Poppy renaît sous la forme d’un papillon dans une vidéo énigmatique

Article publié le 9 août 2021

À l’occasion de l’annonce de la sortie le 24 septembre prochain de Flux, un nouvel album qu’elle a voulu radicalement différent de ses trois précédents opus, la chanteuse américaine Poppy dévoile une vidéo toute aussi énigmatique qu’envoûtante. Mi-humaine, mi-papillon, elle y met en scène sa renaissance et s’y présente plus que jamais comme une créature insaisissable en mue constante.

Nue comme un ver et allongée en position foetale dans un cocon translucide suspendu dans un espace coloré et fantasmagorique, la chanteuse américaine Poppy met en scène sa naissance. Ou plutôt sa renaissance. Car avec cette nouvelle vidéo aussi poétique qu’énigmatique, l’artiste illustre l’ouverture d’un nouveau chapitre dans sa carrière : la sortie le 24 septembre prochain de Flux, un nouvel album qu’elle décrit comme radicalement différent de ses projets précédents, qui s’accompagnera d’une tournée mondiale. Ce quatrième opus se dévoilait d’ailleurs vendredi  30 août dernier dans le clip de son single-titre, mettant lui aussi en scène un univers fantastique aussi attirant qu’inquiétant.

Direction créative et production : Turbo Diesel. Directeur : Florent Farinelli Laboratory. Musique : Poppy. Coiffeur : Christophe Mecca. Make up : Ruby Glossy. Ongles : Adrienne Manucurist.
Révélée en novembre 2014 sur YouTube grâce à une série de vidéos devenues virales et toutes plus étranges les unes que les autres, dans laquelle on y voit la chanteuse manger de la barbe à papa ou faire un tuto — six ans avant la pandémie — sur comment bien porter un masque, Poppy est une artiste protéiforme en constante évolution. Après avoir dévoilé « Lowlife », un premier morceau aux sonorités reggae à l’été 2015 puis un premier album aux accents pop intitulé Poppy.Computer en 2017, l’artiste ultra-prolifique revenait dès 2018 avec Am I a Girl?, un deuxième opus sur lequel figurait notamment un titre en featuring avec Grimes. Mais c’est surtout avec I Disagree, son troisième album paru en janvier 2020 que la chanteuse née à Boston, aujourd’hui installée à Los Angeles, démontrait sa capacité à mêler les genres et à passer avec une facilité parfois déconcertante d’un style à l’autre. 

Après la sortie début juin de « Eat », un EP surprise de cinq titres, et le 30 juin dernier d’un clip en stop motion pour son single « Her », la chanteuse, qui se définit d’ailleurs comme « post-genre », fera donc son retour fin septembre avec un album inédit qui devrait confirmer ses talents de métamorphe. Le présage d’une nouvelle nomination aux Grammy Awards pour celle qui, en mars dernier, fut la première femme en solo à être nommée dans la catégorie de la « meilleure performance métal »  de l’histoire de ces récompenses musicales?

Les plus lus

5 rappeuses hispanophones à suivre de toute urgence

Basées en Argentine, aux îles Canaries ou à Madrid, ces artistes font évoluer le rap latino et contribuent à l’exporter à l’international. Leur nom ? La Joaqui, Nathy Peluso ou encore Ptazeta. Présentations.

Lire la suite

Albums posthumes : sacralisation des artistes ou cash machines ?

Prince, Bashung, DMX ou encore Nipsey Hussle : en 2021, de nombreux albums posthumes devraient voir le jour, prolongeant l’héritage laissé par ces artistes parti·e·s trop tôt. Mais que sait-on réellement de la fabrication des disques posthumes ? Qui décide de les sortir ? Selon quels dispositifs ? Et surtout, au bénéfice de qui ?

Lire la suite

D’Aya Nakamura à PNL : comment les artistes musicaux·les transforment la langue française

« Pookie », « Igo », « moula »… La popularité inédite du rap francophone donne lieu à un renouvellement linguistique abondant.

Lire la suite

Hervé : « Mon premier album, c’est la photographie d’un fantasme »

Après son premier album Hyper sorti le 19 juin dernier, qui orchestre les noces de la pop française avec la scène musicale de Madchester, Hervé a dévoilé une session live à l’Olympia lundi 16 novembre, le jour où devait initialement se tenir son premier concert (qui affichait complet) dans cette salle mythique, finalement reporté en raison du contexte sanitaire actuel. Rencontre.

Lire la suite

Comment Patrick Cowley a reinventé le disco en inventant la sulfureuse Hi-NRG

Entre les années 1970 et 1980, les premiers pas de la libération homosexuelle et l’arrivée de la pandémie du VIH, la Hi-NRG, un dérivé électronique du disco inventé de toutes pièces par le producteur Patrick Cowley, fait danser les gays dans d’immenses clubs entre San Francisco, New York, Londres et Paris. Histoire d’un courant musical aux effluves de poppers, qui n’aura duré qu’une poignée d’années mais a complètement transformé la pop et la dance music.

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.