L’édito de Maxime Retailleau, rédacteur en chef du nouveau numéro d’Antidote

Article publié le 14 octobre 2021

Texte : Maxime Retailleau. Texte extrait du numéro Antidote « Karma » (hiver 2021-2022). Photo : Ferry van der Nat.

« Shantih shantih shantih »

Ce numéro « Karma », c’est un pas de côté dans un monde marqué par une quête de productivité, d’efficacité trop souvent obstinée et aveugle, qui cherche encore à se donner l’illusion qu’il peut tout contrôler pour éviter de se remettre en cause. Fondée sur des croyances trompeuses, la logique capitaliste poursuit sa course effrénée alors que les mythes qu’elle a fait naître s’affaissent un peu plus chaque jour, annonçant une crise de la rationalité désincarnée encouragée par la prise de conscience croissante à l’égard des effets du dérèglement climatique.
« On récolte ce que l’on sème », prévenait pourtant l’une des principales lois karmiques, il y a déjà plusieurs millénaires. Or chaque période de grands bouleversements est aussi l’aube d’une nouvelle ère emplie de multiples possibles. Celle qui s’annonce pourrait ainsi délaisser la poursuite obsessive de la rentabilité au bénéfice d’une quête d’épanouissement et d’harmonie entre l’humain, la Terre et tous·tes ceux·celles qui la peuplent. C’est en tout cas ce dont rêve Corine Sombrun, qui a suivi une formation chamanique après être entrée subitement en transe lors d’une cérémonie rituelle et considère cet état mental dionysiaque comme une porte d’entrée vers la remise en cause de l’égocentrisme. Une aspiration qu’elle partage avec les Radical Faeries contemporaines, membres d’un mouvement gay né à la fin des années 1970 qui s’est inspiré du paganisme ou encore de l’esprit camp pour se rebeller contre les valeurs patriarcales et encourager l’essor d’un rapport plus vertueux à notre environnement.
Ce numéro rassemble par ailleurs la chanteuse Kali Uchis, l’actrice Agathe Rousselle – premier rôle féminin de Titane, la Palme d’or du Festival de Cannes 2021 – ou encore le mannequin, acteur et danseur Alton Mason, qui s’expriment sur leur rapport personnel à la notion de karma et expliquent en quoi elle les pousse à se surpasser chaque jour. L’iconique Béatrice Dalle, interviewée par le réalisateur canadien Bruce LaBruce, revient quant à elle sur sa relation toute particulière au Christ, tandis que l’écrivain Simon Johannin signe une nouvelle exclusive retraçant l’éveil spirituel qu’il a traversé ces derniers mois. Ce thème a également inspiré nombre de designers, qui multiplient les motifs et références ésotériques dans leurs collections comme autant de fragments étayant les ruines d’un monde en reconstruction, pour paraphraser le poète T. S. Eliot, dont le chef-d’œuvre moderniste The Waste Land trouve dans l’ère actuelle une nouvelle caisse de résonance.
L’attrait pour la spiritualité est également au cœur de la démarche du photographe Lee Wei Swee, qui signe les photos de ce numéro et vise à faire émerger une effervescence collective lors de chacun de ses shootings, par le biais d’un délaissement volontaire de son ego. Une vision collaborative qui rappelle en partie celle du rappeur Laylow, dont la longue et fructueuse association avec le réalisateur Osman Mercan a joué un rôle déterminant dans le succès exponentiel qu’il rencontre. Des cercles vertueux qui leur assurent les faveurs du karma ?

Les plus lus

Pourquoi le concept de « décroissance » est-il tabou ?

Alors que, sur fond de crise climatique et énergétique majeure, les décideur•se•s de tous bords nous encouragent à faire preuve de sobriété dans nos modes de consommation, un tabou demeure : celui d’une éventuelle décroissance. Dans un système dont croître est la raison d’être, comment s’autoriser à changer de paradigme ? Petit tour d’horizon de celles et ceux qui ont posé les jalons de ce courant de pensée et de leurs arguments.

Lire la suite

Alok Vaid-Menon, artiste et activiste intersectionnel : « On change les gens en les aimant plus qu’il·elle·s ne nous détestent »

De son enfance au Texas à sa vie d’adulte à New York en passant par ses études de genre à l’université Stanford, en Californie, l’artiste et activiste trans et non-binaire Alok Vaid-Menon a, au fil du temps, appris à déconstruire les stéréotypes liés à la binarité de genre pour les dépasser. Conscient·e  très tôt d’être différent·e, mais ne disposant pas du langage lui permettant de s’exprimer pleinement malgré le soutien de sa famille, iel met aujourd’hui toute son énergie au service de cette cause, multipliant les initiatives pour faire évoluer les mentalités vers plus de bienveillance et de tolérance, malgré un climat politique anxiogène et rétrograde. Rencontre.

Lire la suite

Alok Vaid-Menon, artist and intersectional activist: « We change people by loving them more than they hate us »

From a childhood in Texas to an adult life in New York City and a gender studies degree from Stanford University in California, trans and non-binary artist and activist Alok Vaid-Menon has learned to gradually deconstruct gender stereotypes and move beyond them. Conscious of being different from an early age but lacking the language to express themselves fully despite their family’s support, they now devote all their energy to this cause through several initiatives aimed at changing people’s ways of thinking and promoting more kindness and tolerance, despite the current anxiety-inducing and reactionary political climate.

Lire la suite

La philanthropie des milliardaires : altruisme sincère ou stratégie dissimulée ?

Suivant l’exemple de Bill Gates et autres Warren Buffet, les déclarations de dons des milliardaires américain·e·s se multiplient. Or, cette vague philanthropique est loin d’être totalement désintéressée et peine à dissimuler sa visée libérale.

Lire la suite

Comment le business des données personnelles menace nos libertés individuelles ?

Depuis quelques années, le business model des mastodontes du web s’articule autour de la collecte acharnée de données, revendues à prix d’or afin de dresser des profils de consommateur·rice·s toujours plus pointus. Ce juteux négoce, où les Gafam se taillent la part du lion, nourrit un capitalisme qui menace à la fois le droit individuel et les libertés collectives, mais pourrait bien être enrayé par l’avènement du web 3.0. Un idéal d’Internet décentralisé rêvé, entre autres, par les cypherpunks. Enquête.

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.