Les sites de rencontre de niche

Article publié le 5 décembre 2016

Texte : Alice Pfeiffer

Vous êtes clown, croque-mort ou fétichiste de Mon Petit Poney, et peinez à trouvez l’âme sœur ? Des milliers de destinations web n’attendent plus que vous, sans jamais juger.

“Ton travail prendra une immense partie de ta vie. Quant à l’amour, ton instinct te dira quand tu l’as trouvé”, a dit Steve Jobs. Si le grand sage de la technologie avait pressenti beaucoup de choses, il n’avait certainement pas entrevu le discours amoureux en 2016, qui laisse place à peu près tout sauf à l’intuition.

Pour les plus de trente ans, vous aurez le souvenir d’un très net revirement : la perte de la gène d’une rencontre en ligne. Dès les années 2000, e-Harmony et une tripotée d’autres sites permettent aux gens de se rencontrer virtuellement – mais se voit aussi tôt stigmatisé, caricaturé comme un fail social, une solution de secours face à l’échec d’une rencontre « naturelle ». Pourtant, les applications Tinder ou Happn, inspirées par la spontanéité de Grindr, font les tomber les tabous autour de la recherche digitale d’un couvercle à sa marmite. Et si celles-ci sont basées sur des critères purement physiques, des variantes adaptées à des préférences religieuses, sexuelles, extra-conjugales les suivent rapidement.

Aujourd’hui, une vague de fragmentation extrême des préférences amoureuses a pris le dessus : vous rêvez d’un(e) prince(sse) charmant(e) qui ne vit que pour le bacon grillé, vous parle depuis l’au-delà, ou sait allumer une lampe torche avec sa langue ? Votre et cher(e) et tendre n’est qu’à quelques swipes.

LA RENCONTRE ANTI-APPARENCE CLICHÉE

En réaction aux terriblement snobs Beautiful People, Darwin Dating et Raya se ventant de ne recruter que des gens très beaux, des sites comme Ugly Schmucks, Date Ugly People ou Uglybugball (« Un lieu de rencontre pour des gens à l’apparence médiocre ») promettent de donner un rôle moins infériorisant à quelqu’un au physique plus « banal », au moins le temps d’un date – et de prouver, au passage, l’artificialité de codes dits « beaux » ou « laids ».

LA RENCONTRE GUSTATIVE

Salad match, Glut’aime ou Hot Sauce Passion (pour les personnes pour qui un « je n’aime pas la nourriture épicée » est un tue l’amour radical), ces apps et sites centrés sur des préférences culinaires réveillent un autre genre de passion que seulement visuelle : c’est dans un échange aussi sensuel qu’intangible que se fait la rencontre.

LA RENCONTRE FANDOM

Chaque culture fan est un monde dans un monde, un univers totalement englobant. Peu étonnant, donc, que l’on retrouve des sites qui cherchent spécifiquement des fans de coupes mulet (Mullet Passions), de zombies (Zombie Passions) ou d’équitation (Equestrian Singles) : là, la séduction passe par la fine connaissance et réappropriation du microcosme avant tout.

LA RENCONTRE LIFESTYLE ALTERNATIVE

Un style de vie peut facilement décourager à la rencontre. Vous travaillez dans le domaine funéraire (Dead Meet), vous êtes clown (Clown Dating), ou naturiste (Naturist Passion) ? La vie se vit aussi au quotidien avec des gens qui partagent les mêmes contraintes, décalages, et humour face au restant du monde.

LA RENCONTRE FETISH

Vous fantasmez sur les déguisements Mon Petit Poney (PonyCrush), les couches culottes taille adultes (Diaper Lover Dating), ou que quelqu’un vous nettoie la bouche avec une brosse à dents souillée (Whiplr, le Tinder de tous les fétichismes) ? Des adultes aux sexualités non-conventionnelles peuvent se rejoindre sans être pointés du doigt.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

STEP’N ou comment gagner de l’argent en marchant

STEP’N est un crypto-game « move to earn » qui garantit un revenu quotidien à ses utilisateur·rice·s quand ils·elles marchent ou courent. Le projet est encore en phase bêta, mais il a déjà connu un engouement important dans la cryptosphère. Prémices d’une nouvelle économie qui permet de créer des jobs-loisirs ou modèle dystopique voué à disparaître ?

Lire la suite

Oulaya Amamra : « On chuchote beaucoup, et on ne hurle pas assez »

L’affiche de deux films à la rentrée (Fumer fait tousser, de Quentin Dupieux, et Citoyen d’honneur, de Mohamed Hamidi), dans des registres extrêmement différents qui révèlent toute l’étendue de sa polyvalence, Oulaya Amamra a achevé sa mue et s’impose comme l’une des actrices françaises phares de sa génération.

Lire la suite

Oulaya Amamra : « We whisper a lot, and we don’t yell enough. »

Starring in two films this fall (Smoking Causes Coughing by Quentin Dupieux, and Citoyen d’honneur by Mohamed Hamidi), in extremely different registers that reveal the full extent of her talent, Oulaya Amamra has completed her moult and established herself as one of the leading French actresses of her generation.

Lire la suite

Pourquoi le concept de « décroissance » est-il tabou ?

Alors que, sur fond de crise climatique et énergétique majeure, les décideur·se·s de tous bords nous encouragent à faire preuve de sobriété dans nos modes de consommation, un tabou demeure : celui d’une éventuelle décroissance. Dans un système dont croître est la raison d’être, comment s’autoriser à changer de paradigme ? Petit tour d’horizon de celles et ceux qui ont posé les jalons de ce courant de pensée et de leurs arguments.

Lire la suite

Why is the concept of « degrowth » taboo?

Against the backdrop of a major climate and energy crisis, decision-makers of all stripes are encouraging us to be tempered in our consumption patterns, yet one taboo remains: a potential degrowth. In a system in which growth has been the raison d’être, how we can enable ourselves to change the paradigm? A brief overview of those who have laid the groundwork for this line of thought and their arguments.

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.