Les albums de la semaine

Article publié le 27 avril 2015

Honneur aux dames ! La soul du premier album éponyme de Natalie Prass (Spacebomb Records/Caroline), produit par Matthew E ; White, soulman barbu de Virginia Beach, est une merveille : il réussit à conjuguer le rétro et le contemporain dans un bel élan pop.

Anton Newcombe, lui, met en forme une nouvelle lubie avec son projet Brian Jonestown Massacre : une bande sonore de films qui l’ont influencé – notamment ceux de la Nouvelle Vague. Le disque s’appelle Musique de Film imaginé (A Records/Differ-Ant), est instrumental hormis deux interventions des chanteuses Soko et Asia Argento. De la pure pop indie.

Après avoir lâché quelques merveilles dans les années 60 et 70, le songwriter anglais Bill Fay avait disparu de la circulation jusqu’en 2012. Abritant son amour immodéré pour le piano, son nouvel album Who is the Sender ? (Dead Oceans/Pias) est une pure merveille de folk.

De ce côté-là de la Manche, on a Nicolas Comment , qui, avec la pop francophone de Rose Planète, suit les traces d’un certain Gainsbourg. Le tout avec une imagerie qui fait honneur à son autre métier : photographe.
Le visuel est aussi le point d’ancrage du troisième album solo de Martin Gore , membre fondateur et songwriter de Depeche Mode. Avec l’électro-pop atmosphérique et instrumentale de MG (Mute), il plonge l’auditeur dans un univers proche de la science-fiction.

Enfin, toujours dans la catégorie culte, on ne passera pas à côté du nouveau Blur , attendu avec frénésie depuis des années lumière ou presque. Enregistré entre Londres et Hong-Kong, The Magic Whip signe surtout les retrouvailles en studio de Damon Albarn et Graham Coxon, qui ont chacun sorti des solos plus qu’honorables. Et ensemble, ils rendent à la pop britannique sa joie de vivre.

Un texte de Sophie Rosemont

Les plus lus

Comment Patrick Cowley a reinventé le disco en inventant la sulfureuse Hi-NRG

Entre les années 1970 et 1980, les premiers pas de la libération homosexuelle et l’arrivée de la pandémie du VIH, la Hi-NRG, un dérivé électronique du disco inventé de toutes pièces par le producteur Patrick Cowley, fait danser les gays dans d’immenses clubs entre San Francisco, New York, Londres et Paris. Histoire d’un courant musical aux effluves de poppers, qui n’aura duré qu’une poignée d’années mais a complètement transformé la pop et la dance music.

lire la suite

voir tout

Musique

Zegna x Fear of God : un savant mélange de tailoring et de streetwear

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.