Elena Ghisellini

Article publié le 17 décembre 2014

Diplômée de l’European Design Institute de Rome (en tant qu’élève la plus douée de sa promotion !), Elena Ghisellini a fait ses armes chez Trussardi et Ferragamo, où elle a dirigé le département cuir et accessoires pendant 12 ans, avant de lancer sa propre marque en 2003. Depuis peu, elle est directrice artistique des accessoires d’Emilio Pucci mais n’en oublie pas pour autant ses propres créations : sacs et autres pochettes à se damner. Interview d’une amoureuse de la nuit.

Quel est votre rapport à la nuit ?

La vie nocturne est liberté et évasion. L’obscurité rend tout plus spectaculaire et mystérieux. J’adore la nuit comme contraire du jour. Comme deux faces d’une seule et même personnalité qui change en fonction du temps… J’aime vivre la nuit comme si j’étais dans un rêve, et profiter de son contraste de mystère avec la clarté d’une journée active. Et les gens qui s’amusent la nuit sont plus beaux et vulnérables.

Pourquoi utiliser des masques dans vos créations ?

Dans la nuit, j’ai vu de très jeunes femmes désirant devenir quelqu’un d’autre, habillées d’une façon excentrique comme pour s’affirmer, ou avec un masque pour se sentir elles-mêmes. Derrière le masque, il y a le désir d’oser, d’être invincible. Une aspiration représentée dans le monde des super-héros, miroir de nos désirs.

En janvier sera disponible les Rainbow Bags. Que pouvez-vous nous dire à leur sujet ?

J’aime la diversité des gens. Les opinions, les goûts, les cultures qui se mélangent forment un ensemble avec une forte identité. En l’honneur de la diversité et de la joie de vivre, les couleurs de l’arc-en-ciel incarnent ces différences.

En quoi vos sacs sont si assortis à la nuit ?

Tous mes sacs sont nés dans la jouissance de la création d’objets émotionnels, sans la peur d’être différente. J’expérimente sans cesse matériaux et traitements spéciaux, mélanges de peaux exotiques et de couleurs. J’aime les formes animalières qui me rappellent mon amour des animaux. L’ironie d’un visage d’un félin peut se résumer en une empreinte graphique distinctive… Mes créations représentent quelque chose de mystérieux dans leur vivacité. Elles doivent être uniques, faire du sac un objet fétiche. Un porte bonheur !

Un texte de Sophie Rosemont.

Les plus lus

> voir tout

lire la suite

> voir tout

Non classé

Les trésors de Chtchoukine à la Fondation Vuitton

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.