/aide-medicale-caritative-france-ukraine
http://amc.ukr.fr/
Alliance Occitanie Ukraine
Créée en 2007 près de Perpignan, cette association organise depuis 2018 des convois de matériel médical et paramédical vers l’Ukraine. Aujourd’hui, elle a notamment besoin de pansements, de perfusions, de compresses, de bouteilles de Bétadine ou encore d’eau oxygénée afin de composer des kits de première nécessité pour venir en aide aux civil·e·s, qui doivent faire face à des pharmacies dévalisées et à des soins hospitaliers souvent payants.
https://www.facebook.com/OccitanieUkraine/
The Kyiv Independent
Alors que la guerre s’accompagne d’une campagne de désinformation menée par les médias contrôlés par le Kremlin, le journal indépendant ukrainien « The Kyiv Independant » a lancé un appel aux dons afin de permettre à ses équipes de continuer à travailler sur le terrain, pour couvrir de manière impartiale le conflit et ainsi donner accès à des informations fiables.
https://www.gofundme.com/f/kyivindependent-launch
Sunflower of Peace
L’ONG a lancé une collecte de fonds sur Facebook afin de préparer des sacs à dos médicaux de premiers secours pour les ambulancier·ère·s paramédicaux·les et les médecins. Elle assure que chaque sac à dos pourrait « sauver jusqu’à 10 vies ».
https://www.facebook.com/donate/507886070680475/
Médecins du Monde
Les bénévoles de l’association travaillent depuis 2014 dans les régions séparatistes de Donetsk et Louhansk, dans l’est de l’Ukraine.
https://dons.medecinsdumonde.org/123/~mon-don?utm_campaign=20220223_Ukraine&utm_medium=email&utm_source=urgence&utm_content=classiques
Médecins sans frontières
Mobilisée en Ukraine et dans les pays limitrophes (Pologne, Hongrie, Moldavie, Roumanie et Slovaquie) où se massent les réfugié·e·s, l’ONG « Médecins sans frontières » porte assistance aux populations dont la vie et la santé sont menacées par les conflits, les épidémies ou les catastrophes naturelles.
https://soutenir.msf.fr/arya/~mon-don
Razom
Active principalement en Ukraine, Razom a été créée pour soutenir le peuple ukrainien dans sa quête d’une société démocratique. Elle collecte notamment de l’argent pour les réfugié·e·s et afin d’apporter des fournitures médicales aux personnes engagées dans la défense de la démocratie en Ukraine, civil·e·s comme militaires.
https://www.paypal.com/donate/?cmd=_s-xclick&hosted_button_id=FYFZPVQN8J7YC&source=url

Accueillir des réfugié·e·s

Les réfugié·e·s ukrainien·ne·s sont « les bienvenu·e·s en France », a assuré le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, alors que les Nations unies estiment que leur nombre pourrait grimper jusqu’à 4 millions. Plusieurs municipalités de France se sont d’ailleurs déclarées prêtes à en accueillir. À Lille, la maire Martine Aubry a ainsi annoncé que 250 places étaient dès à présent disponibles et a lancé un appel aux particuliers susceptibles de pouvoir héberger des réfugié·e·s.
Un appel similaire a également été lancé par l’association AMC France Ukraine, qui a mis en place une adresse mail spécialement dédiée aux personnes souhaitant accueillir des réfugiés ukrainien·ne·s chez eux·elles : [email protected].


Venir en aide aux personnes racisées, LGBTQIA+, handicapées, âgées, aux femmes et aux enfants 

Les communautés LGBTQIA+ sont particulièrement menacées par l’invasion russe menée par le régime LGBTphobe de Vladimir Poutine, qui selon les États-Unis aurait dressé une liste d’activistes LGBTQIA+ à tuer ou à envoyer dans des camps. L’organisme « Ukraine Pride » a ainsi lancé un appel aux dons via son compte Instagram.
https://www.instagram.com/ukraine.Pride/
Sur Twitter, différentes collectes de fonds permettent de venir en aide aux personnes d’origine africaine ou carribéenne actuellement en Ukraine. Plusieurs d’entre elles ont été présentées dans la série de tweets ci-dessous.
https://mobile.twitter.com/korrinesky/status/1497589436904660992
L’ONG Women’s Federation for World Peace, spécialisée dans la défense des droits des femmes, a créé une cagnotte en ligne afin de prendre notamment en charge psychologiquement les réfugié·e·s, en grande partie des femmes et des enfants.
https://www.globalgiving.org/projects/rehabilitation-programs-for-ukraine-refugees/
De leur côté, les ONG Fight For Right et Everyone Can Foundation, à qui il est également possible de faire des dons, se concentrent sur la défense des droits des personnes handicapées depuis l’invasion russe et apportent une aide médicale et sociale aux enfants handicapé·e·s et personnes âgées.
https://eng.ffr.org.ua/projects
https://everybodycan.com.ua
Enfin, spécialisée dans l’aide aux enfants, l’organisation Save the Children a besoin de dons pour fournir, entre autres, de la nourriture et des couvertures aux enfants ukrainiens.
https://support.savethechildren.org/site/Donation2?df_id=5748&mfc_pref=T&5748.donation=form1

 

Faire un don en cryptomonnaie

Outres les dons dans les devises traditionnelles, il est également possible de faire des dons en cryptomonnaies, ces dernières ayant l’avantage d’être rapides à envoyer et à recevoir.
L’ONG « Come Back Alive » a ainsi annoncé qu’elle était ouverte aux dons en bitcoins ou en ethers.
https://www.comebackalive.in.ua/
De son côté, la plateforme d’échange de cryptomonnaies Binance a lancé un site de crowdfunding pour aider l’Ukraine grâce à des dons en cryptomonnaies.
https://www.binance.charity/Ukraine-Emergency-Relief-Fund

Faire un don de matériel

À l’Église autocéphale orthodoxe Saint-Simon (6 rue de Palestine, Paris 19e)
Il est possible d’y apporter des médicaments et produits de soins (pansements, trousses de premiers secours, antidouleurs, bandages, solutions désinfectantes, gants jetables), des couvertures, des sacs de couchage, des matelas, des oreillers, des tentes, des produits d’hygiène (savon, dentifrice, brosses à dents, couches, masques jetables), des produits alimentaires (eau, barres énergétiques, fruits secs, conserves, riz) ou encore des piles.
À la Cathédrale Saint-Volodymyr-le-Grand (51 rue des Saints-Pères, Paris 6e)
La cathédrale recueille des dons de vêtements, de sacs de couchage, de produits hygiéniques, et de médicaments.
Au Learning Planet Institut (8bis rue Charles V, Paris 4e)
Il est possible d’y déposer des trousses de premiers secours, des médicaments, des bandages, des compresses, des couvertures, des vêtements chauds, des sacs de couchage, des aliments non périssables et des produits d’hygiène.

Les plus lus

Pourquoi le concept de « décroissance » est-il tabou ?

Alors que, sur fond de crise climatique et énergétique majeure, les décideur•se•s de tous bords nous encouragent à faire preuve de sobriété dans nos modes de consommation, un tabou demeure : celui d’une éventuelle décroissance. Dans un système dont croître est la raison d’être, comment s’autoriser à changer de paradigme ? Petit tour d’horizon de celles et ceux qui ont posé les jalons de ce courant de pensée et de leurs arguments.

Lire la suite

Alok Vaid-Menon, artiste et activiste intersectionnel : « On change les gens en les aimant plus qu’il·elle·s ne nous détestent »

De son enfance au Texas à sa vie d’adulte à New York en passant par ses études de genre à l’université Stanford, en Californie, l’artiste et activiste trans et non-binaire Alok Vaid-Menon a, au fil du temps, appris à déconstruire les stéréotypes liés à la binarité de genre pour les dépasser. Conscient·e  très tôt d’être différent·e, mais ne disposant pas du langage lui permettant de s’exprimer pleinement malgré le soutien de sa famille, iel met aujourd’hui toute son énergie au service de cette cause, multipliant les initiatives pour faire évoluer les mentalités vers plus de bienveillance et de tolérance, malgré un climat politique anxiogène et rétrograde. Rencontre.

Lire la suite

Alok Vaid-Menon, artist and intersectional activist: « We change people by loving them more than they hate us »

From a childhood in Texas to an adult life in New York City and a gender studies degree from Stanford University in California, trans and non-binary artist and activist Alok Vaid-Menon has learned to gradually deconstruct gender stereotypes and move beyond them. Conscious of being different from an early age but lacking the language to express themselves fully despite their family’s support, they now devote all their energy to this cause through several initiatives aimed at changing people’s ways of thinking and promoting more kindness and tolerance, despite the current anxiety-inducing and reactionary political climate.

Lire la suite

La philanthropie des milliardaires : altruisme sincère ou stratégie dissimulée ?

Suivant l’exemple de Bill Gates et autres Warren Buffet, les déclarations de dons des milliardaires américain·e·s se multiplient. Or, cette vague philanthropique est loin d’être totalement désintéressée et peine à dissimuler sa visée libérale.

Lire la suite

Comment le business des données personnelles menace nos libertés individuelles ?

Depuis quelques années, le business model des mastodontes du web s’articule autour de la collecte acharnée de données, revendues à prix d’or afin de dresser des profils de consommateur·rice·s toujours plus pointus. Ce juteux négoce, où les Gafam se taillent la part du lion, nourrit un capitalisme qui menace à la fois le droit individuel et les libertés collectives, mais pourrait bien être enrayé par l’avènement du web 3.0. Un idéal d’Internet décentralisé rêvé, entre autres, par les cypherpunks. Enquête.

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.