La transidentité n’est plus considérée comme une pathologie

Article publié le 29 mai 2019

Photo : Nathan Westling.
29/05/2019

L’Organisation Mondiale de la Santé vient officiellement de retirer la transidentité de la liste des « troubles mentaux et du comportement ».

Samedi 25 mai dernier, l’Organisation Mondiale de la Santé (rattachée à l’ONU) a voté l’adoption d’une nouvelle classification internationale des maladies, la CIM, dans laquelle la transidentité ne figure plus dans la liste des maladies mentales. Rendue publique le 18 juin 2018, il aura fallu près d’un an à l’Assemblée mondiale de la santé pour valider cette onzième version du texte – qui n’avait pas été révisé depuis le début des années 90.

Ce vote constitue une avancée dans la lutte contre la transphobie : dans la catégorisation précédente, la transidentité relevait en effet toujours, selon l’OMS, des « troubles mentaux et du comportement ». Déplacée dans le chapitre « Santé sexuelle » sous l’appellation « incongruence de genre », la transidentité n’est désormais plus considérée comme une pathologie. Cependant, plusieurs associations luttant contre la stigmatisation des personnes qui s’identifient à un autre genre que celui qui leur a été assigné à la naissance dénoncent cette nouvelle catégorisation, et le vocabulaire employé par l’OMS. Car le terme « incongruence », qui suggère l’idée d’une anomalie et définit la transidentité par rapport à une norme, paraît toujours discriminant. De plus, la transidentité ne peut se résumer qu’à une question de sexualité.

Mais c’est surtout l’introduction d’une nouveauté concernant les enfants trans pré-pubertaire qui est rejetée par les associations, qui dénoncent également l’utilisation du terme « diagnostic ». En effet, la CIM-11 déclare désormais que, chez les enfants, «  l’incongruence de genre doit persister pendant environ 2 ans » pour être reconnue et que « le comportement déviant de genre et les préférences seules ne sont pas une base suffisante pour déterminer un diagnostic. » Une déclaration qui prolonge l’attente et sous-entend que l’identité de genre ne peut être autodéterminée chez les plus jeunes. 

Si la France avait fait figure de pionnière en étant le premier pays au monde à retirer la transidentité de la liste des maladies psychiatriques en 2010, près d’une décennie plus tard, cette nouvelle avancée mondiale n’est donc que partielle. Par ailleurs, si les personnes trans ne seront plus considérées comme atteintes de trouble mentaux, l’intersexuation est désormais qualifiée de « trouble du développement sexuel ». Une décision qui va à l’encontre des revendications des associations qui luttent pour mettre fin aux interventions chirurgicales et traitements hormonaux non consentis.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Pourquoi les masculinistes inondent certains comptes Instagram avec des émojis médaille ?

Une technique de cyberharcèlement qui cible des activistes et des personnalités, notamment féministes ou LGBTQ+, ou encore des médias – dont Antidote -, en s’attaquant à leurs réseaux sociaux.

Lire la suite

Quand le masculin cessera-t-il (enfin) de l’emporter ?

Qui de mieux placé·e pour parler de l’écriture inclusive qu’une personne directement concernée par ce sujet ? C’est partant de ce principe qu’Antidote a choisi de publier cette tribune en faveur du langage épicène, rédigée par une personne non-binaire l’employant au quotidien, ce qui lui permet notamment de retranscrire une conception non-binaire du genre lorsqu’elle parle d’elle-même. Iel y revient sur le débat houleux qui entoure cette réforme orthographique, encore largement perçue sous le prisme du féminisme et qui fait face à une menace d’interdiction au sein du service public – les projets de loi se succédant depuis plusieurs mois pour lui défendre l’usage de l’écriture inclusive, notamment dans les écoles.

Lire la suite

Joan Tronto, philosophe du care : « Réparer et maintenir en vie les êtres vivants devraient être notre priorité »

Signifiant tout à la fois « soigner », « faire attention à » ou encore « se soucier de », le terme anglais « care » est aujourd’hui le fil rouge d’un courant intellectuel né dans les années 80 pour promouvoir une société plus juste et équitable où la question du bien-être de tous·tes est la préoccupation centrale. Grande penseuse de cette « éthique du care », l’universitaire féministe Joan Tronto prône également un monde plus égalitaire marqué par une meilleure répartition du « caring work », ce travail souvent dévalorisé par notre société capitaliste qui consiste à prendre soin les un·e·s des autres, mais aussi de l’environnement.

Lire la suite

Pas d’égalité sans les putes

Longtemps réduit∙e∙s au silence et minorisé∙e∙s, les travailleur∙se∙s du sexe ont trouvé dans les grands courants d’émancipation actuels de nouveaux alliés. Nous leur avons donné la parole afin de comprendre leur vécu, mais aussi leurs arguments contre la politique répressive de notre pays. Nul doute que leur lutte constitue l’un des grands combats égalitaires du temps présent.

Lire la suite

Faudrait-il décriminaliser toutes les drogues ?

Portugal, Canada, Oregon… À travers le monde, les politiques pénales en matière de drogues changent et la légalisation ainsi que la dépénalisation progressent. Une voie à imiter en France ?

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.