L’édito de Maxime Retailleau, rédacteur en chef du nouveau numéro d’Antidote

Article publié le 14 octobre 2021

Texte : Maxime Retailleau. Texte extrait du numéro Antidote « Karma » (hiver 2021-2022). Photo : Ferry van der Nat.

« Shantih shantih shantih »

Ce numéro « Karma », c’est un pas de côté dans un monde marqué par une quête de productivité, d’efficacité trop souvent obstinée et aveugle, qui cherche encore à se donner l’illusion qu’il peut tout contrôler pour éviter de se remettre en cause. Fondée sur des croyances trompeuses, la logique capitaliste poursuit sa course effrénée alors que les mythes qu’elle a fait naître s’affaissent un peu plus chaque jour, annonçant une crise de la rationalité désincarnée encouragée par la prise de conscience croissante à l’égard des effets du dérèglement climatique.
« On récolte ce que l’on sème », prévenait pourtant l’une des principales lois karmiques, il y a déjà plusieurs millénaires. Or chaque période de grands bouleversements est aussi l’aube d’une nouvelle ère emplie de multiples possibles. Celle qui s’annonce pourrait ainsi délaisser la poursuite obsessive de la rentabilité au bénéfice d’une quête d’épanouissement et d’harmonie entre l’humain, la Terre et tous·tes ceux·celles qui la peuplent. C’est en tout cas ce dont rêve Corine Sombrun, qui a suivi une formation chamanique après être entrée subitement en transe lors d’une cérémonie rituelle et considère cet état mental dionysiaque comme une porte d’entrée vers la remise en cause de l’égocentrisme. Une aspiration qu’elle partage avec les Radical Faeries contemporaines, membres d’un mouvement gay né à la fin des années 1970 qui s’est inspiré du paganisme ou encore de l’esprit camp pour se rebeller contre les valeurs patriarcales et encourager l’essor d’un rapport plus vertueux à notre environnement.
Ce numéro rassemble par ailleurs la chanteuse Kali Uchis, l’actrice Agathe Rousselle – premier rôle féminin de Titane, la Palme d’or du Festival de Cannes 2021 – ou encore le mannequin, acteur et danseur Alton Mason, qui s’expriment sur leur rapport personnel à la notion de karma et expliquent en quoi elle les pousse à se surpasser chaque jour. L’iconique Béatrice Dalle, interviewée par le réalisateur canadien Bruce LaBruce, revient quant à elle sur sa relation toute particulière au Christ, tandis que l’écrivain Simon Johannin signe une nouvelle exclusive retraçant l’éveil spirituel qu’il a traversé ces derniers mois. Ce thème a également inspiré nombre de designers, qui multiplient les motifs et références ésotériques dans leurs collections comme autant de fragments étayant les ruines d’un monde en reconstruction, pour paraphraser le poète T. S. Eliot, dont le chef-d’œuvre moderniste The Waste Land trouve dans l’ère actuelle une nouvelle caisse de résonance.
L’attrait pour la spiritualité est également au cœur de la démarche du photographe Lee Wei Swee, qui signe les photos de ce numéro et vise à faire émerger une effervescence collective lors de chacun de ses shootings, par le biais d’un délaissement volontaire de son ego. Une vision collaborative qui rappelle en partie celle du rappeur Laylow, dont la longue et fructueuse association avec le réalisateur Osman Mercan a joué un rôle déterminant dans le succès exponentiel qu’il rencontre. Des cercles vertueux qui leur assurent les faveurs du karma ?

Les plus lus

Miriam Gablier : « Plus d’un·e Occidental·e sur quatre croit en la réincarnation »

Ancienne psychothérapeute et présidente d’une association professionnelle de thérapie psycho-corporelle, l’auteure et conférencière Miriam Gablier est fascinée par les relations entre corps et esprit, au point de dédier son dernier ouvrage au thème de la conscience, qui continue de fasciner à travers les époques et constitue encore une large source de mystères. Dans cet entretien, elle revient sur le développement du champ d’étude de la para­psychologie (qui vise à comprendre les phénomènes hors normes de la conscience, quitte à être régulièrement décriéE par une large partie de la communauté scientifique), insiste sur la nécessaire alliance entre approches rationnelles et subjectives sur ces sujets, et revient sur l’ancrage historique de l’hypothèse de la réincarnation, à laquelle certain•e•s chercheurs•ses ont décidé de dédier leur vie.

Lire la suite

Nabilla Vergara : « Je ne pensais pas que j’allais réussir »

Alors que sort Nabilla : sans filtre, le premier docu-réalité dédié à l’ex-candidate de téléréalité, celle-ci se livre sur ses business, sa vie de famille à Dubaï et les épreuves qu’elle a dû traverser. Longtemps méprisée par l’intelligentsia parisienne, Nabilla Vergara est désormais détentrice d’un petit empire reposant sur ses près de 7 millions de followers sur Instagram et sa marque de cosmétique. Devenue l’une des plus puissantes influenceuses françaises, elle est parvenue à faire de ses rêves une réalité. 

Lire la suite

Les Radical Faeries : à la recherche du « Gay Spirit »

À la fin des seventies, deux militants gays lancent le mouvement Radical Faeries, mélange de paganisme, d’idéologie marxiste, des balbutiements de l’écologie, de New Age hippie, d’empowerment, de psychédélisme, de spiritualité et de sexe libre à gogo, qui s’exprime au travers de grands rassemblements et renoue avec une sorte de transcendantalisme homosexuel. Une idéologie hybride et foutraque conviant à explorer le spectre du genre par-delà le binarisme normatif, qui a essaimé tout autour du monde et reste encore vivace aujourd’hui.

Lire la suite

Radical Faeries: in search of the “Gay Spirit”

In the late seventies, two gay activists launched the Radical Faeries movement – a blend of paganism, Marxist ideology, early environmentalism, New Age hippydom, empowerment, psychedelia, spirituality and sexual liberation a-go-go taking the form of big gatherings – and renewed a sort of homosexual transcendentalism. A zany, hybrid ideology that urged us to explore the gender spectrum beyond cis-normativity, spread throughout the world and thrives to this day.

Lire la suite

Interview with Corine Sombrun, defender of the virtues of trance

In Mongolia in 2001, Corine Sombrun received the “shamanic spark” when she suddenly entered a trance state during a ritual ceremony. A totally unexpected revelation, followed by a long training process that she continues to this day, while collaborating with researchers in order to demonstrate that trance is a cognitive phenomenon. Beyond the quest for its therapeutic virtues, the author also questions its impact on our relationship to the living and the sacred.

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.