La transidentité n’est plus considérée comme une pathologie

Article publié le 29 mai 2019

Share :

Photo : Nathan Westling.
29/05/2019

L’Organisation Mondiale de la Santé vient officiellement de retirer la transidentité de la liste des « troubles mentaux et du comportement ».

Samedi 25 mai dernier, l’Organisation Mondiale de la Santé (rattachée à l’ONU) a voté l’adoption d’une nouvelle classification internationale des maladies, la CIM, dans laquelle la transidentité ne figure plus dans la liste des maladies mentales. Rendue publique le 18 juin 2018, il aura fallu près d’un an à l’Assemblée mondiale de la santé pour valider cette onzième version du texte – qui n’avait pas été révisé depuis le début des années 90.

Ce vote constitue une avancée dans la lutte contre la transphobie : dans la catégorisation précédente, la transidentité relevait en effet toujours, selon l’OMS, des « troubles mentaux et du comportement ». Déplacée dans le chapitre « Santé sexuelle » sous l’appellation « incongruence de genre », la transidentité n’est désormais plus considérée comme une pathologie. Cependant, plusieurs associations luttant contre la stigmatisation des personnes qui s’identifient à un autre genre que celui qui leur a été assigné à la naissance dénoncent cette nouvelle catégorisation, et le vocabulaire employé par l’OMS. Car le terme « incongruence », qui suggère l’idée d’une anomalie et définit la transidentité par rapport à une norme, paraît toujours discriminant. De plus, la transidentité ne peut se résumer qu’à une question de sexualité.

Mais c’est surtout l’introduction d’une nouveauté concernant les enfants trans pré-pubertaire qui est rejetée par les associations, qui dénoncent également l’utilisation du terme « diagnostic ». En effet, la CIM-11 déclare désormais que, chez les enfants, «  l’incongruence de genre doit persister pendant environ 2 ans » pour être reconnue et que « le comportement déviant de genre et les préférences seules ne sont pas une base suffisante pour déterminer un diagnostic. » Une déclaration qui prolonge l’attente et sous-entend que l’identité de genre ne peut être autodéterminée chez les plus jeunes. 

Si la France avait fait figure de pionnière en étant le premier pays au monde à retirer la transidentité de la liste des maladies psychiatriques en 2010, près d’une décennie plus tard, cette nouvelle avancée mondiale n’est donc que partielle. Par ailleurs, si les personnes trans ne seront plus considérées comme atteintes de trouble mentaux, l’intersexuation est désormais qualifiée de « trouble du développement sexuel ». Une décision qui va à l’encontre des revendications des associations qui luttent pour mettre fin aux interventions chirurgicales et traitements hormonaux non consentis.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

La persistance de fantasmes sexuels racistes, de Gauguin à Grindr

La dénonciation récente des violences policières à l’encontre d’individus noirs a mis en lumière l’ancrage du racisme dans les pays occidentaux. Si la population est au commencement d’une introspection, les études universitaires questionnent pourtant les sources du racisme en Occident depuis les années 1980, dans le cadre des « études post-coloniales ». Dans la même veine, de récentes analyses déconstruisent les stéréotypes autour des mythes sexuels des corps non-blancs.

Société

À quand une place, une rue, une statue commémorant le héros noir Saint-George à Lille ?

Suite à la mort de George Floyd, étouffé à Minneapolis lors d’une arrestation par des policiers blancs, la présence de statues et autres symboles de l’oppression raciste dans l’espace public est plus que jamais remise en cause à travers la planète. En parallèle, des étudiants en droit à Lille militent pour commémorer le chevalier de Saint-George, surnommé le « Mozart Noir », au sein de la capitale des Hauts-de-France.

Société

La persistance du white privilege

Vous en avez sûrement entendu parler, de ce white privilege, ou privilège blanc, à ne pas confondre avec le privilège du blanc cette tradition chrétienne autorisant les femmes de sang royal à se vêtir de blanc en présence du pape. Qu’est-il exactement ? Quand on parle de racisme systémique, le privilège blanc en est un des symptômes les plus insidieux. Avant d’expliquer comment il s’est niché si parfaitement dans les strates de nos sociétés occidentales, il nous faut établir une définition du phénomène.

Société

#indeed_sm_wrap_3423{}#indeed_sm_wrap_3423 .ism_item{}#indeed_sm_wrap_3423 .ism_item .fa-ism{float:none;}#indeed_sm_wrap_3423 .ism_item_wrapper{display: inline-block;}#indeed_sm_wrap_3423{display: block;text-align: center;} À lire aussi : Les algorithmes ont-ils mauvais goût ? Commandez le nouveau numéro d'Antidote : DESIRE au prix de 15€ Rencontre avec l'artiste Will Benedict, dont l'œuvre reflète l'absurdité du monde contemporain
Société

Mode, sexe et nudité : analyse d’un threesome

Parce qu’il dissimule le corps et notamment ses parties liées à la sexualité, le vêtement joue un rôle souvent déterminant dans la naissance du désir. Servant tant à camoufler qu’à suggérer et révéler, il est peu à peu devenu un outil de séduction privilégié. Quitte à braver certains interdits : dans notre société à la fois hypersexualisée et héritière de valeurs puritaines millénaires, les expérimentations érotiques perpétuées par nombre de créateurs continuent en effet de secouer l’ordre établi.

Société

Pamela Anderson : « On devrait tous aspirer à devenir vegan »

Activiste invétérée, engagée pour la défense des plus vulnérables et la protection de l’environnement, Pamela Anderson use de sa notoriété de sex-symbol pour soutenir les causes qui lui sont chères et œuvrer en faveur d’un monde meilleur. Elle revient dans cet entretien sur son parcours hors norme et les multiples luttes qu’elle mène, en parallèle de son rêve de (re)trouver le grand amour.

Société

lire la suite

> voir tout

Société

Le calendrier des soirées Paris Fashion Week femme AW20