Slipknot : « Puisque le monde a changé, le son de Slipknot se devait également d’évoluer »

Article publié le 12 novembre 2022

Texte : Maxime Delcourt. Photo : Jay Weinberg par RAS_Visual.

Antidote a rencontré Jay Weinberg, le batteur du groupe américain depuis 2014 pour discuter des coulisses de The End, So Far, son dernier album sorti le 30 septembre, de sa quête d’indépendance, de la nécessité de se renouveler et de sa volonté de se diriger vers une forme d’art total, en arborant notamment des masques effrayant qui traduisent la frustration ressentie face au monde actuel.

Écouter The End, So Far, le dernier album de Slipknot, c’est faire face à un paradoxe. C’est avoir à la fois le sentiment rassurant d’être à sa place, à l’écoute d’un son immédiatement reconnaissable, et celui de se confronter à des propositions inhabituelles, plus douces (« Adderall »), plus spirituelles (« Finale ») que ce à quoi le groupe nous a habitué·e·s. « Une nécessité, un moyen de se challenger », clame Jay Weinberg, tandis que son chien s’agite sur ses genoux. À en croire le batteur, cet équilibre entre formule musicale éprouvée et nouvelle recherches de nouvelles sonorités permettrait aux groupe américain de rester pertinent. « Après une première écoute de The End, So Far, on était d’ailleurs agréablement surpris de ce que l’on venait d’accomplir ». Cette sensation de réussite, hautement partagée, incite à se poser une question : comment ce groupe à succès, dont le premier album est sorti il y a maintenant vingt-trois ans, parvient-il à rester aussi excité qu’excitant sur le plan créatif ? « On a juste envie de prouver que nous ne sommes pas simplement des monstres qui frappent très fort sur leurs instruments », répond un Jay Weinberg très loquace et visiblement prêt à poursuivre la discussion.
ANTIDOTE : J’ai cru comprendre que vous étiez surpris par les mauvaises réactions qu’a pu susciter The End, So Far au moment de sa sortie… Tu penses que l’on ne permet plus aux artistes d’expérimenter, voire de proposer de nouvelles sonorités ?
JAY WEINBERG : J’ai tendance à penser qu’un groupe ne doit pas spécialement se soucier de l’avis des gens. Si certain·e·s retiennent quelque chose positif de ce que l’on a accompli, c’est tant mieux. Si d’autres sont déçu·e·s ou ne préfèrent pas écouter l’énième album d’un vieux groupe, ça me va aussi. Le plus important, c’est de s’épanouir en tant que musiciens et de se challenger. J’ai l’impression que l’on a réussi à le faire avec ce nouvel album, tout en établissant une évidente continuité avec certains disques précédents.

L’enregistrement de ce septième album a dû être tumultueux : il y a eu le Covid, les différentes remises en cause et la mort de Joey Jordison, ancien batteur et membre fondateur…
La mort de Joey a mis un coup à tout le monde, de même que le Covid… Pour la première fois, on ne pouvait pas se voir, on ne pouvait créer dans la même pièce, ce qui rendait les répétitions et les moments de création très difficiles. Cela dit, c’était aussi l’occasion pour nous d’aller vers d’autres sons, tenter d’autres choses. Le fait que chacun soit contraint d’enregistrer de son côté pendant un temps nous a encouragé à proposer des idées nouvelles. Moi-même, j’en ai profité pour apprendre le boulot d’ingénieur…
Le fait de baptiser votre disque ainsi et d’annoncer en parallèle la fin de votre collaboration avec votre label historique, Roadrunner Records, pourrait laisser penser qu’il s’agit là de votre dernier album…
Il faut savoir que j’avais 8 ans quand le groupe a commencé à collaborer avec Roadrunner Records… [Jay Weinberg a remplacé Joey Jordison en tant que batteur du groupe Slipknot en 2014, NDLR]. Et il faut croire que toutes les personnes avec lesquelles Corey Taylor avait l’habitude de traiter sont parties, certaines de façon peu conventionnelle… Le titre de notre album est un clin d’œil à cette situation : c’est la fin d’un cycle, mais également le début d’un autre, ce qui était probablement nécessaire près de 25 ans après les débuts du groupe.
J’imagine qu’il ne s’agit pas d’un saut dans l’inconnu, que vous savez déjà là où vous voulez aller. Je me trompe ?
L’idée, à présent, c’est d’évoluer en totale indépendance et de pouvoir faire absolument ce que l’on veut. Dès lors, pourquoi pas se lancer dans l’enregistrement d’une BO, créer notre propre label ou fabriquer nos propres vinyles. Tout est possible, et c’est ce qui est excitant.  

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Slipknot (@slipknot)

Quand on sait que Corey Taylor vient de racheter Famous Monsters, un magazine culte dédié aux films d’horreur, on se dit que vous avez déjà commencé à vous faire plaisir…
Oh ouais ! Quand il nous a appris ce rachat, on était incroyablement fiers et heureux pour lui. C’est une vraie institution, et c’est vraiment important pour Corey de réaliser ce rêve. D’autant qu’il s’éclate à écrire des scénarios et que l’on parle souvent de films entre nous. Au moment même où l’on se parle, je suis dans une voiture avec ma femme. Direction Universal, en Floride, où les studios ont organisé une soirée spéciale films d’horreur. Au sein du groupe, on est ce genre de personnes, un peu geeks. On adore le côté dark des œuvres d’art.
À ce propos, quelles sont tes soundstracks de films d’horreurs préférées ?
Je suis un très grand fan de John Carpenter, donc la BO de Halloween est forcément parmi mes préférées. Mais il y a aussi Marco Beltrami, Hans Zimmer, que je trouve fantastique, et Jerry Goldsmith, qui a réalisé la BO d’un de mes films favoris : Hollow Man. Ce ne sont là que des génies : on peut créer une sacrée playlist à partir de leur travail.

Jay Weinberg : « Chaque album de Slipknot est une réflexion sur le monde qui nous entoure ; chaque chanson est une façon pour nous de traduire ce que l’on vit, émotionnellement ou psychologiquement. »

À l’évidence, vous faites très attention à votre image. Peux-tu me parler de la conception de vos nouveaux masques ? Les yeux ont été retirés, les dents sont mises en avant… Le but c’est d’être encore plus effrayant ?
Chez Slipknot, le port du masque a toujours suivi la volonté de proposer une réaction au monde qui nous entoure. Si certain·e·s trouvent ça violent, qu’ils·elles me montrent quelque chose qui ne le soit pas actuellement ! D’ailleurs, le but n’est pas d’être violent simplement pour dire de l’être : il s’agit au contraire de s’exprimer pleinement, d’aller au bout du geste artistique, de développer un univers total. Notre musique, nos paroles, notre imagerie, tout est pensé pour développer un imaginaire et représenter la confusion, la rage et la peine que l’on peut ressentir chez les gens. On joue avec ces sentiments, on y puise notre énergie. En un sens, ces nouveaux masques traduisent toute la frustration que l’on ressent vis-à-vis du monde actuel.
Lors du confinement, beaucoup de gens ont regardé Les Soprano, une série dans laquelle l’un des personnages, A.J., porte une veste Slipknot. Avez-vous conscience de faire partie intégrante de la pop culture ?
Heureusement, ce n’est notre rôle de réfléchir à notre possible impact sur la pop culture. On essaye juste d’aller au bout de nos idées, à chacun de se réapproprier ce que l’on fait ensuite… C’est ce qui est beau avec la musique : la connexion qu’elle permet avec les gens, la façon qu’elle a de s’insérer au sein d’œuvres populaires. À chaque fois que l’on voit un T-shirt Slipknot, que l’on aperçoit nos têtes sur un poster ou que l’on entend une de nos chansons dans un film ou une série, on est simplement heureux. On n’a aucun contrôle sur ça, mais on se dit que ça vient récompenser notre travail, que notre discographie reste pertinente et colle avec le monde dans lequel on vit.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Jay Weinberg (@jayweinberg)

Cela fait plusieurs fois que tu fais allusion à votre volonté de rester connectés au monde qui vous entoure. Est-ce à dire que The End, So Far est un album socialement concerné, qu’il est important pour vous d’envisager vos morceaux comme des réflexions sur la société ?
Chaque album de Slipknot est une réflexion sur le monde qui nous entoure ; chaque chanson est une façon pour nous de traduire ce que l’on vit, émotionnellement ou psychologiquement. C’est tout aussi vrai concernant The End, So Far, un disque enregistré dans une période complètement « fucked up », très stressante. Aujourd’hui, le monde est complètement différent de celui que l’on a connu avant la pandémie, et notre album en porte clairement les stigmates. À y réfléchir, c’est peut-être même ce contexte qui lui donne une tonalité si différente : puisque le monde a changé, le son de Slipknot se devait également d’évoluer. Il nous fallait refléter cette angoisse généralisée.

Jay Weinberg : « On se confronte chaque jour à des injustices, on assiste, impuissants à des drames… Le mieux que l’on puisse faire, c’est de commenter tout ça de façon à provoquer une éventuelle prise de conscience générale. »

Pour autant, beaucoup estiment que vous n’êtes plus forcément pertinents pour parler des problèmes qui touchent les classes moyennes et populaires. Vous remplissez d’énormes salles, vous tournez dans le monde entier, vous avez probablement gagné pas mal d’argent… On pourrait facilement penser que vous êtes déconnectés de cette réalité là. En avez-vous conscience ?
Je trouve ça hyper injuste. Si certain·e·s pensent que l’on pourrait, en raison de notre succès, être déconnectés du monde réel, c’est qu’ils·elles n’ont rien compris. Peu importe notre soi-disant statut, on se confronte chaque jour à des injustices, on assiste, impuissants à des drames… Le mieux que l’on puisse faire, c’est de commenter tout ça de façon à provoquer une éventuelle prise de conscience générale. J’ai l’impression que notre propos s’affine de disque en disque.
Ces dernières années, on a beaucoup parlé du mal-être des artistes, de l’omniprésence des réseaux sociaux dans leur vie, de leur obligation à être perpétuellement sur le devant de la scène pour se démarquer, etc. En un sens, « The Chapeltown Rag » aborde cette thématique. Penses-tu que le fait de porter des masques vous préserve de ces considérations ?
J’aimerais pouvoir l’affirmer, mais la vérité, c’est que l’on vit une époque où tout le monde sait à quoi on ressemble. Dans les années 1990, cela avait peut-être plus de sens : personne n’avait de smartphone, Internet n’était pas autant démocratisé. Aujourd’hui, tout est différent : nos photos trainent partout. D’ailleurs, actuellement, je ne porte pas de masque, tu peux donc voir à quoi je ressemble. Tout ça pour dire que les masques ont moins été pensés dans l’idée de fuir la célébrité que de façonner une imagerie jusqu’au-boutiste.

Sur le plan personnel, tu n’as jamais eu le fantasme de devenir une rockstar ? Même à l’adolescence ?
Oh putain, non ! Aucun d’entre nous n’a commencé la musique dans le but d’être célèbre, sinon ce serait tout de même très triste… Quel est l’intérêt de te mettre à la guitare ou au piano si c’est juste pour être connu ? Quelqu’un a-t-il à ce point besoin de l’attention des autres ? Selon moi, il s’agit surtout d’être créatif, de traduire des émotions avec des instruments. En tout cas, jouer de la batterie est pour moi une vraie nécessité : c’est ce que je suis.
En 2019, vous considériez l’enregistrement de We Are Not Your Kind comme l’un des chapitres les plus sombres de l’histoire de Slipknot. Qu’as-tu appris sur toi-même pendant les sessions de The End, So Far ?
J’ai toujours voulu proposer une version 100 % authentique de moi-même, aussi bien en studio que sur scène. Cela fait presque dix ans que je suis dans le groupe, j’ai participé à l’enregistrement de trois albums en tant que batteur et co-auteur, et j’ai envie de ne pas me contenter de donner aux gens ce qu’ils attendent d’un disque de Slipknot. Ce serait trop facile d’opter pour cette option. Et puis, je n’ai pas envie d’être simplement un bon musicien tapant toujours plus fort sur sa batterie : je veux être force de proposition, ce que j’ai réussi à faire sur The End, So Far. J’en suis très fier. C’est un disque qui montre bien où nous en sommes en ce moment, ce que nous avons été capables de faire compte tenu des circonstances d’enregistrement et des aléas avec lesquels nous devions manœuvrer. On a tous évolué, mais c’est du Slipknot pur jus !

Les plus lus

Les métamorphoses de Sevdaliza

Chanteuse avant-gardiste comptant trois albums à son actif, Sevdaliza explore désormais de nouveaux territoires esthétiques à travers des singles qu’elle sort au compte-gouttes, en multipliant les métamorphoses physiques au passage. À travers cet entretien, l’artiste d’origine iranienne de 36 ans, installée aux Pays-Bas, revient sur l’importance que la communauté queer a joué sur la construction de son identité, sur la difficile acceptation de sa singularité, sur sa fascination pour les nouvelles technologies ou encore sur l’influence de son expérience de la maternité sur sa vision du monde.

Lire la suite

La mélo de Gazo et Tiakola est gangx, et leur alchimie parfaite

Les deux rappeurs, parmi les plus populaires du moment en France, ont sorti un album commun qui fait des étincelles dans un monde froid : La Mélo est Gangx. Après plusieurs collaborations à succès et des carrières solo déjà bien remplies, Gazo et Tiako fusionnent leurs univers pour aboutir à une alchimie évidente mais innovante. De leurs premiers pas en studio au sommet des charts, on a discuté (et beaucoup rigolé) avec deux bosseurs passionnés, qui allient aujourd’hui leurs forces au profit de la culture… à travers la leur.

Lire la suite

Plus d’un milliard de streams sur Spotify : qui est D4vd, le nouveau prodige de l’indie pop ?

d4vd n’est pas un artiste comme les autres. On peut le situer entre un Frank Ocean et un Steve Lacy, mais sa musique est unique et hybride. À 18 ans seulement, le chanteur américain repéré et signé par le label de Billie Eilish a entièrement composé son premier projet, Petals to Thorns, sur son téléphone, depuis le placard de sa sœur. Et ses premiers succès ne tardent pas : « Here With Me » et « Romantic Homicide » parcourent désormais le monde, en streaming comme en tournée. Adoubé par SZA et rêvant de collaborer avec Drake – à qui il a envoyé un DM au cours de cette interview –, d4vd nous envoûte dès ses débuts. Si un bel avenir l’attend, il vit au présent ; un présent teinté de romantisme, de roses blanches dépourvues de sang, et de gaming : car si d4vd a débuté la musique pour habiller ses streams de ses propres bandes-son, il compte toujours devenir le meilleur joueur de Fortnite au monde, tout en chantant ses amours à plein temps.

Lire la suite

JT : « Je ne peux plus me permettre ni le chaos, ni les dramas »

Après avoir longtemps traîné une réputation de tête brûlée du rap US, JT veut à présent se montrer sous un nouveau jour. Apparue ces derniers mois aux côtés de Nicki Minaj et Kali Uchis, la jeune femme a sorti cet été son premier single solo en quatre ans, « No Bars », suscitant de folles rumeurs sur l’avenir des City Girls — le duo qu’elle forme avec son amie d’enfance Yung Miami depuis 2017. Placée en détention pour fraude en 2018, JT porte aujourd’hui un regard apaisé sur son parcours et aspire à mettre sa notoriété au service de causes utiles. Tout juste entrée dans la trentaine, elle accompagne désormais d’autres ex-détenues vers la réinsertion avec son projet No Bars Reform, file le parfait amour avec Lil Uzi Vert et se dit « plus passionnée que jamais » par sa carrière musicale.

Lire la suite

De Sensation K-pop à Icônes Mondiales : (G)I-DLE Dévoile Son EP ‘Heat’ Aujourd’hui

Fondé en 2018 et depuis devenu l’une des figures de proue de la K-pop, le groupe (G)I-DLE vient de révéler son nouvel EP, intitulé Heat, ce vendredi 6 octobre. Un projet très attendu, comprenant leur récent tube « I DO », qui sort en plein milieu de leur tournée internationale, dont le passage au Zénith de Paris, en septembre dernier, a marqué les esprits. 

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.