La transidentité n’est plus considérée comme une pathologie

Article publié le 29 mai 2019

Photo : Nathan Westling.
29/05/2019

L’Organisation Mondiale de la Santé vient officiellement de retirer la transidentité de la liste des « troubles mentaux et du comportement ».

Samedi 25 mai dernier, l’Organisation Mondiale de la Santé (rattachée à l’ONU) a voté l’adoption d’une nouvelle classification internationale des maladies, la CIM, dans laquelle la transidentité ne figure plus dans la liste des maladies mentales. Rendue publique le 18 juin 2018, il aura fallu près d’un an à l’Assemblée mondiale de la santé pour valider cette onzième version du texte – qui n’avait pas été révisé depuis le début des années 90.

Ce vote constitue une avancée dans la lutte contre la transphobie : dans la catégorisation précédente, la transidentité relevait en effet toujours, selon l’OMS, des « troubles mentaux et du comportement ». Déplacée dans le chapitre « Santé sexuelle » sous l’appellation « incongruence de genre », la transidentité n’est désormais plus considérée comme une pathologie. Cependant, plusieurs associations luttant contre la stigmatisation des personnes qui s’identifient à un autre genre que celui qui leur a été assigné à la naissance dénoncent cette nouvelle catégorisation, et le vocabulaire employé par l’OMS. Car le terme « incongruence », qui suggère l’idée d’une anomalie et définit la transidentité par rapport à une norme, paraît toujours discriminant. De plus, la transidentité ne peut se résumer qu’à une question de sexualité.

Mais c’est surtout l’introduction d’une nouveauté concernant les enfants trans pré-pubertaire qui est rejetée par les associations, qui dénoncent également l’utilisation du terme « diagnostic ». En effet, la CIM-11 déclare désormais que, chez les enfants, «  l’incongruence de genre doit persister pendant environ 2 ans » pour être reconnue et que « le comportement déviant de genre et les préférences seules ne sont pas une base suffisante pour déterminer un diagnostic. » Une déclaration qui prolonge l’attente et sous-entend que l’identité de genre ne peut être autodéterminée chez les plus jeunes. 

Si la France avait fait figure de pionnière en étant le premier pays au monde à retirer la transidentité de la liste des maladies psychiatriques en 2010, près d’une décennie plus tard, cette nouvelle avancée mondiale n’est donc que partielle. Par ailleurs, si les personnes trans ne seront plus considérées comme atteintes de trouble mentaux, l’intersexuation est désormais qualifiée de « trouble du développement sexuel ». Une décision qui va à l’encontre des revendications des associations qui luttent pour mettre fin aux interventions chirurgicales et traitements hormonaux non consentis.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Comment le business des données personnelles menace nos libertés individuelles ?

Depuis quelques années, le business model des mastodontes du web s’articule autour de la collecte acharnée de données, revendues à prix d’or afin de dresser des profils de consommateur·rice·s toujours plus pointus. Ce juteux négoce, où les Gafam se taillent la part du lion, nourrit un capitalisme qui menace à la fois le droit individuel et les libertés collectives, mais pourrait bien être enrayé par l’avènement du web 3.0. Un idéal d’Internet décentralisé rêvé, entre autres, par les cypherpunks. Enquête.

Lire la suite

How does the personal data business threaten our individual freedoms?

For several years now, the business model for web behemoths has been based on the relentless collection of data, which is sold at a high price to create ever more precise consumer profiles. This lucrative business, which GAFAM have taken the lion’s share of, drives a kind of capitalism that threatens both individual rights and collective freedoms. But the advent of Web 3.0 could very well put an end to this, realizing the ideal of a decentralized Internet first envisioned by the cypherpunks. Antidote reports.

Lire la suite

Trouble dissociatif de l’identité : à quoi ressemble la vie des personnes possédant plusieurs personnalités ?

Découvert par certain·e·s sur les réseaux sociaux via des influenceur·se·s comme @we.are.olympe ou à l’écran, dans sa version fictive, à travers le film Split (2016), le trouble dissociatif de l’identité (TDI) fascine ou effraie. Mais pour ceux·celles qui vivent avec plusieurs « alters » dans un seul corps, il s’agit surtout d’un mécanisme psychique de protection qui fait suite à des traumatismes extrêmes, tels que des violences sexuelles répétées pendant l’enfance. Classifié par l’OMS, il toucherait près de 1 % de la population, à des degrés divers. Pourtant, au sein même de la communauté scientifique, le TDI peine à être reconnu. 

Lire la suite

Dissociative Identity Disorder: what is life like for people with multiple personalities?

Introduced to many on social media via influencers such as @we.are.olympe, or in a fictionalized form in the movie Split (2016), Dissociative Identity Disorder (DID) can be both fascinating and frightening. But for those who live with several “alters” in one body, it is mainly a psychic protection mechanism that follows extreme traumas such as repeated sexual violence during childhood. Classified by the WHO, it affects nearly 1% of the population to varying degrees. However, even within the scientific community, DID is still not widely recognized.

Lire la suite

Maxime Retailleau’s editorial for the new issue of Antidote

« Who’s Who? »

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.