Yseult sort un nouveau clip captivant : « Noir »

Article publié le 4 septembre 2019

Share :

Texte : Naomi Clément.
04/09/2019

Il accompagne le premier single extrait de son nouvel EP, attendu pour cet automne.

Pour Yseult, l’année 2019 paraît synonyme de renouveau, de renaissance. Silencieuse durant les années qui ont suivi ses débuts pop en 2015, la Française ne cesse d’enchaîner les projets depuis le mois de janvier, précisant l’ADN de son univers musical. Après avoir délivré le brumeux « Rien à prouver », offert Rouge, un EP aux influences trap-pop et aux rythmes sensuels, partagé « Nudes », son titre en collaboration avec la Belge Claire Laffut, et assuré la première partie d’Angèle, l’artiste de 25 ans présentait récemment « Noir » : un single empli de spleen, avec lequel elle se livre à un véritable travail d’introspection et prône la beauté des Noir.e.s. « Noire et fière de l’être ça c’est toute ma life », y clame-t-elle.

Pour donner vie à son message, déclamé avec un phrasé à mi-chemin entre chant et rap (elle est d’ailleurs connue pour avoir travaillé avec les rappeurs Dinos, PLK ou encore Lord Esperanza), Yseult habille aujourd’hui ce morceau d’un sublime clip. Réalisée par la Néerlandaise Judith Veenendaal, remarquée en 2015 pour son court-métrage Nostalgia – A visual poem, la vidéo de près de trois minutes nous projette dans une atmosphère tout en clair-obscur, à la fois inquiétante et lumineuse, habitée par une multitude d’hommes et de femmes noir.e.s et métis.ses.

D’abord éparpillés aux quatre coins d’une immense et sombre pièce, leurs corps, dénudés et puissants, tantôt ornés de tatouages, tantôt parés de bijoux scintillants, finissent par ne former plus qu’un, fusionnant avec force et délicatesse dans une série de chorégraphies émouvantes signées Shay Latukolan. Une ode à la fierté et à la fraternité, qui donne un aperçu du prochain EP de la chanteuse, à paraître ce mois d’octobre. Yseult se produira par ailleurs sur la scène du Trianon de Paris le 27 novembre prochain.

À lire aussi :

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Comment Patrick Cowley a reinventé le disco en inventant la sulfureuse Hi-NRG

Entre les années 1970 et 1980, les premiers pas de la libération homosexuelle et l’arrivée de la pandémie du VIH, la Hi-NRG, un dérivé électronique du disco inventé de toutes pièces par le producteur Patrick Cowley, fait danser les gays dans d’immenses clubs entre San Francisco, New York, Londres et Paris. Histoire d’un courant musical aux effluves de poppers, qui n’aura duré qu’une poignée d’années mais a complètement transformé la pop et la dance music.

Musique

Sound 83 : le nouvau mix de Vittos pour Antidote

L’artiste espagnol, dont le DJ set lors de la Desire Party d’Antidote a révélé tout le talent, est de retour avec un troisième mix exclusif pour MagazineAntidote.com. Listen to the beat.

Musique

Sound 82 : le nouvau mix de Vittos pour Antidote

Après avoir livré un DJ set incandescent lors de la dernière soirée d’Antidote (célébrant la sortie du numéro Desire), et dévoilé un premier mix composé en exclusivité pour notre site la semaine dernière, le jeune virtuose des platines Vittos est de retour cette semaine avec un second mix électronique inédit. Enjoy.

Musique

Sound 81 : le premier mix de Vittos pour Antidote

Après avoir livré un DJ set magnétique lors de la Desire Party célébrant la sortie de notre numéro printemps-été 2020, l’artiste espagnol Vittos s’apprête à dévoiler quatre mixes exclusifs sur Antidote (au rythme d’un par semaine), dont voici le tout premier. À écouter sans modération.

Musique

Bamao Yendé et Le Diouck explosent les frontières avec l’EP « 55 Degrees »

Le patron de Boukan Records dévoile un premier EP enregistré aux côtés de son acolyte Le Diouck, et s’impose définitivement comme le fervent défenseur d’une musique électronique brute, énergique et fiévreuse.

Musique

Interview : le rappeur emo-futuriste Laylow sort un album sur une intelligence artificielle

Persuadé à raison d’évoluer en marge d’un rap français obsédé par les streams, Laylow fait de son premier véritable album, « Trinity », une œuvre radicale où son verbe se fait économe, au service d’un univers extrêmement visuel. L’opus tire son nom d’une intelligence artificielle inventée, conseillant le rappeur dans sa vie émotionnelle. Rencontre.

Musique

lire la suite

> voir tout

Musique

Pourquoi il ne fallait pas rater la Desire Party d’Antidote