Comment Paris s’est transformé en rave géante en faveur de l’écologie

Article publié le 20 mars 2019

Share :

Photos : @thisiscorrosive.
Texte : Maxime Leteneur.

Samedi 16 mars dernier à l’occasion de la Rave 4 Climate, la jeunesse française s’est rassemblée massivement à Paris pour manifester contre le réchauffement climatique, faisant rimer fête et engagement écologique.

« Face à l’urgence climatique et à l’inaction des gouvernements, G.A.F. a réuni les collectifs et acteurs festifs de la nuit pour créer une onde de choc puissante et taper sur les tympans de nos dirigeants. » Organiser et financer une « Rave 4 Climate » géante et à ciel ouvert en parallèle du rassemblement écologique de La Marche du Siècle, entre Opéra et République : c’est le projet que G.A.F (giveafucknow) a décidé de mener, soutenu par les collectifs les plus incontournables de la nuit parisienne. Parmi les co-organisateurs de cet événement sans précédent, on retrouve quelques noms bien connus des noctambules de la capitale : Le Consulat, La Toilette, Fusion mes couilles, Cicciolina, Chkoun Is It?, La Créole ou encore le festival We Love Green. Plus largement, le mouvement a trouvé de nombreux soutiens auprès d’organismes, labels et artistes de référence des soirées parisiennes.

Samedi 16 mars, le coup d’envoi de la « Rave 4 Climate » est donné en bas des marches de la Place de l’Opéra, autour d’un char customisé pour l’occasion. Décoré aux couleurs rouges et noirs de G.A.F., ce dernier arbore des slogans éloquents tels que « If we don’t give a fuck, we’re fucked », « Pas de planète pas de fête » ou encore « Déclaration universelle des droits de la nature et de l’humain ». Dès le début de la manifestation, la jeunesse répond massivement présent, rassemblée autour d’un objectif commun : sensibiliser à la lutte pour le climat. Si l’ambiance est bon enfant tout au long de la journée, l’événement n’usurpe pas son appellation de « rave » et les DJs (dont notamment Manu Le Malin) balancent sans retenue de lourds beats techno.

Ce n’est que vers 15h que le char – où sont postés nombre d’ambassadeurs de la nuit parisienne, dans ce qui semble être un club itinérant – prend la direction des Grands Boulevards, entraînant avec lui une foule de fêtards « plus chaude que le climat » d’après le slogan qu’ils martèlent tout au long de l’après-midi, mais aussi des familles, enfants, ainsi que de nombreux Gilets jaunes et membres d’associations LGBT et féministes venus apporter leur soutien au mouvement. Le long du parcours, le bitume remplace le traditionnel dancefloor et le mobilier urbain fait office de podium. Arrivé à République vers 17h dans une effervescence qui ne faiblit pas, le convoi occupe encore l’espace sonore quelques brûlantes minutes, avant de laisser place à la mobilisation plus traditionnelle de la Marche du Siècle.

Si la fête était folle, pas question pour autant de perdre de vu l’objectif premier de ce rassemblement : « Nous sommes la dernière génération à pouvoir agir et avoir un impact positif sur l’environnement », pointe Geoffrey Cochard du collectif La Créole. « Notre génération est déjà éveillée, et prête à s’engager. Nous ne pouvons plus entretenir l’immobilisme de nos dirigeants, incapables de penser l’avenir, par intérêt ou par peur. »

Aussi, il s’agit de proposer une alternative aux rassemblements traditionnels qui peinent parfois à attirer les nouvelles générations : « Certains jeunes trouvaient les marches pour le climat ennuyeuses, nous avons voulu en organiser une qui soit plus attractive. Il semble que cela ait bien fonctionné ! », se félicitent Andréa Pittaluga et Conan Laurendot du collectif Chkoun Is It?. À en juger par le succès incontestable de l’événement, il ne fait désormais aucun doute du potentiel militant de la fête. « Il est primordial que les acteurs du monde de la nuit s’engagent, poursuit Geoffrey. Militer à travers la fête revenait pour nous à faire ce que nous savons faire de mieux ; mais cette fois-ci, plutôt que de réunir les gens sur un dancefloor, il fallait les fédérer dans la rue. La fête est un vecteur de rassemblement extrêmement puissant, qui transcende les sensibilités politiques et les frontières. Elle crée un espace de liberté qui porte en elle un potentiel de disruption. » L’histoire de la Gay Pride ou l’engagement de nombreux clubs berlinois en faveur des réfugiés en sont des exemples criants. De là à imaginer le climat rejoindre la liste des combats menés par la fête, il n’y a qu’un pas que des dizaines de milliers de personnes ont franchi samedi dernier à Paris.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Pas d’alcool ni de drogue : le mouvement straight edge est-il toujours aussi punk ?

Né dans des années 1980, le mouvement initié par le groupe de punk hardcore Minor Threat prônant une vie sans alcool et sans drogue semble connaître un regain de popularité. De plus en plus dépouillé de ses attributs originels, il est à la fois adopté par certain·e·s militant·e·s de la gauche radicale et par la nouvelle génération, adepte de mindfulness.

Société

Comment l’écosexualité réinvente les rapports entre l’humain et l’environnement ?

Entre émancipation sexuelle et combat écologique, l’écosexualité prône un rapport érotique avec la nature comme critique de l’anthropocentrisme. Mais qui sont au juste ces militants d’un nouveau genre ? Quelles sont les origines de leur mouvement et les réelles portées politiques de leurs revendications ?

Société

Over the rainbow : la fabuleuse épopée du drapeau arc-en-ciel

De sa création en version huit couleurs, par l’artiste et activiste Gilbert Baker, à son déploiement à l’international sous la forme qu’on lui connaît aujourd’hui, jusqu’à sa remise en question ces dernières années pour souligner la nécessité d’une plus grande inclusivité des personnes LGBTQ+ racisées, l’incroyable histoire du rainbow flag a épousé et accompagné celle des luttes menées par les communautés qu’il vise à représenter.

Société

In the mood for love(s) : l’essor de l’amour libre

Polyamoureux, couples libres, trouples: Antidote a rencontré celles et ceux qui bravent la norme de l’exclusivité sexuelle pour s’investir au sein de relations ouvertes, où les désirs se croisent et tentent de transcender la jalousie.

Société

Interview avec Timothy Morton, le philosophe qui prône une écotopie hédoniste

Philosophe écologiste et hédoniste, Timothy Morton préfère imaginer des futurs désirables et s’émerveiller devant les innombrables formes du vivant que de se limiter à tenir un discours alarmiste face aux risques climatiques. Pour lui, l’écologie doit rimer avec plaisir, et non devenir une contrainte. Entretien.

Société

La persistance de fantasmes sexuels racistes, de Gauguin à Grindr

La dénonciation récente des violences policières à l’encontre d’individus noirs a mis en lumière l’ancrage du racisme dans les pays occidentaux. Si la population est au commencement d’une introspection, les études universitaires questionnent pourtant les sources du racisme en Occident depuis les années 1980, dans le cadre des « études post-coloniales ». Dans la même veine, de récentes analyses déconstruisent les stéréotypes autour des mythes sexuels des corps non-blancs.

Société

lire la suite

> voir tout

Société

Naomi Campbell a ouvert la première Fashion Week Haute Couture digitale avec un discours célébrant la diversité et l’inclusivité