L’édito de Maxime Retailleau, rédacteur en chef du nouveau numéro d’Antidote

Article publié le 6 mai 2022

Texte : Maxime Retailleau. Texte extrait du numéro Antidote « Persona » (printemps-été 2022). 

« Who’s who? »

Si «Persona», le thème exploré à travers ce numéro, est un terme qui renvoyait à l’origine au masque arboré par les acteurs de théâtre romains, dans l’Antiquité, sa portée est désormais universelle, alors que nos extensions digitales sur les réseaux sociaux s’assimilent à une multitude de masques numériques, qui nous révèlent autant qu’ils nous dissimulent. « Le monde entier est une scène », écrivait Shakespeare, et les métavers ne feront pas exception. La mode l’a parfaitement anticipé et compte bien proposer à nos avatars digitaux actuels ou à venir de revêtir des NFT plus beaux, plus cool ou plus rares les uns que les autres.
Cette nouvelle extension du domaine de la lutte s’appuie d’ailleurs sur des ressorts psychologiques profondément ancrés. Au début du XXe siècle, le psychanalyste Carl Gustav Jung donnait au terme « persona » une perspective neuve, en l’utilisant pour désigner la capacité psychique de l’être humain à s’adapter aux normes en vigueur. Notre être social n’est pas le pur reflet de notre identité intime, mais l’articulation perpétuellement évolutive du « moi », du « ça » et du « surmoi », que notre parure vestimentaire (qu’elle soit réelle ou numérique) permet de cristalliser. En résulte un spectaculaire pouvoir de métamorphose, que la chanteuse Charli XCX a sublimé et mis en scène à travers sa renaissance allégorique en femme fatale sensuelle et dangereuse, à l’occasion de la sortie de son cinquième album, CRASH.
Cette réinvention identitaire par le biais de l’art fait d’ailleurs écho à celle de Marie-Pierre Pruvot, alias Bambi, qui s’est créé un personnage scénique renommé passé par les cabarets Madame Arthur et Le Carrousel, ou encore aux facultés transformatives de Violet Chachki et Gottmik, deux des plus célèbres drag queens de la planète.
Si le réel se retrouve souvent paré d’artifices, ces derniers peuvent toutefois prendre l’apparence du réel en retour – dans un chassé-croisé plein d’ironie. C’est du moins l’objectif cinématographique du sulfureux réalisateur Gaspar Noé, qui assume plus que jamais son attrait pour le naturalisme à travers son nouveau long-métrage, Vortex, dont les acteur·rice·s ont pu jouir d’une grande liberté d’improvisation. Son interview est à retrouver en parallèle de séries mode signées par la styliste et photographe britannique Betsy Johnson, à leur tour axées sur la mise en scène et le storytelling.
Les premières photos publiées dans ce numéro ont été prises à Kyiv, le 17 février 2022, sans que nous n’imaginions que l’invasion menée dans l’est de l’Ukraine depuis plusieurs années s’étendrait à tout le pays sept jours plus tard. Accompagnées des témoignages poignants des Ukrainiennes Dasha Deriagina et Margarita Shekel, qui ont respectivement travaillé comme productrice et assistante styliste sur le set, elles se sont emplies a posteriori d’une dimension politique déchirante et totalement imprévue, à travers laquelle Antidote tient à réaffirmer son engagement inconditionnel en faveur de la liberté et de la paix.

Les plus lus

Comment le business des données personnelles menace nos libertés individuelles ?

Depuis quelques années, le business model des mastodontes du web s’articule autour de la collecte acharnée de données, revendues à prix d’or afin de dresser des profils de consommateur·rice·s toujours plus pointus. Ce juteux négoce, où les Gafam se taillent la part du lion, nourrit un capitalisme qui menace à la fois le droit individuel et les libertés collectives, mais pourrait bien être enrayé par l’avènement du web 3.0. Un idéal d’Internet décentralisé rêvé, entre autres, par les cypherpunks. Enquête.

Lire la suite

How does the personal data business threaten our individual freedoms?

For several years now, the business model for web behemoths has been based on the relentless collection of data, which is sold at a high price to create ever more precise consumer profiles. This lucrative business, which GAFAM have taken the lion’s share of, drives a kind of capitalism that threatens both individual rights and collective freedoms. But the advent of Web 3.0 could very well put an end to this, realizing the ideal of a decentralized Internet first envisioned by the cypherpunks. Antidote reports.

Lire la suite

Trouble dissociatif de l’identité : à quoi ressemble la vie des personnes possédant plusieurs personnalités ?

Découvert par certain·e·s sur les réseaux sociaux via des influenceur·se·s comme @we.are.olympe ou à l’écran, dans sa version fictive, à travers le film Split (2016), le trouble dissociatif de l’identité (TDI) fascine ou effraie. Mais pour ceux·celles qui vivent avec plusieurs « alters » dans un seul corps, il s’agit surtout d’un mécanisme psychique de protection qui fait suite à des traumatismes extrêmes, tels que des violences sexuelles répétées pendant l’enfance. Classifié par l’OMS, il toucherait près de 1 % de la population, à des degrés divers. Pourtant, au sein même de la communauté scientifique, le TDI peine à être reconnu. 

Lire la suite

Dissociative Identity Disorder: what is life like for people with multiple personalities?

Introduced to many on social media via influencers such as @we.are.olympe, or in a fictionalized form in the movie Split (2016), Dissociative Identity Disorder (DID) can be both fascinating and frightening. But for those who live with several “alters” in one body, it is mainly a psychic protection mechanism that follows extreme traumas such as repeated sexual violence during childhood. Classified by the WHO, it affects nearly 1% of the population to varying degrees. However, even within the scientific community, DID is still not widely recognized.

Lire la suite

Maxime Retailleau’s editorial for the new issue of Antidote

« Who’s Who? »

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.