Les sons de la semaine : Billie Eillish, Blood Orange, Vampire Weekend, Rico Nasty, Chai et Yung Lean

Article publié le 1 février 2019

Share :

Texte : Naomi Clément.
01/02/2019

Au programme cette semaine ? Une énième démonstration de force de Rico Nasty, de réjouissantes informations concernant le nouvel album de Vampire Weekend, le teasing de Billie Eillish et une sublime performance signée Blood Orange.

Billie Eilish précise l’arrivée de son premier album avec « bury a friend »

C’est officiel : le premier album de Billie Eilish, intitulé When we all fall asleep, where do we go ?, sortira le 29 mars prochain. Une bonne nouvelle pour les fans de la chanteuse, annoncée ce mercredi 30 janvier par la parution du single « bury a friend » et son de clip horrifique réalisé par Michael Chaves (Conjuring 3). Dans un communiqué de presse, l’Américaine de 17 ans, véritable phénomène de la scène pop (son premier EP Don’t smile at me totalise plus de 5 milliards de stream), expliquait d’ailleurs l’importance de cette chanson dans la conception de son premier long format :

« L’album a pris tout son sens quand on a composé “bury a friend”. J’ai alors compris où je voulais aller, quel serait l’univers visuel et la perception que je voulais que les gens aient. “bury a friend” a été écrit du point de vue du monstre qui se cache sous mon lit. Je me suis donc mise à sa place et je me suis demandée ce qu’il pouvait faire ou ressentir. J’avoue également être ce monstre car je suis ma propre pire ennemie. Je pourrais aussi être le monstre en dessous de votre lit. »

L’émouvante performance de Blood Orange dans « Tiny Desk Concert »

Nous vous parlions déjà de Blood Orange, alias Devonté Hynes, la semaine passée. Le chanteur et producteur britannique, dont le récent album Negro Swan a été acclamé par la critique, s’invitait alors dans « Jade », le dernier single romantique de la prometteuse Lolo Zouaï. À présent, Blood Orange s’invite sur la scène du « Tiny Desk Concert », un programme produit par NPR qui propose à des artistes aux univers variés de réaliser un live des plus intimistes. Un moment planant, tout en douceur, au cours duquel Blood Orange, entouré notamment de Jason Arce, d’Eva Tolkin et de la fascinante Ashlee Haze, redonne vie à trois des titres les plus beaux de sa discographie : « By Ourselves », « Jewelry » et « Dagenham Dream ».

Après un hiatus de six ans, Vampire Weekend revient

Ils sont finalement de retour. Disparus des années durant, les membres de Vampire Weekend viennent d’offrir deux nouveaux titres, « Harmony Hall » et « 2021 » – leurs premiers morceaux depuis Modern Vampires of the City, considéré par Pitchfork, Billboard ou encore Complex comme l’un des meilleurs albums de 2013. Dévoilés sans crier gare, ces deux singles présentent un avant-goût de leur quatrième album Father Of The Bride, attendu au tournant par les fans. Ezra Koenig, chanteur et leader de Vampire Weekend, a révélé que ce nouveau disque comprendrait 18 titres.

Avant la parution de ce dernier, le groupe a prévu de diffuser six morceaux (deux par mois), à commencer par « Harmony Hall » et « 2021 ». « Je sais que cinq ou six ans, c’est considéré comme une longue période entre deux disques », a commenté Ezra Koenig sur son compte Instagram. « Personnellement, je trouve que c’est un rythme digne, qui convient à un groupe qui a déjà sorti trois albums […] Mais chacun a sa propre appréhension du temps », a-t-il ajouté.

Rico Nasty frappe un peu plus fort avec le clip de son nouveau single « Roof »

Rico Nasty est sans aucun doute l’une des artistes les plus fascinantes de la scène américaine actuelle. Et pour cause : à seulement 21 ans, cette native de New York, dont la musique se situe à la croisée des genres entre hip-hop, trap et metal, est à la tête d’univers aussi percutant que singulier, encensé par quelques-uns des médias les plus influents de la presse américaine (dont Pitchfork, The Fader ou Clash Magazine).

Portée par le succès de sa dernière mixtape Nasty, Maria-Cecilia Simone Kelly (de son vrai nom) vient de diffuser un nouveau titre : « Roof ». Accompagné d’un clip signé Cody Dobie, ce dernier nous entraîne dans un monde à la fois dystopique et déjanté, dans lequel la rappeuse, présentée telle une déesse descendue des cieux, fait régner sur Terre son flow dévastateur.

Le groupe japonais CHAI partage un nouveau titre et annonce son nouvel album

Un peu plus d’un an après son premier album PINK, sorti en octobre 2017, CHAI s’apprête déjà à revenir sous le feu des projecteurs. Originaire de Nagoya au Japon, le quatuor (composé des sœurs jumelles Mana et Kana et de leurs comparses Yuna et Yuki) vient en effet de présenter « Fashionista », le premier extrait de son album PUNK attendu pour mars prochain.

Dans un communiqué, le groupe nippon, qui qualifie son style musical de « Neo-Kawaii », donnait un peu plus de détails quant à ce second long format : « Le mot “punk” ne fait ici évidemment pas référence au genre musical. Pour nous, ce mot fait référence au fait de détourner les valeurs vieillottes associées aux mots “kawaii” et “mignon”. ”Punk” renvoie ici au fait de réellement exprimer sa personnalité. D’être soi-même, de devenir la personne que l’on veut vraiment être, et de croire en soi à chaque instant ! »

Yung Lean, toujours plus sad avec « Creeps Creeps »

Yung Lean semble en proie à une phase d’hyper productivité. Quelques jours seulement après le partage de Nectar, un projet sorti sous le nom de son alias jonatan leandoer127, le sad boy suédois, dont le dernier album Poison Ivy remonte à seulement trois petits mois, offre aujourd’hui « Creeps Creeps ». Un titre à l’atmosphère lugubre et inquiétante, dans lequel le rappeur fait notamment référence à la drogue (« All my friends does drugs like I’m Nick Cave »), mentionne ses troubles de stress post-traumatique (« PTSD, I can’t sleep, sleep »), et évoque la grandeur de ses rêves (« My dreams so big, that’s some shit that I will never reach »).

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Comment Patrick Cowley a reinventé le disco en inventant la sulfureuse Hi-NRG

Entre les années 1970 et 1980, les premiers pas de la libération homosexuelle et l’arrivée de la pandémie du VIH, la Hi-NRG, un dérivé électronique du disco inventé de toutes pièces par le producteur Patrick Cowley, fait danser les gays dans d’immenses clubs entre San Francisco, New York, Londres et Paris. Histoire d’un courant musical aux effluves de poppers, qui n’aura duré qu’une poignée d’années mais a complètement transformé la pop et la dance music.

Musique

Sound 83 : le nouvau mix de Vittos pour Antidote

L’artiste espagnol, dont le DJ set lors de la Desire Party d’Antidote a révélé tout le talent, est de retour avec un troisième mix exclusif pour MagazineAntidote.com. Listen to the beat.

Musique

Sound 82 : le nouvau mix de Vittos pour Antidote

Après avoir livré un DJ set incandescent lors de la dernière soirée d’Antidote (célébrant la sortie du numéro Desire), et dévoilé un premier mix composé en exclusivité pour notre site la semaine dernière, le jeune virtuose des platines Vittos est de retour cette semaine avec un second mix électronique inédit. Enjoy.

Musique

Sound 81 : le premier mix de Vittos pour Antidote

Après avoir livré un DJ set magnétique lors de la Desire Party célébrant la sortie de notre numéro printemps-été 2020, l’artiste espagnol Vittos s’apprête à dévoiler quatre mixes exclusifs sur Antidote (au rythme d’un par semaine), dont voici le tout premier. À écouter sans modération.

Musique

Bamao Yendé et Le Diouck explosent les frontières avec l’EP « 55 Degrees »

Le patron de Boukan Records dévoile un premier EP enregistré aux côtés de son acolyte Le Diouck, et s’impose définitivement comme le fervent défenseur d’une musique électronique brute, énergique et fiévreuse.

Musique

Interview : le rappeur emo-futuriste Laylow sort un album sur une intelligence artificielle

Persuadé à raison d’évoluer en marge d’un rap français obsédé par les streams, Laylow fait de son premier véritable album, « Trinity », une œuvre radicale où son verbe se fait économe, au service d’un univers extrêmement visuel. L’opus tire son nom d’une intelligence artificielle inventée, conseillant le rappeur dans sa vie émotionnelle. Rencontre.

Musique

lire la suite

> voir tout

Musique

Pourquoi il ne fallait pas rater la Desire Party d’Antidote