La femme
Zadig & Voltaire

Article publié le 1 décembre 2014

« J’ai touché le fond de la piscine, dans le petit pull marine, tout déchiré aux coudes qu’j’ai pas voulu recoudre, que tu m’avais donné, je me sens tellement… abandonnée », chantait Isabelle Adjani dans le fameux morceau que lui avait écrit Gainsbourg. Ici, le pull n’est pas marine, il est plutôt noir – mais il pourrait l’être. Finalement, la couleur importe peu. Car il s’agit d’une robe. Ce n’est une surprise pour personne : Zadig & Voltaire est connu pour son travail sur la maille, à la fois urbaine, sexy et confortable. Toujours un peu rebelle, la saison 2014-2015 enfonce le clou. Des franges, de la transparence, du glitter et du décolleté… Mais aussi de la parka XL, des boots solides et de l’inspiration militaire. En témoigne le top Freja Beha Erichsen shootée par le très controversé Terry Richardson. Si le style propre à la marque, à la fois militaire et rock’n’roll, laisse une véritable empreinte sur le défilé, la robe tient donc le beau rôle. On le constate ici, avec cette femme sublime qui semble errer dans la piscine de son hôtel. Le regard se perd dans le vague mais il est étrangement déterminé. Les paillettes coulent de ses yeux, telles des larmes, et nous rappellent à quel point la fête peut tourner au drame. Quelques instants suffisent.

Un texte de Sophie Rosemont.

Les plus lus

lire la suite

voir tout

Non classé

Les trésors de Chtchoukine à la Fondation Vuitton

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.