La transidentité n’est plus considérée comme une pathologie

Article publié le 29 mai 2019

Photo : Nathan Westling.
29/05/2019

L’Organisation Mondiale de la Santé vient officiellement de retirer la transidentité de la liste des « troubles mentaux et du comportement ».

Samedi 25 mai dernier, l’Organisation Mondiale de la Santé (rattachée à l’ONU) a voté l’adoption d’une nouvelle classification internationale des maladies, la CIM, dans laquelle la transidentité ne figure plus dans la liste des maladies mentales. Rendue publique le 18 juin 2018, il aura fallu près d’un an à l’Assemblée mondiale de la santé pour valider cette onzième version du texte – qui n’avait pas été révisé depuis le début des années 90.

Ce vote constitue une avancée dans la lutte contre la transphobie : dans la catégorisation précédente, la transidentité relevait en effet toujours, selon l’OMS, des « troubles mentaux et du comportement ». Déplacée dans le chapitre « Santé sexuelle » sous l’appellation « incongruence de genre », la transidentité n’est désormais plus considérée comme une pathologie. Cependant, plusieurs associations luttant contre la stigmatisation des personnes qui s’identifient à un autre genre que celui qui leur a été assigné à la naissance dénoncent cette nouvelle catégorisation, et le vocabulaire employé par l’OMS. Car le terme « incongruence », qui suggère l’idée d’une anomalie et définit la transidentité par rapport à une norme, paraît toujours discriminant. De plus, la transidentité ne peut se résumer qu’à une question de sexualité.

Mais c’est surtout l’introduction d’une nouveauté concernant les enfants trans pré-pubertaire qui est rejetée par les associations, qui dénoncent également l’utilisation du terme « diagnostic ». En effet, la CIM-11 déclare désormais que, chez les enfants, «  l’incongruence de genre doit persister pendant environ 2 ans » pour être reconnue et que « le comportement déviant de genre et les préférences seules ne sont pas une base suffisante pour déterminer un diagnostic. » Une déclaration qui prolonge l’attente et sous-entend que l’identité de genre ne peut être autodéterminée chez les plus jeunes. 

Si la France avait fait figure de pionnière en étant le premier pays au monde à retirer la transidentité de la liste des maladies psychiatriques en 2010, près d’une décennie plus tard, cette nouvelle avancée mondiale n’est donc que partielle. Par ailleurs, si les personnes trans ne seront plus considérées comme atteintes de trouble mentaux, l’intersexuation est désormais qualifiée de « trouble du développement sexuel ». Une décision qui va à l’encontre des revendications des associations qui luttent pour mettre fin aux interventions chirurgicales et traitements hormonaux non consentis.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

STEP’N ou comment gagner de l’argent en marchant

STEP’N est un crypto-game « move to earn » qui garantit un revenu quotidien à ses utilisateur·rice·s quand ils·elles marchent ou courent. Le projet est encore en phase bêta, mais il a déjà connu un engouement important dans la cryptosphère. Prémices d’une nouvelle économie qui permet de créer des jobs-loisirs ou modèle dystopique voué à disparaître ?

Lire la suite

Oulaya Amamra : « On chuchote beaucoup, et on ne hurle pas assez »

L’affiche de deux films à la rentrée (Fumer fait tousser, de Quentin Dupieux, et Citoyen d’honneur, de Mohamed Hamidi), dans des registres extrêmement différents qui révèlent toute l’étendue de sa polyvalence, Oulaya Amamra a achevé sa mue et s’impose comme l’une des actrices françaises phares de sa génération.

Lire la suite

Oulaya Amamra : « We whisper a lot, and we don’t yell enough. »

Starring in two films this fall (Smoking Causes Coughing by Quentin Dupieux, and Citoyen d’honneur by Mohamed Hamidi), in extremely different registers that reveal the full extent of her talent, Oulaya Amamra has completed her moult and established herself as one of the leading French actresses of her generation.

Lire la suite

Pourquoi le concept de « décroissance » est-il tabou ?

Alors que, sur fond de crise climatique et énergétique majeure, les décideur·se·s de tous bords nous encouragent à faire preuve de sobriété dans nos modes de consommation, un tabou demeure : celui d’une éventuelle décroissance. Dans un système dont croître est la raison d’être, comment s’autoriser à changer de paradigme ? Petit tour d’horizon de celles et ceux qui ont posé les jalons de ce courant de pensée et de leurs arguments.

Lire la suite

Why is the concept of « degrowth » taboo?

Against the backdrop of a major climate and energy crisis, decision-makers of all stripes are encouraging us to be tempered in our consumption patterns, yet one taboo remains: a potential degrowth. In a system in which growth has been the raison d’être, how we can enable ourselves to change the paradigm? A brief overview of those who have laid the groundwork for this line of thought and their arguments.

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.