Vingt-six nouvelles femmes accusent Donald Trump de « contacts sexuels non désirés »

Article publié le 11 octobre 2019

Photo : Donald Trump.
11/10/2019

Dans un nouvel ouvrage qui brosse son portrait de prédateur sexuel, le président des États-Unis actuellement visé par une procédure de destitution est accusé par quarante-trois femmes d’avoir eu des comportement inappropriés, tandis que vingt-six d’entre elles évoquent des agressions sexuelles.

Alors qu’il est visé depuis le mois de septembre par une procédure d’impeachment, lancée à son encontre par la Chambre des représentants dirigée par la démocrate Nancy Pelosi suite à une conversation téléphonique suspecte avec son homologue ukrainien, Donald Trump est une fois de plus dans la tourmente. Dans un livre intitulé Les femmes du président : Donald Trump et la fabrication d’un prédateur, qui paraîtra le 22 octobre prochain, le locataire de la Maison Blanche est de nouveau accusé d’être l’auteur d’agressions à caractère sexuel. Des dénonciations qui tombent au plus mal alors que le président américain entre en pleine période de préparatifs pour la prochaine campagne des présidentielles de 2020.

Co-écrit par le producteur Barry Levine et la journaliste Monique El-Faizy, l’ouvrage s’appuie sur des témoignages inédits récoltés après que les auteurs aient mené plus de cent entretiens. En tout, ce sont quarante-trois nouvelles femmes qui expliquent avoir dû faire face à des «comportements inappropriés », tandis que vingt-six d’entre elles ont confié avoir été victimes de « contacts sexuels non désirés » provoqués par Donald Trump. Comme le révèle le magazine Esquire dans lequel a été publié le premier extrait du livre, l’un des témoignages compilés par Barry Levine et Monique El-Faizy donne un aperçu glaçant des méthodes employées par celui qui, dans un enregistrement audio de 2005 déjà, préconisait d’ « attraper les femmes par la chatte ». Invitée au début des années 2000 à venir célébrer le nouvel an lors d’une soirée organisée dans la propriété de Donald Trump à Mar-a-Lago, en Floride, une dénommée Karen Johnson explique ainsi avoir été embrassée de force. « Je me dirigeais vers les toilettes. J’ai été attrapée et tirée derrière une tapisserie, et j’ai vu que c’était lui […] J’avais tellement peur à cause de qui il était », raconte-t-elle.

Ce n’est pas la première fois que Donald Trump fait l’objet de telles accusations. Avant ce livre, vingt-quatre autres femmes l’ont déjà accusé d’actes inacceptables. Parmi elles, la maquilleuse Jill Harth, qui portait plainte en 1997 pour une tentative de viol qui aurait eu lieu en 1993, alors que Donald Trump était encore un magnat de l’immobilier, ou l’animatrice Juliet Huddy, qu’il aurait essayé d’embrasser au milieu des années 2000. La journaliste Natasha Stoynoff avait décrit une agression similaire pendant la campagne de 2016. Et dans un contexte post-#MeToo, après le scandale de l’affaire Weinstein, les langues semblent plus que jamais se délier.

Alors que sa misogynie n’est plus à prouver, le président des États-Unis a toujours mis un point d’honneur à discréditer ce genre d’accusations qu’il qualifie régulièrement de mensonges dans des tweets méprisants et acrimonieux, allant parfois jusqu’à se dédouaner en arguant que celles qui l’accusent ne sont pas son genre (comme la journaliste E. Jean Carroll). En janvier 2017, ce comportement et ces propos sexistes répétés avaient donné naissance à une manifestation féministe baptisée Women’s March.

S’il n’a pas encore réagi à ces témoignages inédits, davantage occupé ce jeudi 10 octobre à reconquérir son électorat de base lors d’un meeting organisé dans le Minnesota où il a discrédité les médias, Donald Trump voit malgré tout son image se ternir une nouvelle fois, alors que l’opinion publique est désormais majoritairement favorable à sa mise en accusation dans le cadre de sa demande d’enquête sur le fils de Joe Biden, l’ancien vice-président de Barack Obama. « C’est probablement la plus grande chasse aux sorcières de l’histoire américaine », avait déclaré Donald Trump à propos de cette affaire ukrainienne et du lancement de la procédure d’impeachment qui s’en est suivi. Concernant ces nouvelles accusations d’agressions, les chances sont grandes pour que le président de la première puissance mondiale les dénigre une fois de plus, en se présentant comme une victime cible de mensonges.

À lire aussi :

Les plus lus

Nabilla Vergara : « Je ne pensais pas que j’allais réussir »

Alors que sort Nabilla : sans filtre, le premier docu-réalité dédié à l’ex-candidate de téléréalité, celle-ci se livre sur ses business, sa vie de famille à Dubaï et les épreuves qu’elle a dû traverser. Longtemps méprisée par l’intelligentsia parisienne, Nabilla Vergara est désormais détentrice d’un petit empire reposant sur ses près de 7 millions de followers sur Instagram et sa marque de cosmétique. Devenue l’une des plus puissantes influenceuses françaises, elle est parvenue à faire de ses rêves une réalité. 

Lire la suite

Les Radical Faeries : à la recherche du « Gay Spirit »

À la fin des seventies, deux militants gays lancent le mouvement Radical Faeries, mélange de paganisme, d’idéologie marxiste, des balbutiements de l’écologie, de New Age hippie, d’empowerment, de psychédélisme, de spiritualité et de sexe libre à gogo, qui s’exprime au travers de grands rassemblements et renoue avec une sorte de transcendantalisme homosexuel. Une idéologie hybride et foutraque conviant à explorer le spectre du genre par-delà le binarisme normatif, qui a essaimé tout autour du monde et reste encore vivace aujourd’hui.

Lire la suite

Radical Faeries: in search of the “Gay Spirit”

In the late seventies, two gay activists launched the Radical Faeries movement – a blend of paganism, Marxist ideology, early environmentalism, New Age hippydom, empowerment, psychedelia, spirituality and sexual liberation a-go-go taking the form of big gatherings – and renewed a sort of homosexual transcendentalism. A zany, hybrid ideology that urged us to explore the gender spectrum beyond cis-normativity, spread throughout the world and thrives to this day.

Lire la suite

Interview with Corine Sombrun, defender of the virtues of trance

In Mongolia in 2001, Corine Sombrun received the “shamanic spark” when she suddenly entered a trance state during a ritual ceremony. A totally unexpected revelation, followed by a long training process that she continues to this day, while collaborating with researchers in order to demonstrate that trance is a cognitive phenomenon. Beyond the quest for its therapeutic virtues, the author also questions its impact on our relationship to the living and the sacred.

Lire la suite

Rencontre avec Corine Sombrun, défenseuse des vertus de la transe

En 2001, en Mongolie, Corine Sombrun reçoit « l’étincelle chamanique » alors qu’elle entre subitement en transe lors d’une cérémonie rituelle. Une révélation totalement inattendue, suivie d’une longue formation qu’elle poursuit tout en collaborant en parallèle avec des chercheur•se•s afin de démontrer que la transe est un phénomène cognitif. Par-delà la quête de ses vertus thérapeutiques, l’autrice s’interroge également sur son impact à l’égard de notre rapport au vivant et au sacré.

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.